TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Cedric di Piero : « Une marque forte est un passage obligé pour créer une agence de voyages »

Cédric di Piero, mandataire NF, à Chelles (Seine-et-Marne)


Rédigé par Michèle SANI le Dimanche 31 Mars 2013

Situées dans un environnement calme, proche de Paris, les deux agences de Cedric di Piero portent les couleurs Nouvelles Frontières. La notoriété de l’enseigne et un loyer raisonnable - devenu impossible dans Paris intramuros - sont, dit ce jeune entrepreneur, deux critères incontournables pour qui veut créer aujourd’hui une agence de voyages physique et être correctement rémunéré.



Cédric di Piero : "J’approchais les 30 ans et je voulais faire ce métier en gagnant correctement ma vie ce qui n’était pas le cas.  Les salaires des agents de voyages ne sont pas du tout en phase avec le travail, les responsabilités, l’expertise et les compétences techniques et technologiques demandés." - DR
Cédric di Piero : "J’approchais les 30 ans et je voulais faire ce métier en gagnant correctement ma vie ce qui n’était pas le cas. Les salaires des agents de voyages ne sont pas du tout en phase avec le travail, les responsabilités, l’expertise et les compétences techniques et technologiques demandés." - DR
A 29 ans Cédric di Piero ouvrait en 2008 à Chelles (Seine-et-Marne) sa première agence en prenant la location-gérance NF comme modèle d’exploitation.

Pour la seconde, ouverte en septembre 2012 à Maisons-Alfort (Val-de-Marne) , il choisissait le statut de mandataire NF qui demande davantage d’investissements financiers.

Avec son associé et deux collaborateurs, ils sont quatre à « tourner » dans les deux points de ventes.

Après des études de graphisme, Cédric di Piero débutait sa carrière dans le prêt à porter haut de gamme en entrant chez Kenzo. Ce furent ensuite les studios de développement de Christian Lacroix : « Une formidable école d’exigence ».

Ouvrir sa propre agence pour gagner plus

Mais les exigences du marché n’ont pas épargné Christian Lacroix qui fermera à jamais.

« J’avais 26 ans et, heureusement, d’autres passions que le graphisme et l’illustration. J’avais beaucoup voyagé à titre personnel. Les voyages étaient l’une de ces passions

Il cherche un emploi dans le secteur. En trouve un chez Switch, un spécialiste de la croisière qui, en cessation de paiement, sera repris par Karavel /Promovacances. Chez Promovacances, très vite s’impose l’idée d’ouvrir sa propre agence.

«J’approchais les 30 ans et je voulais faire ce métier en gagnant correctement ma vie ce qui n’était pas le cas. Les salaires des agents de voyages ne sont pas du tout en phase avec le travail, les responsabilités, l’expertise et les compétences techniques et technologiques demandés.

On fait miroiter des avantages en nature, les éductours. En réalité ils sont rares et beaucoup de vendeurs les prennent sur leurs vacances
»

Travailler avec un groupe en bonne santé

Il choisit de s’implanter en proche banlieue parisienne, dans des rues calmes à proximité d’immeubles de bureaux. « Une agence de voyages n’a plus le niveau de rentabilité suffisant pour s’offrir un pas de porte dans Paris intramuros . "

Dans l’agence, les marques TUI France font bon ménage avec les partenaires Donatello, Asia, Top of Travel, Lagrange, Snotour, Novasol, Corsicatour, Pierre & Vacances.

Cedric ne donne pas le pourcentage des ventes TUI par rapport aux partenaires extérieurs.

Sa réponse : « Il est dans mon intérêt de travailler pour un groupe en bonne santé.

En toute logique, je propose les marques TUI en priorité quand le produit s’adapte à la demande du client. L’avantage de TUI, Marmara, Nouvelles Frontières, Tourinter et Aventuria est que l’offre est large.

Elle s’adresse à tous les publics.
»

Hammamet, Malte, Antalya, Denver à la pause déjeuner

Alors qu’en banlieue parisienne, les commerces ferment à l’heure du déjeuner, l’agence Nouvelles Frontières reste ouverte à l’intention des personnes qui travaillent dans les bureaux avoisinants.

Entre 12h30 et 13h30, trois clientes poussent la porte. Une mère de famille partira en juillet au Club Marmara Tropicana de Hammamet avec ses deux enfants : 5 et 11 ans en profitant d’une promotion « enfant gratuit ».

Une autre partira avec son mari en mai à Malte avec Top of Travel. Elle demande le « meilleur » prix pour 3 billets Paris-Denver (Colorado). Cédric consulte l’écran et propose rapidement un tarif. La cliente est satisfaite. « C’est moins cher que ce que je craignais

La troisième est en quête, pour sa fille de 19 ans et son futur gendre, d’un séjour d’une semaine début juillet dans un club de vacances aux Baléares. Les vols étant déjà complets, Cédric propose la Tunisie. « Non, mon mari ne veut pas que notre fille parte en Tunisie en raison des…. événements. » Alors ce sera la Turquie.

Elle repart avec une proposition et demande s’il faut la carte d’identité de sa fille pour confirmer.

Pratiquer les mêmes tarifs que le web

Face au développement exponentiel des internautes voyageurs et au déploiement des opérateurs en ligne, il a ses arguments.

« Nous devons être à l’écoute du client et surtout répondre à ses attentes, lui apporter une véritable expertise en connaissant les produits, être crédible, démontrer que nous pratiquons les mêmes prix que les agences en ligne. A nous de faire valoir la proximité, multiplier les services, les petits cadeaux comme des carnets de voyages bien réalisés.

Ici, le fait de prendre les chèques vacances est un plus très apprécié et je crains leur dématérialisation


Du haut de son expérience de 5 ans dans le métier Cedric di Piero se projette dans l’avenir avec confiance et lucidité.

«Les voyages à la carte, les croisières, les circuits organisés, les voyages de noce représenteront l’essentiel de nos ventes futures. Les ventes faciles comme les packages avion + hôtel ou hôtel-club iront au web. Les clients achèteront cela comme ils achèteraient une télé, de façon ludique, en comparant les prix. Il y aura certainement beaucoup de pertes. Les plus faibles disparaîtront. »

Mandataire NF, il insiste sur l’importance d’un partenariat étroit avec une marque forte à l’échelle nationale et disposant d’une stratégie internationale. « Tout en me laissant suffisamment d’autonomie pour me battre de façon individuelle. TUI m’apporte des outils puissants, un panel de produits diversifiés, des promotions, du stock… »

Il envisage de travailler de plus en plus sur rendez-vous.

Il dit de son métier que c'est un challenge et « que le meilleur gagne ! ». Il réalise, parait-il, l’un des meilleurs chiffres d’affaires des mandataires NF.

Le mot de la fin ? «Agir pour que les échanges commerciaux ne soient pas faits de centrales d’achats et de livreurs

Lu 1871 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com