TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading

Travel in France





Bretagne : balade au grand air des Monts d’Arrée

Un paysage, âpre, nu, minéral


Rédigé par Jean-François RUST le Mercredi 9 Août 2017

Au cœur du Finistère, entre Léon et Cornouaille, ce massif concentre un pan majeur de la fantasmagorie bretonne. De menez (monts) dodus en tourbières brumeuses, d’allées couvertes mystérieuses en cisaillements quartzeux, cette terre austère suscite l’inquiétude autant qu’elle favorise la contemplation. Ici, nature, légendes et patrimoine se mêlent en une alchimie propice à exciter l’imagination.



D’en haut, tout le Finistère Nord se découvre : les clochers rassurants de Plounéour-Ménez et de Commana, la riche plaine du Léon, la baie de Morlaix et le « morceau de sucre » blanc du navire de la Britanny Ferries, assurant la liaison avec l’Angleterre depuis Roscoff - DR : J.-F.R.
D’en haut, tout le Finistère Nord se découvre : les clochers rassurants de Plounéour-Ménez et de Commana, la riche plaine du Léon, la baie de Morlaix et le « morceau de sucre » blanc du navire de la Britanny Ferries, assurant la liaison avec l’Angleterre depuis Roscoff - DR : J.-F.R.
La balade prête à sourire mais si l’on avait été seul, aurions-nous été aussi sereins ?

En cette soirée d’été, Youenn Daniel et Jean-Michel Mesmin rassurent le public par leur entregent de conteurs, entraînant à la nuit tombée le groupe de touristes-marcheurs dans les chemins creux de Botmeur, à la recherche des sons de la nature et des korrigans.

Il se dit que ce soir-là, des pré-ados de Brest en ont croisé quelques-uns, peut-être attirés par le son de la flûte traversière de Youenn.

La nuit, les korrigans, gnomes farfelus gardiens des trésors des collines, chassent, nous dit-on, la limace… Il n’aurait plus manqué que l’Ankou, le faucheur d’âmes, vienne avec sa serpe maléfique nous attirer vers le Youdig, les portes de l’Enfer…

En arrivant le premier jour dans ce territoire désolé, le « mystère » des monts d’Arrée nous surprend moins que l’étonnante fraîcheur météo.

Notre gîte, posé tout en haut de la Bretagne, au pied de la chapelle Menez Mikael (montagne Saint-Michel de Brasparts), a beau n’être qu’à 300 mètres d’altitude, il baigne dans une atmosphère automnale qui inviterait presque, en plein mois de juillet, à allumer la cheminée.

L’impression montagneuse est d’autant plus saisissante que l’on débarque de la côte et du pays Belon, où les plagistes se dorent insouciants sur le sable chaud.

Gorsedd Digor, réunion de druides

Mais c’est ainsi dans les Monts d’Arrée : le paysage, âpre, nu, minéral, souvent noyé dans la brume à la moindre contrariété météo, invite l’esprit à divaguer, l’âme à se tourmenter.

Pas étonnant qu’ici conteurs bretonnants et cercles druidiques aient élu domicile. Il nous a même semblé que dans ce territoire les jeunes portaient plus qu’ailleurs des prénoms bretons, Youenn, Riwanon, Awenn…

Le lendemain de notre passage, une réunion de druides, bardes et ovates de Bretagne, Gorsedd Digor, se tenait à la chapelle Saint-Michel, ancien temple celte voué au culte solaire, avant d’être sanctuaire catholique. Un sortilège nous a malencontreusement entraînés vers l’Angleterre, nous empêchant d’assister à ce comice…

Le mystère grandit au gré des balades naturalistes sur les sites du massif. Autour du lac Saint-Michel, réserve artificielle créée en 1937 puis utilisé par l’ex-centrale nucléaire de Brennilis (en cours de démantèlement), le vert velours du vaste marais tourbeux à molinies, plante des sols humides, cache un petit monument druidique et l’alignement obscur des « Noces de Pierre ».

« On dit qu’un soir de noces, un prêtre moqué par des invités les auraient changé en statues », indique Awenn Plougoulm, conteuse bretonne et guide à l’office de tourisme du Yeun Elez, à Brasparts. Nous quittons les lieux sans nous attarder…

Allée couverte du Mougau Bihan

Le mystère, c’est aussi celui des allées couvertes.

A Commana, celle du Mougau Bihan, 14 mètres de long, splendide sépulture mégalithique parfaitement conservée, a été édifiée vers 3 000 ans avant J.C. Elle affiche sur ses piliers des ornementations d’outils et une déesse, prétextes à moult interprétations.

A Brennilis, alors que porté par le vent remonte à nos oreilles les sons du Festival de Carhaix, deux jeunes assis dans l’herbe, au pied d’un hêtre, tirent sur leur cigarette, en discutant devant la Maison des Fées (« Ti ar boudiged »), un autre dolmen néolithique.

Sont-ils là par hasard ? « Nous venons ici parce que c’est tranquille. Et il y a un magnétisme… », lance le garçon, cheveux très longs, visage ascétique.

Doit-on ajouter que les Monts d’Arrée drainent une jeunesse culturo-associative à forte identité bretonnante, fumant du tabac à rouler, éventuellement piercée, accessoirement gothique ?

Nous n’en avons pas fini avec les surprises. Autour de Brennilis, Maureen Sevrain, éducatrice nature à l’association Bretagne Vivante, nous entraîne dans la Réserve naturelle du Venec, la seule tourbière bombée encore en formation en Bretagne. Datée de 5 000 ans, sa taouarc’h (tourbe) était utilisée il n’y a pas si longtemps comme combustible.

Dans ce paysage verdoyant et silencieux, poussent la drosera et une fougère miniature, appelée « l’herbe d’oubli ». Son pouvoir était de faire perdre son chemin à quiconque marchait dessus. Vérité ? Légende ? « C’était l’excuse invoquée par les hommes lorsqu’ils rentraient ivres d’une fête pour justifier leur retard », sourit Maureen.

Apoteiz et terre battue

A Huelgoat, le paysage prête aussi aux interrogations.

Autour de ce bourg jadis prisé des Parisiens et des Rennais pour sa fraîcheur - le nombre d’hôtels, bars et restaurants en témoigne -, la promenade le long de la rivière d’Argent offre son lot de chaos rocheux et de boulders aux formes bizarroïdes, propres à enflammer l’imagination.

Ne trouve-t-on pas ici le lit du Roi Arthur, supposé creusé dans la roche ? L’endroit ne serait-il pas aussi peuplé de fées ?

La facile - trop facile… - fantaisie surréaliste qui éclot à l’évocation des Monts d’Arrée ne doit pas faire oublier que nous sommes dans un territoire de vieille ruralité, aux paysages et patrimoine simplement remarquables.

Pour preuve, la visite de la maison Cornec, à Saint-Rivoal. Datée de 1702, elle témoigne d’un habitat rural pauvre, dont les propriétaires, pour subvenir à leurs besoins sur ces terres malingres à peine bonnes à recevoir du blé noir, étaient plutôt tournés vers l’activité d’élevage, d’ardoisier ou de pilhaouer, récupération de vieux chiffons livrés aux moulins à papier de la région de Morlaix.

Le sol de la maison est ici en terre battue. La cohabitation avec les bêtes, dans l’étable contiguë, était de mise. Seul luxe ou presque : l’apoteiz (avancée), agrandissement de la pièce à vivre pour accueillir la table du repas, un banc-coffre et le lit clos.

L’étage avec cheminée de la maison Cornec, accessible de l’extérieur, servait probablement aux moines de l’abbaye du Relec à se loger, lorsqu’ils venaient percevoir les fermages auprès des paysans tenanciers.

Les schistes accrochent le ciel…

Remarquables aussi, sont les panoramas que l’on embrase depuis les sommets des Monts d’Arrée. 384 mètres, tel est le point culminant du massif, partagé entre le célèbre Roc Trévezel et le moins connu Tuchenn Gador.

L’ascension est courte mais les chaussures ripent sur les affleurements de schistes râpeux.

D’en haut, tout le Finistère Nord se découvre : les clochers rassurants de Plounéour-Ménez et de Commana, la riche plaine du Léon, la baie de Morlaix et le « morceau de sucre » blanc du navire de la Britanny Ferries, assurant la liaison avec l’Angleterre depuis Roscoff.

Dans le vent frais du soleil couchant, l’îlot perdu des Monts d’Arrée regarde de loin la vie battre en bas, depuis ses hauteurs « abandonnées ».

Un monde clos, certes, mais à portée de civilisation. « On dit des monts d’Arrée que ce sont les portes de l’Enfer. Mais on ne sait pas si c’est pour entrer ou en sortir », dit Awenn Plougoulm, laissant planer le doute.

Pour aller plus loin :
www.pnr-armorique.fr/

Lu 2649 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 17:51 Open Tour Paris : des bus 100% électriques


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92









Dernière heure






 

Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com