TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Cediv/Air France : Le Tribunal de Commerce de Paris ne nommera pas d’expert

1 500 € à payer par l’association


Rédigé par La Rédaction le Vendredi 11 Mars 2005

Une semaine après la première audience, le Tribunal de Commerce n’a pas suivi le Cediv dans sa demande d’expertise de l’avenant n°3 signé le 23 juillet dernier entre le SNAV et Air France et condamne dans la foulée l’association à 1 500 € en réparation envers la compagnie aérienne.



le Tribunal de Commerce n’a pas suivi le Cediv dans sa demande d’expertise de l’avenant n°3
le Tribunal de Commerce n’a pas suivi le Cediv dans sa demande d’expertise de l’avenant n°3
3 minutes, il aura fallu 3 minutes au président de Baecque qui dirigeait la séance pour rendre son verdict. Après les considérations d’usages qui rappellent les identités des protagonistes, l'intervention volontaire du Snav et les désistement d’Air France à reconnaître la compétence du Tribunal de Commerce de Paris… il juge irrecevable la demande du Cediv.

Pour la deuxième fois, l’association n’est pas suivie par la justice dans sa demande d’assigner un expert sur la viabilité de l’avenant n°3. Le jugement étant assorti d’une condamnation de 1500 € au titre de l’article 700.

« La commission 0 est une opportunité »

« Je n’attendais pas de miracle mais je ne comprends toujours pas pourquoi on ne peut pas avoir une validation par expertise de ce modèle économique. » Pour Adriana Minchella, la présidente du Cediv, il ne s’agit absolument pas d’un combat d’arrière garde.

« Je ne suis pas pour le maintien de la commission comme on peut le croire encore. Je pense que la commission 0 est une opportunité pour les agences. Mais je veux savoir si les chiffres qu’on me donne sont viables, c’est tout. »

Pour la viabilité du modèle économique, il suffit de se rendre sur le site du Syndicat à
l’adresse http://www.snav.org/sfrpu_news_article.php?id_article=572 qui en traitait de la journée d’information du 8 juillet et de s’attarder sur les tableaux de simulation.

Pas tous à la même enseigne

Et, à la lecture de ceux-ci, elle a raison de s’inquiéter Adriana Minchella. Selon les « éléments de négociation » présentés par Robert Darfeuille, le président des réseaux intégré au SNAV qui a géré l’affaire, une agence loisirs avec un CA de 1,5 M€ passerait d’une rémunération de 6,7 % en 2004 à 8,06 % cette année (avec l’accompagnement) et 7,37 % en 2006.

Pour une agence Affaires qui réalise un CA de 3,3 M€, le passage à la commission 0 n’aurait que peu d’incidence (5,5 % en 2004 et 5,41 en 2006). Pour les agences en ligne, par contre, il y a de quoi s’inquiéter. De 7 % estimés en 2004 elle n’ont plus que 4,6 % en 2006. Avec des taux pareils, c’est la mort du tourisme sur Internet.

Les réseaux ne veulent pas ouvrir leurs comptes

Si, selon ses simulations, les agences traditionnelles vont augmenter leur rémunération et gagner plus, comment expliquer (après que le Bureau Exécutif du SNAV ait voté pour la réalisation d’une expertise financière le 13 janvier dernier) qu’il soit « opposé à la désignation d’un expert pour analyser et comparer des situations économiques des différents acteurs » comme il l’explique par mail le 14 janvier dernier aux 9 membres du Bureau Executif.

« Il est hors de questions que les Réseaux ouvrent leurs comptes à la profession, nous n’en assumeront pas le coût.» Que les réseaux ne veuillent pas assumer le coût d’une telle expertise, on peut les comprendre. Mais ce n’était pas non plus à eux de le faire, non ? Et quand on est sûr de ses chiffres, que craint on ?

Hervé Ducruet - herve.ducruet@tourmag.com

Lu 1682 fois
Notez


1.Posté par fabio casilli le 11/03/2005 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne comprends toujours pas mes confrères qui ne font pas front uni avec mon amie Adriana contre un système visant à établir une relation professionnelle entre les agences de voyage qui ne peut être que fausse.
En effet, si la compagnie veut imposer la comm. 0%, elle ne devrait pas le faire en dépit du bon sens, les agences distributrices constituant encore un partenaire important au niveau de sa distribution.
Alors pourquoi tous ces mystères, pourquoi pas plus de clarté et de transparence? Je crois qu'on aurait tous à y gagner si les choses étaient faite ed concert entre toutes les parties concernées, et pas seulement une partie: qulle crédibilité peut avoir aujourd'hui le SNAV vis-à-vis des petits indépendants, quand on sait que son état major est constitué en majorité par des personnes étant membres ou dirigeants des plus importants réseaux intégrés qui bénéficient déjà d'accords privilégiés avec AF ? Et si la rentabilité des agences n'est pas remise en cause, pourquoi ne pas le clamer haut et fort, avec des tableaux et des calculs probants (pas comme ceux diffusés par le SNAV) de façon à calmer le jeu et tranquilliser tout le monde?
Sincèrement j'ai vraiment du mal à comprendre, mais c'est certainement moi qui suis bizarre à vouloir à tout prix déféndre mes intérêts vis-à-vis de l'ogre AF...

2.Posté par fabio casilli le 11/03/2005 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne comprends toujours pas mes confrères qui ne font pas front uni avec mon amie Adriana contre un système visant à établir une relation professionnelle entre les agences de voyage qui ne peut être que fausse.
En effet, si la compagnie veut imposer la comm. 0%, elle ne devrait pas le faire en dépit du bon sens, les agences distributrices constituant encore un partenaire important au niveau de sa distribution.
Alors pourquoi tous ces mystères, pourquoi pas plus de clarté et de transparence? Je crois qu'on aurait tous à y gagner si les choses étaient faite ed concert entre toutes les parties concernées, et pas seulement une partie: qulle crédibilité peut avoir aujourd'hui le SNAV vis-à-vis des petits indépendants, quand on sait que son état major est constitué en majorité par des personnes étant membres ou dirigeants des plus importants réseaux intégrés qui bénéficient déjà d'accords privilégiés avec AF ? Et si la rentabilité des agences n'est pas remise en cause, pourquoi ne pas le clamer haut et fort, avec des tableaux et des calculs probants (pas comme ceux diffusés par le SNAV) de façon à calmer le jeu et tranquilliser tout le monde?
Sincèrement j'ai vraiment du mal à comprendre, mais c'est certainement moi qui suis bizarre à vouloir à tout prix déféndre mes intérêts vis-à-vis de l'ogre AF...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com