TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Billetterie : après la « commission zéro » voici le temps du « risque zéro » !

le raccourcissement délais BSP va mettre à mal les distributeurs


Rédigé par Michèle SANI le Lundi 26 Octobre 2009

Combien seront-elles les agences de voyages aptes à répondre aux exigences BSP des compagnies IATA ? Les grands canaux de distribution, les réseaux intégrés spécialisés et les grosses entreprises structurées pour pouvoir immobiliser une partie de leur trésorerie. Les autres jetteront l'éponge.



le durcissement des délais et des garanties imposés par les compagnies aériennes  impactera en priorité les petites agences qui sont légion sur le marché...
le durcissement des délais et des garanties imposés par les compagnies aériennes impactera en priorité les petites agences qui sont légion sur le marché...
Et que dire des nouveaux acteurs qui entreront dans la profession ? Les futurs immatriculés trouveront-ils quelque intérêt à faire de la billetterie ?

Les petites structures qui émettent de la billetterie « Affaire » et « Loisir » auront toujours cette alternative : abandonner toute activité de billetterie et faire appel à des « consolidateurs » qui, à l'instar de Go Voyages ou Runaworld, émettront leur billetterie en partageant la rémunération facturée au client.

Reste la question de savoir qui garantira les compagnies aériennes des défaillances éventuelles des agences de voyages ? Elle reste en suspens. Aucune structure de ce type n'existe en France.

Les nouvelles conditions sont draconiennes

L'APS ? Ce n'est pas sa vocation. Sa garantie va au client final consommateur de voyages.

Les banques ? Elles sont on ne peut plus frileuses et considèrent les professionnels du tourisme comme des métiers à risque.

Alors, pensez, en temps de crise !

Christian Coulaud, directeur de Runaworld spécialiste du voyage d'affaires en ligne, y réfléchit. En émettant la billetterie de plus de 200 agences de voyages – dont le réseau CEDIV – et de quelques petits tour-opérateurs non agréés IATA il connaît bien la situation du marché.

« Les nouvelles conditions réclamées par les compagnies deviennent draconiennes. Elles vont multiplier les distorsions de concurrence. 80 % d'entre elles se trouvent déjà dans une situation de trésorerie délicate ».

1 million d'euros par mois de facture billetterie

Michelle Laget Herbaut, directeur général des Voyages Mathez-Viazur et présidente du SNAV Ile-de-France connaît bien le sujet.

Elle qui paie une facture billetterie de l'ordre du million d'euros par mois (12 M€ par an) place une partie de ses gains sur un matelas permanent de 600 000 euros de trésorerie.

« Nous servons d'ores et déjà de banquiers à nos clients et la situation va s'aggraver. Les entreprises de tourisme devront avoir les reins solides et justifier d'un certain volume d'affaires pour poursuivre leur activité de billetterie.

Mais quel avenir pour les petites et moyennes agences, celles qui ne disposent pas de trésorerie et qui doivent payer le BSP alors qu'elles n'ont pas encore reçu l'argent de leurs clients.

De leur côté les clients ne sont pas prêts à payer à l'avance surtout en période de crise. Nos clients « grands comptes » sont dans tous les secteurs d'activité et tous les secteurs sont touchés par la crise »
reconnaît Michelle Laget-Herbaut.

De son côté la directrice d'une petite agence indépendante échaudée déclare : « Nous sommes obligés de passer par le prélèvement. L'agrément est coupé dans les 24 heures si nous ne sommes pas en date de valeur.

En réalité nous devons payer d'abord et contester après. Ils ne cherchent pas à comprendre même si l'erreur vient de la banque  ».

Exit les ''mauvais payeurs'' !

Après le temps de la « commission zéro » voici venu le temps du « risque zéro ». Les compagnies IATA, Air France en tête, semblent avoir mis ce système en place pour faire une sélection naturelle dans les agences de voyages.

On entendrait presque dire « Que les bons payeurs soient et que les autres disparaissent ! » Gestion à l'américaine, sans état d'âme.

On le sait, elles n'accordent aucun délai, aucun passe-droit, les compagnies. Une fausse manoeuvre, un message erroné, une étourderie, la date de valeur dépassée de quelques heures au BSP et l'agrément sautera.

Inutile de se justifier et de demander grâce, le robinet sera coupé. Il faut aussi reconnaître qu'aujourd'hui tout va très viter. Un client « grand compte » qui vous lâche, une entreprise en difficulté qui tarde à payer, ça vous fait basculer un bon bilan en quelques mois.

L'APS est bien placée pour le vérifier. En revanche les compagnies aériennes ne semblent pas pressées de se garantir de leur propre défaillance. Le sujet devient récurrent.

Comment et par qui garantir les agences de voyages des défaillances des compagnies aériennes ? Le sujet est dans les tuyaux du SNAV. On attend la suite.



Lu 4825 fois

Notez


1.Posté par nowykaczor le 27/10/2009 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A force de jouer aux gros bras, les compagnies aériennes obtiendront l'effet inverse : les passagers ne voyageront plus... Faute de billets d'avion... Parce que la gestion de la tréso, c'est la même pour tout le monde, à savoir que toute entreprise attend le règlement de ses clients pour, à son tour, payer ses fournisseurs.

Encore une histoire de serpent qui se mord la queue...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com