TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Carrefour, Leclerc, NF et Thomas Cook rassemblés au sein de l'UDiV


Rédigé par La Rédaction le Mercredi 15 Décembre 2010

Carrefour Voyages, Leclerc Voyages, Nouvelles Frontières et Thomas Cook ont annoncé ce jour la formation de l'Union des Distributeurs du Voyage (UDiV) en vue d'engager les distributeurs intégrés du voyage dans la constitution d'une Fédération des Métiers du Voyage.



Carrefour Voyages, Leclerc Voyages, Nouvelles Frontières et Thomas Cook viennent d'annoncer dans un communiqué de presse, la formation de l'Union des Distributeurs du Voyage (UDiV).

Ce groupement représente, selon le communiqué 40% du marché de la distribution des voyages touristiques.

"L'UDiV prévoit de pouvoir accueillir d'autres réseaux intégrés d'agences de voyages dont le volume d'affaires serait suffisamment significatif."

Il s'agit d'une association professionnelle qui a "pour mission de défendre les intérêts des distributeurs représentés et contribuer à promouvoir leur rôle économique et social auprès de l'ensemble de leurs partenaires et des pouvoirs publics. "

l'UDiV s'alliera avec le CETO au sein d'une fédération

"L'Union a également comme objectif d'engager le travail et la réflexion avec les autres organisations professionnelles des métiers du voyage (tour-operating, aérien, hôtellerie, résidences de tourisme, ...), en vue de la constitution d'une Fédération des métiers du tourisme puissante.

Le CETO (Association de Tour-Opérateurs), et l'UDiV ont dans ce cadre choisi de s'allier pour former au sein de cette future Fédération une branche à part entière. Ils sont également en discussion avec Level.com (Association des Agences de Voyages en ligne). "


La présidence de l'UDiV est non exécutive et tournante. Le premier Président est Denis Wathier, Président de Thomas Cook France, pour une année.

« La création de l'UDiV est une nécessité pour les distributeurs du tourisme tels que Thomas Cook et les membres fondateurs de cette Union. La crise du volcan a notamment révélé certaines faiblesses dans notre pouvoir de négociation avec les autorités publiques, tant au niveau de la défense de nos intérêts que de ceux de nos clients. C'est dans cette optique que nous souhaitons œuvrer, avec mes confrères de la distribution, à la création d'une Fédération des métiers du Tourisme », précise Denis Wathier, Président de Thomas Cook France.

Pour Jean-Marc Siano, Président du directoire du groupe Nouvelles Frontières : « Le groupe Nouvelles Frontières mesure au quotidien l'importance d'une harmonisation entre les métiers de TO, de l'aérien et de la distribution. Aujourd'hui il faut avoir une même vision générale en termes stratégique, social, économique et financier.

Défendre les intérêts des clients et des acteurs du voyage dans un cadre national, européen et international est la mission voulue par les fondateurs de l'UDiV. La création de l'UDiV est essentielle à la constitution de la Fédération Nationale rassemblant l'ensemble des métiers du tourisme
».

« L'UDiV nouvellement créée regroupe les distributeurs intégrés les plus importants du tourisme ayant les mêmes attentes et les mêmes besoins. Elle représente un outil commun de réflexion et d'action, qui constituera un socle pour la future Fédération » a précisé Bernard Boisson, Directeur E. Leclerc Voyages

Pour Isabelle Cordier, Directeur Carrefour Voyages : « Dans un contexte où les changements et les transformations de notre secteur prennent une importance croissante, il apparaît urgent de ne pas rester immobile et de définir une vision commune et plus élargie. L'UDiV est une première réponse. La Fédération, une finalité ».

Lu 3622 fois

Notez


1.Posté par THOREL le 19/05/2013 20:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Je souhaiterais attirer votre attention sur les difficultés que rencontrent certains provinciaux, lorsque le pré et post-acheminement n'est pas possible en avion ou en train, pour rejoindre l'aéroport d'Orly lors de vols matinaux qui nécessitent de se présenter vers 5 heures du matin et pour rejoindre leur domicile lors de retours tardifs.

Plusieurs possibilités s'offrent à eux:

- Venir et repartir en navette depuis leur province mais le coût alourdit considérablement le budget vacances et donc limite la fréquence de celles-ci et cela devrait interpeller les voyagistes.

- Venir en voiture, mais les tarifs de location du m2 des parkings, même pour les moins chers d'entre eux, sont dignes des quartiers les plus chics de Paris sans pour autant avoir la certitude de la retrouver ou de la retrouver en bon état.

- Coucher à l'aller et au retour dans l'un des deux seuls hôtels situés sur l'aéroport (Hilton ou Ibis) mais aux coûts dissuasifs avec les mêmes conséquences.

- Coucher dans l'un des hôtels les plus proches de l'aéroport, situés principalement à Rungis mais étonnamment pas tous desservis par un service de navettes pour rejoindre l'aéroport. Ce qui expose les voyageurs à des ''transporteurs'' douteux, pour rejoindre l'aéroport distant de seulement trois kilomètres, aux tarifs abusifs qui peuvent faire doubler le prix de la chambre.

- Coucher à Paris pour profiter en même temps de la capitale et rejoindre l'aéroport le matin. Mais cela est pratiquement impossible, en effet les premiers départs ne commencent qu'à:
- 5h00 pour les cars Air France.
- 5h35 pour ceux d'Orly Bus.
- 5h30 pour le RER B + Orlyval. De plus ce dernier est totalement interrompu toute la journée, les 3, 4, 5, 6 et 10, 11, 12 et 13 juin.
- 5h39 pour le RER C + bus ADP (paradoxalement appelé "Paris par le train").

- Concernant les navettes et taxis de nuit de la région parisienne, les tarifs font frémir les plus aisés des voyageurs.

Seul le "Bus Noctilien" pourrait permettre une arrivée à Orly dans les temps mais dans des conditions difficiles avec les bagages et des horaires et un temps de trajet qui rendent inutile la location d'une chambre et font démarrer un long voyage dans des conditions inacceptables.

Il est dommage de dépenser autant de temps et d'argent pour uniquement rejoindre et quitter Orly et il me semble donc que les voyagistes auraient tout intérêt à se pencher sur le problème. Ils pourraient par exemple mutualiser une navette fréquente et à tarif raisonnable pour desservir les hôtels de Rungis ou négocier avec ces hôtels, qui fonctionnent essentiellement avec les usagers de cet aéroport mais qu'ils laissent se débrouiller pour en venir et/ou y aller. Et pourquoi pas, en cas de refus, créer une structure digne qui ne dissuaderait pas de voyager ?

Merci de votre attention

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com