TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Canaries : Tenerife, grands espaces et dépaysement au programme

Une randonnée de 6h sur le GR 131


Rédigé par Jean-François RUST le Mardi 7 Février 2017

Connue pour ses séjours balnéaires, on aurait presque oublié que l’île est aussi un sanctuaire de la nature. Au centre et au nord, les massifs du Teide et de l’Anaga, à parcourir à pied, rappellent que grands espaces et dépaysement sont toujours de mise.



A mesure que le GR 131 grimpe le rebord de la caldeira, le panorama s’élargit sur la plaine de rocaille, la végétation rase, le volcan gris aux pentes ravinées… - DR : J.-F.R.
A mesure que le GR 131 grimpe le rebord de la caldeira, le panorama s’élargit sur la plaine de rocaille, la végétation rase, le volcan gris aux pentes ravinées… - DR : J.-F.R.
Puerto de la Cruz, un matin de printemps. La mer d’écume et les nuages bas ne disent rien qui vaille.

Dans cette station balnéaire historique de Tenerife, côte nord, les hôtels old fashion distillent une atmosphère surannée plutôt agréable.

Alors que la pluie s’annonce, les commerces ouvrent à pas comptés, les cafe con leche commencent à couler des percolateurs et quelques touristes - en majorité espagnols - promènent leur chien sur le front de mer.

Rien à voir avec l’ambiance anglo-saxonne et la vie nocturne survoltée de Playa de las Americas ou de Los Cristianos, les spots touristiques du sud de l’île…

Dans le bus qui grimpe les versants de la Orotava, fief de la banane canarienne, la niebla (brume) se fait menaçante et enveloppe la forêt de pins. Jusqu’à ce que le ciel se déchire, à l’entrée de la caldeira de Las Cañadas.

Sous un ciel soudain azur, la pointe acérée du Pico del Teide, volcan éteint et point culminant d’Espagne (3 718 m), domine un décor lunaire de lave et de concrétions. Magnifique !

Il en est souvent ainsi à Tenerife, île où les alizés buttant sur la côte nord laissent volontiers le cœur volcanique libre de tout nuage.

Pour mieux apprécier ce paysage, cap sur une marche de 6 heures. Depuis l’hôtel Parador, à plus de 2 000 m d’altitude, le chemin trace son sillon dans la dépression volcanique, au milieu des rochers figés.

A mesure que le GR 131 grimpe le rebord de la caldeira, le panorama s’élargit sur la plaine de rocaille, la végétation rase, le volcan gris aux pentes ravinées…

Mer… de nuages

Sur la ligne de crête, à 2 400 m d’altitude, un autre spectacle nous attend : celui de la mer de nuages couvrant la partie du sud de l’île.

L’impression d’être au dessus du monde…

La descente par le GR jusqu’au village de Villaflor, 10 km plus bas, est comme un livre ouvert sur la nature canarienne.

La « plongée » dévoile les ravins secs, que l’on nomme ici barrancos. Puis l’étage forestier, pins canariens et sapins conquérants. Enfin les champs de lave noire, où l’on repose ses pieds d’une marche sur des cailloux ailleurs très acérés.

Les premières cultures en terrasses - les agriculteurs couvrent leurs champs de pierre ponce pour capter l’humidité de la nuit - signent l’arrivée à Villaflor, où de délicieux fumets de queso asado con morcilla (fromage rôti et saucisse) s’échappent de l’unique auberge du village.

Tout autre est le paysage offert par le massif de l’Anaga, à l’extrême nord-est de l’île. En direction de ces confins où peu de touristes s’aventurent - c’est l’intérêt ! -, nous traversons La Laguna. Le centre ancien de cette localité des hauteurs, où souffle souvent un vent frais, regorge de bâtiments à balcons de bois et de palais au style colonial des 16e, 17e et 18e s.

Alignés le long de rues au cordeau, ils témoignent de la prospérité de cette ville, ancienne capitale de l’île et qui demeure son cœur culturel et universitaire. Classée au patrimoine mondial par l’Unesco, La Laguna est encore peu visitée.

Villages blancs « oubliés »

Mais revenons à l’Anaga. Ici, point de montagnes arides comme dans le Teide. Les pluies du large verdissent ce massif abrupt qui plonge dans l’océan, s’ouvrant sur des villages blancs « oubliés », Taborno, Las Carboneras, Valle Brosque

Ce territoire d’à peine 8 000 habitants, parc rural naturel déclaré en 2015 « Réserve mondiale de la Biosphère », n’a été relié par des routes au reste de l’île que dans les années 1950.

Encore difficilement accessible, il est couvert d’une forêt de lauriers et de magnifiques cardones, les fameux cactus candélabres. Un bout du monde dans lequel la randonnée prend des allures de petite aventure.

Ainsi va l’itinéraire qui relie les villages d’Afur et de Taganana. En 4h petites heures, le chemin dévale des vallons secs, se joue de reliefs aigus, rejoint un torrent côtier… avant de parvenir à l’océan, bordé de falaises vertes et noires, façon Donegal irlandais.

La suite du parcours jongle avec la paroi rocheuse, en surplomb de la mer. Jusqu’à ce qu’apparaissent, au loin, les maisons blanches à toits plats des hameaux de Taganana, dominées par des pics aux allures de pains de sucre.

Cela vaut bien un arrêt final au cœur de ce village rural, développé autour de son église à petit clocher du 16e s.

Un verre de blanc Tacoronte (le vin de l’île est excellent), un peu de fromage de chèvre, une tartine de gofio (pâte à base de céréales)… oui, Tenerife mérite mieux que son image de resort balnéaire pour Nord-Européens fatigués.

www.tenerifewalkingfestival.com

Lu 3596 fois

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Avril 2017 - 00:28 Croatie : un road trip "by the coast"


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com