TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Après les JO et le Mondial, les JMJ ?

Nouveau phénomène touristique


Rédigé par Michel Ghesquière à Bruxelles le Dimanche 28 Août 2005

Y a pas photo, les JMJ catholique se sont imposées comme l’un des musts mondiaux.et attirent, comme les Jeux Olympiques, l’intérêt des villes pour les accueillir et, même,des entreprises pour les sponsoriser. Mais le plus étonnant dans l’histoire des dernières JMJ, c’est que le grand perdant, c’est l’image de parfait organisateurs des allemands. Pensez donc, il a même manqué d’hosties lors de la messe de clôture. Logique car au lieu des 800.000 jeunes, ils étaient plus d’un million.



1 million de personnes ont assisté à la messe de clôture des dernières JMJ de Cologne.
1 million de personnes ont assisté à la messe de clôture des dernières JMJ de Cologne.
Pourtant, le Vatican s’est rendu compte que des rassemblements de ce type ne s’improvisent pas. Depuis 1984, une véritable procédure managériale a été mise en place. En faisant simple, à Rome, le Conseil Pontifical pour les Laïcs chapeaute le produit mondial JMJ ensemble et délègue l’organisation à un comité national lorsque les rassemblements s’effectuent hors de Rome.

A Cologne, par exemple, l’organisation locale a occupé deux cents personnes réparties sur trois étages d’un immeuble du centre ville. Quant à l’organigramme, le concept d’ensemble et les lignes directrices spirituelles sont l’apanage du Comité Organisateur Local. Tandis qu’une SPRL, Weltjugendtag gGmh, a été créée pour régler les aspects juridiques et financiers.

Un troisième département, le « Bureau de la JMJ » coordonne le travail, règle des missions purement religieuses comme la pastorale, la liturgie, …et des fonctions plus prosaïques: communication et publicité, logistique, management du risque (sic), sécurité, finances, … A noter que contrairement aux Jeux Olympiques, aux Mundial ou à l’organisation des Expositions Universelles, les pouvoirs publics des villes et états accueillant les JMJ sont totalement absents des différents comités organisateurs. Il est vrai que le choix des destinations est entièrement aux mains de l’Eglise: les diocèses proposent, le Vatican dispose.

Un budget conséquent mais pas babylonien

Les JMJ ne nécessitent pas d’investissements importants. Pour accueillir les jeunes, pas de stades à construire: les messes se font soit dans des plaines aménagées, soit dans des églises existantes.

Pas besoin de créer de villages d’accueil:. les logements se font chez l’habitant, dans des dortoirs dans les écoles, des gymnases, des salles paroissiales, … A Paris, en 1997, par exemple, le total des dépenses n’a été que de EUR 37,6 millions. A titre de comparaison le budget des jeux d’Atlanta de 1996 était de US $ 1,7 milliards.

Tandis qu’à Cologne, le budget global est estimé à une centaine de millions euros incluant les deux années préparatoires. Parmi les dépenses qui ont explosés par rapport aux années antérieures, la sécurité. En plus des milliers de policiers mobilisés à Cologne et dans les communes concernées, à charge des pouvoirs publics, 4.000 vigiles privés ont été recrutés. Au total, pas moins de 9.000 agents de sécurités ont été déployés pour les JMJ de Cologne.

Autre source de dépenses importantes, les locations des podium, l’équipement de ceux-ci, les frais de communications et de transports, les décorations et rénovations des églises et autres lieux de cultes et naturellement l’aménagement de la plaine de Marienfeld où a eu lieu la messe de clôture. Pour la petite histoire, il a fallu y déverser pas moins de 80.000 mètres cubes de gravier pour y former une véritable montagne artificielle…

Les revenus

Pour faire face à ces dépenses, on trouve à côté de la participation des pèlerins eux-mêmes, les subsides octroyés par les pouvoirs publics locaux, le gouvernement fédéral allemand et l’Union Européenne et enfin, une innovation, la sponsorisation des entreprises. Pour les participants, les droits d’inscriptions varient selon.

l’origine géographique. Pour les jeunes provenant d’un pays « riche », la dépense se situe entre EUR 169 et EUR 40, tandis que pour un pays « pauvre », elle se place dans une fourchette de EUR 100 à EUR 40. Les forfaits les plus chers comprenant les logements, la nourriture, les assurances, les transports à Cologne pendant les 7 jours.

Pour les participants, il ne faut pas non plus négliger les royalties provenant des différentes bondieuseries, médailles, livres religieux, bougies qui seront vendues sur place ou par Internet. Une indication: sur le site Ebay, pas moins de 360 produits étaient déjà proposés allant de la location d’un appartement à des choppes de bières au portrait de Benoit XVI en passant par des t-shirt, des bracelets, des tabourets…

Pour ce qui est des subsides accordés par les pouvoirs publics en dehors de la participation de EUR 1,5 million accordée par l’UE couvrant 80 % des frais de logistique, ravitaillement et hébergement des 20.000 volontaires, une certaine opacité est de règle quant aux sommes octroyées par les pouvoirs publics allemands.

A ces recettes de type statutaires, il ne faut pas oublier les droits de retransmission des images. Rien que pour la messe finale, celle-ci a été retransmise dans le monde entier avec un audimat de 250 millions téléspectateurs.

Quant à l’appel aux sponsors, le succès a été au rendez-vous puisque pas moins de 44 entreprises commerciales sont intervenues. Parmi celles-ci de très grands noms comme: DHL, Audi-VW, OCE, le groupe TUI avec sa compagnie aérienne Happag Lloyd, Bayer, Shell, … pour ne citer que les plus connus. Même un glacier comme Schôller était présent…

Les retombées

Pour amener ces jeunes sur le site, tous les moyens de transport sont bons : à pied, en vélo, en voiture, en train, en avion… 16 vols spéciaux ont été affrétés provenant des pays lointains, Happag Lloyd, une compagnie low cost a quant à elle augmenté ses rotations entre les différents aéroports européens qu’elle dessert et Cologne.

Pour ce qui est des entreprises belges, l’autocariste Generaltour a loué 34 véhicules. Daniel Folini, product manager : « En plus des jeunes de Belgique, nous avons transporté des pèlerions italiens qui transitaient par notre pays. Au total, nous avons véhiculé plus de 2.000 personnes. Ce qui me fait dire que le chiffre de 3.200 belges participants me semble sous-estimé car il ne tient pas compte des participants individuels non inscrits officiellement ».

Autre impact sur l’économie locale, l’aménagement des sites et des salles ainsi que l’installation des scènes et podium ont été confié à 30 entreprises de la Rhénanie du Nord.
Parmi les retombées à long terme, la ville de Cologne a profité de l’occasion pour restaurer de nombreux endroits comme la place devant la cathédrale.

Elle en a profité pour améliorer également la voirie et plus particulièrement les trottoirs pour la circulation des moins valides. Ainsi que l’installation de 105 « châteaux d’eau » mis en place par RheinEnergie, des sortes de fontaines d’eau branchées sur les canalisations d’eau potable.

Il faut noter d’autres type de retombées à vocation écologique voulues par les organisateurs. C’est ainsi qu’il est prévu pour les centaines de kilomètres de câbles, nécessaires à l’équipement des podium doivent, si les moyens techniques le permettent, être transformés en un peu plus d(un kilomètre de canalisations électriques et de lignes de données.

Mais la retombée la plus importante concerne le tourisme. Le fait, que pendant plusieurs semaines les journaux ne cessent de parler de la ville, de la région où les JMJ ont lieu, représente une véritable campagne publicitaire et médiatique à bon compte.

Et pour le futur

Accueillir plus ou moins 1 million de jeunes, cela signifie que cela donne I millions de personnes qui ont vécu un moment important de leur vie et qui en parleront longtemps après. Mieux est dans le futur, ils évoqueront cet instant à leurs enfants, à leurs petits enfants.

Un peu comme les spectateurs de Woodstock (800.000 spectateurs) ou Wright (400.000) des années soixante qui en gardent encore aujourd’hui le souvenir. Il ne fait donc nul doute que la désignation des villes d’accueil des JMJ va faire l’objet de véritables campagnes de promotion. La preuve ? Lorsque la ville de Sidney a été annoncée comme étant la prochaine destination, le premier ministre australien, John Howard a clamé sa « joie sur le fait que les prochaines JMJ aient lieu en Australie ».



Ils sont combien aux JMJ ?

Depuis 1987, les JMJ sont théoriquement organisées en alternance dans un endroit central de la planète. Dans les années intermédiaires, elles ont lieu à Rome et dans les diocèses du monde entier.

1984, date du Jubile international de la Jeunesse à Rome : 300.000 jeunes
1985 : Rome : 250.000 jeunes
1987, Buenos Aires ; 1989 : Compostelle
1991 : Czerstochowa (Pologne) : 1,5 millions jeunes
1993 : Denver (USA) : 500.000
1995 : Manille (Philippine) : 4 millions !
1997 : Paris (France) : 1 million (dont 1500 belges inscrits)
2000 : Rome (Jubile de l’an 2000) : 2 millions (dont 2500 belges inscrits)
2002 : Toronto (Canada) : 800.000 (dont 700 à 800 belges inscrits)
2003 : Cologne : 800.000 pour la semaine, plus d’un million pour la messe finale (dont 3220 belges inscrits)

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les Belges francophones sont plus nombreux à s’inscrire aux JMJ. Selon les statistiques, pour les quatre dernières JMJ, au total on retrouve 4.594 inscrits francophones contre 2.266 néerlandophones et 1.160 indéterminés sur les 8.020 jeunes provenant de notre pays.


Lu 1723 fois
Notez


1.Posté par P. Zénon SENDEKE, scj le 11/07/2007 22:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je veux plutôt conaître les conditions de participation aux JMJ 2008 à Sidney. Suis prêtre du sacré-Coeur de Jésus travaillant dans une école, recteur, à Kisangani en RDC. Je pense y aller, mais...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com