TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





APS : l’ANAE mal placée pour applaudir la déréglementation du métier


Rédigé par Michèle SANI le Jeudi 31 Janvier 2008

Hier soir, Bernard Didelot, président de l’APS avait deux bonnes raisons pour sortir de ses gongs. Les propos de Christine Lagarde en était une. Le communiqué de l’ANAE en était une autre. Au cours de six dernières années, au moins une agence par an de ce regroupement d’agences événementielles a déposé son bilan et, de fait, sollicité la garantie financière de l’association pour faire partir ses clients.



L’APS organisait hier soir une réunion où se sont rencontrés les différents acteurs organisateurs de son deuxième Rendez-vous de l’Emploi. Cette manifestation se déroulera le 17 mars prochain dans le cadre du MAP (Hall 3 des Expositions de la Porte de Versailles).

Elle permettra aux adhérents de l’APS de rencontrer des demandeurs d’emplois, jeunes diplômés ou personnes ayant une expérience professionnelle. Lors de la première édition qui s’était déroulée dans les salons de la Mutualité à Paris, plus de 500 offres d’emplois s’étaient réparties entre les différents métiers du tourisme. 1 540 visiteurs s’étaient présentés.

La deuxième édition verra la participation des écoles et centres de formation spécialisés dans le secteur ainsi qu’une partie bien ciblée du fichier des demandeurs d’emploi de l’ANPE Tourisme.

« Nous organisons ces Rendez-Vous de l’Emploi car dans nos métiers nous sommes conscients des problèmes lourds de conséquences que connaissent les demandeurs d’emplois. Pour ma part je le fais avec le sentiment d’être grugé et baladé par le pouvoir politique qui n’a aucune reconnaissance de nos actions et aucune écoute. »

Seront notamment présents aux RV de l’Emploi pour regrouper leurs offres d’emplois : ANPE, les Conseils SNAV des distributeurs, des réceptifs et des producteurs, Cap Vers, Carlson Wagonlit Travel, le CETO (tour-opérateurs), le CEDIV (réseau d’agences indépendantes), le CERED (Cercle d’Etudes des Distributeurs), la Direction du Tourisme, la FNOTSI, la FNCDT, la Fédération Française des Techniciens et Scientifiques du Tourisme (FFTST), France Ferries & Croisières, Havas Voyages, Mercuri Urval, les réseaux Afat Voyages, Manor, Selectour, Tourcom, Wasteels, le SNAV, le SNET et l’APS…

Huit mois pour obtenir un rendez-vous avec Luc Chatel !

Bernard Didelot
Bernard Didelot
Pour le président de l’APS, les propos de la Ministre des Finances et de l’Emploi démontrent qu’elle ignore les raisons mêmes, et trop souvent avérées, de la réglementation et des textes qui régissent le métier d’agent de voyages. (Voir en encadré le communiqué de l’APS).

Il demande un rendez-vous à Madame Lagarde en espérant qu’il n’attendra pas huit mois. Huit mois, c’est ce qu’il a attendu pour rencontrer le Secrétaire d’Etat au Tourisme et à la Consommation. Le consommateur, justement, est le pilier de l’activité de l’APS, l’un de ses rôles étant d’assurer son départ en voyage – et son retour – en dépit des défaillances éventuelles de son agence de voyages.

ANAE : l’APS risque de revoir ses garanties

L’un des sinistres lourds de l’année 2007 venait d’une agence adhérente de l’ANAE (Association des agences de communication événementielle).

On peut comprendre la réaction du président de l’APS à la lecture du communiqué de Frédéric Bedin, président de l’ANAE où « il se félicite de l’ouverture faite par Madame Lagarde ». « La majorité des membres de l’ANAE sont des agences licenciées membres de l’APS. Si elles oeuvrent pour une déréglementation de la profession je ne vois pas pourquoi l’APS continuerait à assurer leur garantie financière. »

Le bureau de l’APS doit se réunir la semaine prochaine et il fort à parier que le sujet sera à l’ordre du jour.

L'Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme (APS), forte de ses 3066 membres et de ses 44 ans d'expérience a pour principal objet de fournir à ses adhérents la garantie financière prévue et requise par le Code du Tourisme et ses textes d’application. Sa mission est de protéger les « clients - consommateurs » ayant directement contracté avec un adhérent devenu financièrement défaillant. L’association veille par ailleurs au respect de la loi et de la réglementation ainsi qu’à la bonne réputation des professionnels du tourisme.

Communiqué de presse de l'APS

Protection du consommateur : Bravo, Madame Le Ministre !

"Extrait du discours de Madame Christine LAGARDE du 28 Janvier 2008 : « Je ne vois pas pourquoi seules les agences de voyages pourraient vendre des voyages ».

Ignorance, voire mépris total des métiers du voyage et du tourisme, méconnaissance des lois et décrets d’application nationaux et de la Directive Européenne les régissant, remise en cause de la protection des consommateurs... Ce n’est pas rien !

Bien évidemment, l’Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme (APS) demande officiellement, au nom de ses 3 000 Adhérents, à être reçue par Madame le Ministre.

D’ores et déjà, devant les vives et nombreuses réactions de ses membres, suscitées par les propos de leur Ministre de tutelle, l’Association n’attend pas pour agir et décide, dans les délais les plus brefs :
- de convoquer de toute urgence son Bureau pour examiner les conséquences d’une telle position qui, si elle était maintenue, pourrait remettre en cause la formidable avancée qu’a été pour les consommateurs la mise en place de la garantie des fonds déposés.
- de réunir les associations de consommateurs pour leur faire part des conséquences que peuvent avoir au niveau de la protection des consommateurs, de tels propos vantant la possibilité à tous, de pouvoir s’improviser agent de voyages,
- de réunir l’ensemble des composantes des familles de l’association, à savoir : tour operators, agents de voyages distributeurs, autocaristes, agents de voyages réceptifs, agents de voyages événementiels, entreprises habilitées et autorisées... pour mener ensemble une action informative et explicative des conséquences de la prise de position du Ministre, auprès de leurs clients consommateurs.
- de diligenter le représentant de l’APS à la Communauté Européenne auprès des instances en charge de la protection des consommateurs et plus particulièrement en charge de la Directive Européenne, pour leur faire part de la position du Gouvernement Français en matière de protection du consommateur et de reconnaissance du métier d’agent de voyages.
- de convoquer l’Observatoire de l’Emploi et de la Formation du Tourisme, créé par l’Association, afin d’examiner les conséquences d’une telle prise de position sur les jeunes ayant choisi la filière des métiers du tourisme, tant au niveau de la formation que de la reconnaissance des diplômes.
- enfin, le Conseil d’Administration statuera sur la possibilité d’une suspension totale ou partielle du système de la garantie des fonds déposés, système mis en place volontairement par l’APS et qui, depuis 11 années, a fait les preuves de son efficacité pour une plus grande protection du consommateur.

Bernard DIDELOT
Président"

Lu 3383 fois
Notez


1.Posté par Cyril D le 31/01/2008 09:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci.

2.Posté par Pierre Gommeaux le 31/01/2008 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cessons de faire de l'angélisme!
Bien au dela de certains propos ministériels, n'y a-t-il pas bien longtemps que nos principaux concurrents ne sont pas là où ils devraient être?
Il y a bien sûr les Palais des Congrès, mais aussi les cabinets de RP, les hôtels eux mêmes, les associations ainsi que les divers Offices de Tourisme et Syndicats d'initiative: à une exception près, personne n'a encore touché aux billets d'avion!
Les Agences françaises ont une trop grande culture du "billet d'avion", quitte à oublier le reste.
Tout "le monde" n'est-il pas aujourd'hui en ébullition parce qu'on a parlé "des billets"?
Pour l'hôtellerie, et les services réceptifs en général, il y a fort longtemps que notre "monopole" garanti par licence n'est qu'un épouvantail qui ne fait peur à personne!
Il faut savoir vivre avec cette concurrence, parfois illégale, et être pragmatiques, comme les réceptifs à part entière ont appris à le faire depuis des années: en étant meilleurs et plus créatifs, en se battant pied à pied, et aussi en travaillant en amont, là ou se fabrique l'opinion grace aux lobbyistes qui nous manquent tant!
Le reste n'est qu'une vaine agitation dans un bocal....

3.Posté par DENARIE le 31/01/2008 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a quelques années, je possédais 3 agences de voyages en plein développement, avec un service groupes et une production axée sur le voyage d'aventure dans les déserts (mauritanie, maroc, algérie, lybie...) Le 11 sept 2001, mon activité a commencé à souffrir, je me suis recentré sur l'Asie, cela veut dire remettre en route une production, retravailler très dur pour maintenir l'activité, les salaires...En 2003, le SRAS arrive en début de saison et les groupes engrangés sur l'Asie annulent à tour de bras. Les compagnies aériennes refusent le remboursement des déposits, alors que commercialement je restitue les acomptes aux clients. En final, je me retrouve avec un trou de trésorerie qui ferait rire bcq de monde : 20 000 € sur 2 ans. Malgré tout, je me recentre sur d'autres axes et arrive à remonter la pente en terme de chiffre d'affaire. Mais mon écart de trésorerie ne se résorbe pas assez vite et lors de la déclaration de mes comptes (préfecture et aps, alors que bcq tardent à le faire), je suis convoqué par l'APS en plein mois de juillet avec un couteau sous la gorge m'obligeant à soit recapitaliser, soit trouver un repreneur, soit faire un dépôt de bilan. J'ai mis toute ma sueur, mon énergie, mon capital dans cette affaire, pendant des années ,au détriment de ma santé, ma vie privée (s'en ai suivi un divorce et la vente de mes biens). En 15 jours, j'ai trouvé quelqu'un qui pour 1 € symbolique a repris le tout (a comblé ce qui restait) et a continué une activité qui aujourd'hui (5 ans après) tourne toujours.
Alors la question que je me pose en lisant tout ce qui se passe dans cette profession. A t on vraiment besoin d'un système qui CASSE LA VIE, LE TRAVAIL D'ENTREPRENEURS, sous le seul prétexte de protéger le consommateur ?
Mes voisins ont acheté une cuisine et dépensé 15000 € (on en voit pas ts les jours des montants de ce niveau dans le voyage) pour avoir depuis des problèmes de meubles non livrés, de travail mal fait....Ils ont beau se plaindre, rien n'y fait, et là aucun organisme les protège.
Je ne parle pas de tous les secteurs où on pourrait avoir à redire sur les produits et les prestations des revendeurs (automobiles, immobilier)...avec des montants dépassant largement ceux du voyage.
Pourquoi ces secteurs n'ont ils pas de système de protection du consommateur alors que les sommes engagées sont importantes, et pourquoi sommes nous les seuls à être complètement bridés.
J'aimerais que tous les secteurs économiques soient soumis à la même règlementation, je n'aurais aucune rancune. Mais là, si jamais on revient sur le principe même de la licence, j'aurais des regrets que cela n'ai pas eu lieu il y a 10 ans. Je serais encore en activité, j'aurais encore ma famille, mon appartement....JE VIVRAIS.
Dernier message : SUS aux ministres de paquotille, aux ronds de cuir des secrétariat ministériels qui ne sont que des perroquets lisant des discours préparés par des assistants de cabinets incompétents ne connaissant pas leur sujet et n'ayant dans leur escarcelle que leur beaux diplomes de papier.

4.Posté par YL le 31/01/2008 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voilà un "bon" communiqué de l'APS. Les actions envisagées me paraissent une bonne réponse. Face à un Ministère de la Consommation, c'est effectivement l'APS qui devrait trouver les meilleurs arguments...

5.Posté par GRIFFON le 31/01/2008 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait d'accord avec DENARIE, je suis pour libéraliser la profession, plus de licence, plus de garantie financière exorbitante, plus de caution IATA, APS et autres à la Préfecture et d'hypothèque sur les biens propres. Je travaille dans le tourisme depuis 30 ans et toujours comme salarié alors que je souhaiterais avoir mon agence et que j'en ai les compétences mais avec nos salaires je n'ai pas pu mettre assez de coté pour avoir suffisemment de bien propres à donner en garantie à un banque et aucune ne veut suivre (peut être que je devrais frapper à la porte de la SG !!!!).
Ouvrir une agence avec un diplome National de Tourisme, OUI, mais arrêtons avec toutes les exigences administratives surtout que nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne ! Vive le tourisme libre !!!

6.Posté par Cyril D le 31/01/2008 13:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rappel du règlement de tri sélectif d'une annonce de nos gouvernants ces temps ci.
" LES PROMESSES N'ENGAGENT QUE CEUX QUI LES ECOUTES "


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:45 Macao : 5 TO en éductour avec Air France


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com