TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Autocaristes : la ville de Saint-Denis et le Stade de France sont « coupables »

les réactions de Richard Vainopoulos et Thierry Schidler


Rédigé par Karine PLUMARD le Mardi 10 Mars 2009

Depuis le drame du Stade de France qui a fait deux morts, la SNCF et les autocaristes sont la cible de nombreuses critiques. Richard Vainopoulos (président de TourCom) et Thierry Schidler (président du Syndicat national des entreprises de tourisme en autocar) réagissent.



Le manque de parkings fait que parfois le point de rendez-vous pour le retour n’est pas le même que celui de l’aller. Et en général, il faut regagner son car au pas de course…
Le manque de parkings fait que parfois le point de rendez-vous pour le retour n’est pas le même que celui de l’aller. Et en général, il faut regagner son car au pas de course…
Samedi soir, 13 supporters lillois ont été fauchés par un RER près du Stade de France, alors qu’ils tentaient de regagner, par des voies interdites aux piétons, leur autocar stationné de l'autre côté du canal de Saint-Denis (93).

Depuis ce drame qui a fait deux morts, la SNCF et les autocaristes sont la cible de nombreuses critiques. Richard Vainopoulos (président de TourCom) et Thierry Schidler (président du Syndicat national des entreprises de tourisme en autocar) réagissent aux attaques.

« Ne nous cachons pas la vérité ! ». C’est ce cri d’alarme qu’a lancé hier à la presse Richard Vainopoulos, en réaction au drame qui s’est produit samedi soir aux abords du Stade de France, à l’issue du match de football Lille-Lyon.

Pour le président de TourCom, les responsables ne sont pas à chercher du côté de la SNCF, accusée d’avoir « laissée ouverte la porte d’accès à la voie ferrée » avec un «système de fermeture défaillant» d’après l’enquête en cours ; ni des autocaristes (le chauffeur des supporters lillois aurait « mis la pression » à ses passagers sur l’horaire du retour).

Les « coupables » seraient plutôt du côté du Stade de France et de la ville de Saint-Denis (93).

Pas assez de parkings pour les autocars

La vérité de Richard Vainopoulos, c’est qu’« il n’y a pas de parkings suffisants pour les autocars et les mesures de stationnement imposées par la Préfecture sont trop restrictives.

Quand enfin un chauffeur parvient à se garer pour venir chercher des supporters, les forces de l’ordre lui mettent alors une forte pression sur le temps d’arrêt !

Contrairement à l’arrivée au Stade, il n’y a pas de signalétique claire à l’issue d’un match ou d’un spectacle et, par manque de visibilité ou pressés par le temps, lorsque les gens sortent, il suivent les mouvements de foule et s’égarent régulièrement. Ils prennent alors des risques pour rejoindre le RER ou leurs moyens de transport. »


Il est vrai que la scène est difficile à imaginer : 78 000 personnes (comme c’était le cas samedi dernier) lâchées au même moment hors du stade… avec un suivi du spectateur ultra discret et un parking pour autocar situé à un kilomètre de là…

La vérité de Thierry Schidler rejoint celle de Richard Vainopoulos. Joint par téléphone, le président du Syndicat national des entreprises de tourisme en autocar (Snet) met au premier chef des responsables « l’imprudence » des supporters lillois.

Mais il connaît, comme tous les autocaristes, le « cauchemar » du Stade de France les soirs de matches : « Il est impossible de se garer. Le parking est plein et la Police ne cesse de faire bouger les autocars stationnés dans les rues aux abords du stade.

Pourquoi ne peut-on pas rester là alors qu’on ne gêne personne ? Les policiers eux-mêmes ne le savent pas mais ils appliquent la consigne de la Préfecture qui est de nous faire déguerpir vers des voies plus lointaines. »

La Police ne veut rien entendre

Du coup, nombreux sont les passagers à être déboussolés car le point de rendez-vous pour le retour n’est pas le même que celui de l’aller. Et en général, il faut regagner son car au pas de course…

Précisons que samedi soir, les 13 supporters lillois n’ont pas pu rejoindre leur autocar par le même chemin que celui emprunté à l’aller car l’accès en était bloqué par des CRS.

Quant au « coup de pression » qu’un chauffeur peut mettre à ses passagers, Thierry Schidler est clair : i[« Les conducteurs sont soumis à des réglementations strictes [amplitude horaire notamment] que les passagers doivent aussi respecter.

Un aller-retour Lille-Paris un soir de match, c’est toute une chaîne à mettre en place, dont l’horaire fait figure de maillon essentiel. Le chauffeur donne des consignes à ses passagers qui s’ils ne les respectent pas, encourent le risque de devoir rentrer par leur propre moyen. » ]i

Et de conclure : « A une minute près, les gens savent qu’ils peuvent rater un train ou un avion. Et bien c’est la même chose avec un autocar. »

Les conclusions de l’enquête statueront sur les causes et responsabilités des uns ou des autres dans ce drame. En attendant, Guillaume Pepy, président de la SNCF, a annoncé des mesures de sécurité supplémentaires pour la zone du Stade de France (mise en place de caméras infrarouges de surveillance à distance afin de « couper automatiquement la circulation si quelqu’un franchit le grillage »).

Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat chargé des Transports, a pour sa part demandé au Bureau enquête accident (BEA) « d’examiner les risques liés à des rassemblements importants de personnes à proximité des voies ferrées » et de « proposer des recommandations ».

Reste à Saint-Denis et au Stade de France de repenser le stationnement des autocars…

Lu 6305 fois

Notez


1.Posté par Philippe Beissier. Alpilles voyages le 10/03/2009 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour avoir eu à gérer les déplacements d'une équipe de L1, pas la moins médiatique puisque l'Olympique de Marseille, ce n'est pas très simple et c'est souvent difficile avec la passion, la fatigue et l'exitation que provoque un match chez les supporters.
Cette triste histoire n'est pas la faute de qui que ce soit, pas plus des autocaristes, que de la SNCF ou la ville. Il faut respecter la peine des familles et considérer la tristesse de la mort de gamins innocents, mais il faut surtout comprendre pourquoi des adultes peuvent en pleine nuit monter sur un pont de chemin de fer avec des gamins pour rejoindre un car, si loin ou mal géré soit-il, sans considérer le danger que cela représente pour eux et ceux qu'ils entrainent.
C'est plus une éducation de tous les jours, sur les régles élémentaires de la vie et du fonctionnement de la société que sur les responsabilités d'un responsable qu'il faut se pencher, mais c'est une autre histoire.

2.Posté par Bernard le 10/03/2009 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On vit dans une société où il faut des coupables, afin de faire aussi de l'argent sur les procès, sur de gros dommages et intérêts, etc... c'est, paraît-il à cause de la mondialisation (l'américanisation, en fait)...
Non mais, sans blague, ça vous viendrait à l'idée de vous balader sur les voies de chemin de fer ?
Faut-il être un surdoué pour réaliser que c'est très risqué ?

3.Posté par Patrice Weiss le 10/03/2009 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait d'accord avec les deux commentaires. Sauf à manquer singulièrement d'entendement, chacun sait qu'une voie ferrée n'est pas un lieu de promenade ni de passage dénué de tout risque. Lorsque l'un des rescapé précise qu'il ne pouvait pas savoir si la voie servait ou non on peut se poser des questions car l'aspect, même nuitemment d'une vie servant beaucoup et une voie abandonnée n'est pas du tout le même ! Quant à sécuriser toutes les voies ferrées c'est purement utopique et hors de prix. Il est des pays, Etats Unis, Canada entre autres, où les voies de chemin de fer ne sont pas protègée du tout mais les locaux ne sont peut-être pas inconscient des dangers. Et, à force de protèger et de sur-protèger, on en vient à des populations qui ne font plus attention à rien. De même qu'il faut regarder avant de traverser une rue, même au feu rouge, de même il convient de ne pas s'aventurer inconsidérément là où un danger menace.
Il n'en reste pas moins que cette affaire est douloureuse et bien triste, mais comme le précise justement Philippe Beissier ci-haut, l'éducation et le respect de règles élémentaires de la vie manquent parfois cruellement. Une mission pour les clubs tout autant que pour tous...

4.Posté par DANIEL le 10/03/2009 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour......

Il faut malheureusement, que 2 jeunes y laissent leur vie, pour que l on se penche sur le problème.

Le Stade de France à St Denis, dès sa création, ce fût une erreur, et un affrontement politique......qui se souvient, ou veut se souvenir, surtout à droite !!!!!
Que, la politique toujours la politique...... a mené ce débat
Rocard voulait implanter ce stade dans cette grande plaine de Marne la Vallée, où non seulement, il y avait place, pour un grand stade, mais aussi un immense parking, et par extension, pourquoi ne pas imaginer, d 'autres aménagements sportifs, ......piscine olympique, patinoire, vélodrome etc etc......Hotels Centre de loisisrs, D autant que ce secteur, est desservi , par un faisceau d'autoroutes ( l' A4, puis l' A104 qui mène à l'A6, A5, A10, l' A86, à l'A1 , A15, A13) par le RER, le TGV
Mickey, ne s est pas trompé, lui !!! il ne fait pas de politique partisane, seul la politique de son porte monnaie compte.
Mais en France, ce n est que rivalités incultes.....................

Mme Alliot Marie, à cette époque, Ministre des Sports, a décrété, ce sera St Denis......
14 ANS après, elle va mener l'enquête, (tiens encore elle!!!)

Désolé de débattre, suite à ce drame, que ces 2 petits SUPPORTERS, reposent en paix, car en conclusion, et je l ai toujours pensé, l implantation de ce stade à ST DENIS, a été une erreur, sur cette endroit polué, et sclérosé

Bonne journée


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com