TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Business Travel : la sécurité des déplacements, la priorité des entreprises

manque de visibilité pour 2014


Rédigé par Bertrand Figuier le Jeudi 5 Septembre 2013

Après une année 2012 satisfaisante, 2013 n’inquiète pas trop les acteurs du business travel. À plus long terme, en revanche, ils manquent de visibilité, sauf pour les grands chantiers à conduire : optimisation des coûts, pilotage des politiques voyage, technologies et services, en particulier sur la sécurité des déplacements.



Sur le marché du voyage d’affaires, la concurrence se joue beaucoup moins entre le « on » et le « off line », entre les agences et les OTA, que sur la capacité des acteurs à coordonner vite et de façon proactive l’ensemble des outils, des processus, des transactions et des services au clients. De G. à D. : Éric Audouin AMEX, Régis Chambert Avexia, Richard Vainopoulos Tourcom, Jean Korcia Manor, et  Marc Leidelinger FFTP - DR
Sur le marché du voyage d’affaires, la concurrence se joue beaucoup moins entre le « on » et le « off line », entre les agences et les OTA, que sur la capacité des acteurs à coordonner vite et de façon proactive l’ensemble des outils, des processus, des transactions et des services au clients. De G. à D. : Éric Audouin AMEX, Régis Chambert Avexia, Richard Vainopoulos Tourcom, Jean Korcia Manor, et Marc Leidelinger FFTP - DR
Un peu de douceur dans ce monde de brutes, ça fait toujours du bien.

Après une activité 2012 plutôt satisfaisante, avec + 25 % chez Frequent Flyer Travel Paris (FFTP) par exemple, ou + 13% chez Tourcom, les acteurs français du Business Travel restent sereins pour leur bilan 2013.

Régis Chambert, le PDG d’Avexia, dont les bénéfices 2012 avaient effacé les mauvais résultats 2011, reste un peu déçu par la morosité du marché.

« En France, le BSP est négatif et au plan international, il n’est pas non plus en grande forme. » explique-t-il en s’attendant à une fin d’année difficile.

« Pour autant, je ne suis pas angoissé, » précise-t-il, « Seulement, nous ne serons pas à la hauteur de nos espérances ». Si Richard Vainopoulos, le Pdt de Tourcom, ne saute pas de joie lui non plus, il s’attend tout de même à faire un résultat étale par rapport à 2012.

À moins bien sûr, que les taxes en tous genres et les charges sociales continuent à freiner les dépenses des entreprises…

En revanche, le Président de Manor, Jean Korcia, est à peu près certain que son réseau finira dans le vert, même si les chiffres ne seront vraiment connus qu’après le conseil d’administration du 10 septembre prochain.

De son côté, Marc Leidelinger, le Pdg de FFTP, s’estime bien loti ; il prévoit une croissance relativement soutenue, entre 10 et 12 %, malgré « un contexte de récession et un marché qui se durcit de plus en plus ».

Des dépenses en baisse, mais des clients en plus

En rentrant dans le détail de leur activité 2013, tous constatent une baisse des dépenses chez leurs clients, mais chacun affirme avoir gagné de nouveaux comptes, chez les TPME, pour Tourcom par exemple, ou parmi les PME/PMI, pour FFTP notamment.

Tous également voient diminuer la durée du voyage, compensé en partie, selon le Pdt de Tourcom, par un rebond qualitatif sur le transport et l’hébergement.

« Malgré leurs résultats économiques encourageants, les entreprises continuent de serrer leur politique voyage» ajoute Éric Audouin, le Président France du voyages d’affaires chez AMEX.

« Elles sont très pragmatiques sur leurs dépenses et « priorisent » davantage leurs déplacements en fonction du retour attendu sur l’investissement. »

Autres tendances fortes, selon Marc Leidelinger, la direction des achats prend de plus en plus le pas sur le travel manager et les entreprises rapprocheraient de plus en plus leurs équipes Travel et MICE.

Un levier puissant dans les négociations fournisseurs

Enfin, nos interlocuteurs sont encore unanimes pour dire que les clients réclament un pilotage toujours plus pointu de leur politique voyage, le meilleur effet levier de la TMC pour les négociations fournisseurs et, au-delà de la simple assistance, une sécurisation toujours plus forte du parcours de leurs collaborateurs.

Pour 2014, le contexte économique actuel, aussi bien en France qu’à l’étranger, notamment dans les pays émergents dont la monnaie baisse avec les niveaux d’exportations, rend nos interlocuteurs relativement plus circonspects.

Aucun n’est pessimiste, mais Jean-Korcia estime que l’on va « piloter à vue » : « Les sociétés voyagent toujours mais elles sont très vigilantes sur les conditions et toujours plus exigeantes sur les services proposés. »

De même, Richard Vainopoulos table sur une rentabilité de 0 à 2% : « Il n’y aura pas de perte mais il faut être prêt à redémarrer, se mettre à jour sans cesse, surtout pour les gros comptes.

Le fait d’être affilié à GSM est un atout à cet égard, car l’information nous arrive de partout et ça permet de mieux anticiper.
»

La sécurité dans le TOP 3 des priorités clients

En revanche, les grands chantiers à venir leur semblent bien plus faciles à cerner que leur activité commerciale à court-moyen terme.

Pour Régis Chambert, par exemple, ce sera l’innovation et les investissements technologiques, d’où l’annonce d’un nouveau portail pour Avexia.

Pour Marc Leidelinger, outre la technologie et l’optimisation des coûts, il y a une vraie marge de progression sur l’hôtellerie, un domaine que les entreprises maitrisent mal .

« Cela va du conseil achat et du pilotage de la politique voyage, jusqu’à la gestion du back office, bien au-delà des simples tarification, reporting, réservation ou assistance. » assure-t-il, « Apporter ce véritable accompagnement global et intégré, c’est un chantier de 2 ou 3 ans. »

Un point de vue partagé par Jean Korcia, qui le généralise à toutes les interventions de la TMC, mais aussi par Éric Audoin pour qui la sécurité des déplacements est un élément fort de cet accompagnement intégral.

« À l’horizon 2016, la sécurité sera dans le Top 3 des services demandés par le clients. » prévient-il en rappelant l’article 230.2 du code du travail sur la responsabilité civile et pénale des entreprises.

« Dans ces conditions, on comprend pourquoi, depuis 2011, elle ne cesse de gagner des places dans les priorités des clients »

Audit des risques, formation des collaborateurs, information, géolocalisation, alerte… les solutions doivent être complètes et toucher toutes les étapes jusqu’à l’éventuel rapatriement.

« C’est un vrai marché » confirme Marc Leidelinger, avec une demande qui s’élargit régulièrement sous la pression des événements, en particulier lorsque le voyage couvre plusieurs pays.

Les SBT : des outils au service de la performance des TMC

Cette évolution joue plutôt en faveur des agences de voyages estiment nos interlocuteurs.

Bien sûr, les SBT ont largement fait leur apparition dans les entreprises, mais cela n’a pas provoqué de grands chambardements entre les acteurs du marché.

« Au début, il y a eu de la bagarre, mais maintenant ça rentre dans l’ordre » confie le Président de Manor, « La proximité et le facteur humain restent des éléments clés ; ça rassure le client. »

« Dans les transactions simples, c’est parfait pour le budget du client et pour les coûts, » renchérit Régis Chambert, « mais finalement, les SBT sont surtout des outils au service de notre performance : conseil, pilotage, services…. »

Si bien que, désormais sur le marché du voyage d’affaires, la concurrence se joue beaucoup moins entre le « on » et le « off line », entre les agences et les OTA, que sur la capacité des acteurs à coordonner vite et de façon proactive l’ensemble des outils, des processus, des transactions et des services au clients.

« Nous sommes la « Tour de contrôle » des déplacements de nos clients » glisse Éric Audoin, pour résumer en deux mots bien choisis la nouvelle dimension des TMC.

Lu 1031 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:15 Selectour : le congrès s'ouvre ce lundi à Québec

Vendredi 2 Décembre 2016 - 11:28 Autocars : TourCom référence Eurolines et isilines


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com