TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Aérien : ''La France a besoin des Cies traditionnelles et des low cost''

retombées aérien : 10 mds d'euros et 100 000 emplois


Rédigé par La rédaction le Lundi 21 Juillet 2008

L'ODIT France a rendu son rapport consacré au Transport aérien et au développement touristique à Hervé Novelli. Ce document souligne l'importance de la desserte aérienne du territoire, "toutes les catégories de dessertes doivent être renforcées". L’offre touristique et sa diversification doivent également faire l’objet de développement prioritaire pour rendre les territoires attractifs.



Hervé Novelli, Secrétaire d’Etat chargé du Tourisme a reçu les conclusions d’un rapport consacré au Transport aérien et au développement touristique qu’il a commandé à ODIT France.

L’amélioration de l’accessibilité des territoires qui pourrait passer par le transport aérien est l’un des points majeurs de la nouvelle politique du tourisme « Destination France 2020 ».

"Ces marchés sont essentiellement : les touristes en provenance des BRIC (Brésil, Russie, l’Inde et Chine) auxquels il faut ajouter le Mexique, qui doivent pouvoir bénéficier au maximum de régions, par des liens renforcés avec les « hubs » européens ; les seniors européens qui se répartiront sur tous les moyens de transport, et pour lesquels les régions auront besoin de vols fréquents et réguliers.", souligne un communiqué de presse.

Faut-il maintenir un lien fort vers les grands « hubs » internationaux ? Faut-il développer les dessertes low cost et à quel prix ? Quelles retombées attendre des touristes aériens qui utilisentles compagnies traditionnelles ?

Quelles retombées attendre des touristes aériens qui choisissent les compagnies low-cost ? Qui sont les touristes qui utilisent l’avion et que consomment-ils ? Quels sont les freins au développement du tourisme aérien ? Comment réussir le développement du tourisme aérien ?,...
telles étaient les questions qui étaient posées.

La France doit renforcer toutes les catégories de dessertes

Hervé Novelli, lors des Assises du tourisme à Paris
Hervé Novelli, lors des Assises du tourisme à Paris
Parmi les principales conclusions du rapport on note :

- La France a besoin des deux types de dessertes, traditionnelle et low cost, au risque de ne pas profiter de tout le potentiel de la demande mondiale.

- L’impact économique des 2 types de compagnies sur les territoires (en dehors de l’Ile-de-France), se répartit à égalité avec un chiffre global minimum de 9 à 10 milliards d’Euros de retombées économiques directes, indirectes et induites, ce qui représente de l’ordre de 100 000 emplois.

- Les compagnies traditionnelles sont les seules à desservir le monde entier au travers de l’exploitation de leurs HUB alors que les compagnies Low Cost permettent de desservir les territoires directement seules ou en compétition.

- Plus la demande est forte plus les tarifs aériens sont élevés, malgré une forte compétition. C’est le cas de Nice qui est la destination la plus chère.

- Les revenus des clients aériens des deux types de compagnie sont élevés, supérieurs à 3500 € en moyenne (revenus mensuels nets des ménages), avec un différentiel de 10 à 20% entre les clients des deux types de compagnies allant même jusqu’à 38% à Nice.

- Toutefois les revenus sont plus liés à l’attractivité touristique des territoires qu’au type de desserte : les revenus de passagers vers Nice sont supérieurs de 50% à ceux de passagers vers les autres régions (y compris les passagers des compagnies traditionnelles).

- C’est plutôt l’offre touristique et sa diversification qui doivent faire l’objet de développement prioritaire pour rendre les territoires attractifs à cette clientèle et donc aux compagnies aériennes.

- La compétitivité des accès aériens est une préoccupation réelle qui impose la maîtrise des coûts de traitement au sol, en prenant en compte le poids des taxes.


Le communiqué poursuit : "Concernant l’accessibilité aérienne, la France doit renforcer toutes les catégories de dessertes.

Compte tenu de son offre, elle a besoin de l’accès long courrier en profitant de liaisons fréquentes vers les principaux hubs européens (Paris, Londres, Amsterdam, Francfort), sans lesquels seule Paris profiterait de la croissance des pays émergents. C’est le rôle d’Air France et des autres grandes compagnies internationales.

Tout autant, nos territoires qui sont dans la compétition européenne, doivent être desservis de la même façon que les territoires concurrents en Europe. Pour être attractifs aux compagnies et aux Low Cost en particulier, les coûts de touchée sont le facteur clé. Et surtout, le territoire doit avoir ou développer une offre compatible avec les attentes des touristes aériens"

Lu 3159 fois

Notez


1.Posté par Nicolas le 22/07/2008 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette étude semble très intéressante.

Mais j'espère que les dommages "collatéraux" du développement "low cost" ont été évalués.. Notamment pour les destinations déjà desservies par les compagnies régulières.. 1 exemple, l'effet combiné du ralentissement économique, de la hausse du pétrole et d'une concurrence féroce sur Marseille-Londres se solde par le désengagement de BA sur 2/3 des vols .... Bilan, moins de connections sur les destinations longs courriers, des vols par forcément moins chers (on augmente le taux d'occupation de Ryanair et Easyjet donc les tarifs montent), on récupére des créneaux moins exploitables par les hommes d'affaires (bientôt plus d'A/R dans la journée?) et on ne peut plus transporter de groupes ni se faire rembourser les billets........ Calcul du résultat SVP Mr Novelli et ODIT.
Mais il y a d'autres effets positifs, à condition bien sûr de ne pas faire n'importe quoi.

A bientôt pour des nouvelles de nos destinations etdu désenclavement de MRS Provence.

2.Posté par thenicoweb le 22/07/2008 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais quel retard !
La France prend toujours conscience des choses importantes 10 ans après tout le monde !
Snif, j'ai honte de mon pays... même si on dit souvent "mieux vaut tard que jamais" !
Je note la prise de conscience (trop tardive) de l'effet bénéfique de la démocratisation des vols LOW COST en France.

3.Posté par Chantal Sydow le 17/02/2009 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J' habite la région de Perpignan, très fréquentée par les touristes étrangers mais ces derniers doivent se rendre ou atterir en Espagne pour pouvoir profiter des vols intéressants LOW COST, a part l'Angleterre qui est seule à etre desservie par Perpignan. Pourquoi cette sélection et ne pas vouloir favoriser le tourisme de la région ? AIR FRANCE met certainement son droit de veto.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com