TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Challenges Tourisme : y-a-t’il un avenir pour les agences après Internet ?

quelles passerelles entre agences click et mortar ?


Rédigé par Propos recueillis par Jean da Luz - redaction@tourmag.com le Mardi 21 Novembre 2006

Lucien Salemi, président de Challenge Tourisme, a réuni un beau plateau (*) pour évoquer l’avenir des agences traditionnelles face à la toute puissance d’internet. Parmi les intervenant on relève notamment la présence d’Enrique Nalda, Head of Travel Google France mais aussi le responsable internet de GO Voyages, J.L. Richard, DG d’Amadeus et bien d’autres. Nous avons demandé à Lucien Salemi quels étaient les enjeux de ce colloque, placé sous le haut patronnage du ministre du Tourisme syrien.



TourMaG.com – Le thème retenu est à la fois crucial et un peu « tarte à la crème ». Qu’en pensez-vous ?

Lucien Salémi
: « Aujourd’hui tout le monde s’accorde à dire qu’Internet est à la fois un canal d’information et un canal de vente incontournable pour une agence de voyages traditionnelle.

Pendant que les « pure players » raisonnent en millions d’euros, les agences de voyages traditionnelles, elles, raisonnent en centaines voire en milliers d’euros pour certains réseaux.

Et pourtant, elles représentent en nombre plus de 90% du marché. Il y a donc un grand fossé sur les moyens et les compétences. Je pose donc une question très simple : quelles sont les alternatives pour exister sur le Net ou tout au moins pour se servir de ce média ?

Quelques chiffres qui interpellent : La Tribune « 5,7 millions de français ont réservé en 2005 leurs vacances en ligne, soit 46% de plus en un an. Dans le même temps le marché global du voyage a reculé de 6% ».

Le Ceto nous rappelle que les agences de voyages traditionnelles ne représentent plus que 45% des ventes de voyages à forfait, le reste : 5% pour les grandes surfaces, 20/25% en ventes directes et 20/25% sur le net.

Peut-on se contenter d’être spectateur et de perdre un peu plus de clients chaque mois ? Peut-on se rassurer en créant un site « carte de visite » sur lequel on ne fait même pas 10% de son volume d’affaires ?

Nous allons travailler en Syrie sur ce thème, et je souhaite que chaque participant reparte avec une ou deux idées à mettre en œuvre en 2007. »


T.M.com – On a l’impression que les agences traditionnelles ont raté le train d’Internet et qu’elles ne sont pas près de le rattraper ?

L.S
:i[ « De façon générale, la France est en retard par rapport aux autres pays européens mais n’a pas pour autant raté le train. Internet ne se limite pas aux voyages mais concerne tous les secteurs d’activité. La France est à la traîne de l’Europe pour les cyber-dépenses.

En Europe, ordinateurs, baladeurs numériques, mais aussi vêtements et bijoux s’arrachent sur le net. Les Européens maîtrisent désormais la vente en ligne et, pour une grande partie, n’hésitent plus à confier au réseau leurs courses de Noël.
Les Français, jusqu’ici les plus réticents sur Internet, sont désormais 12,3 millions à acheter en ligne. On est encore loin des 21,1 millions de cyber-acheteurs britanniques, loin également des Allemands.

Mais la France s’affiche comme la championne de la croissance du nombre d’abonnés à l’internet à haut débit. Une frénésie de vitesse sur le réseau qui donne des ailes aux internautes pour se transformer en cyber-acheteurs.

En 2005, sur les 26,4 millions d’internautes français relevés par l’institut d’études Médiamétrie/Netratings, 46,6% ont sauté le pas pour acheter sur le net contre 65,6% des internautes britanniques... »

T.M.com – Alors un train de retard ou un train raté ?

L.S
:i[ « Bien entendu qu’on a raté le train si l’on veut revivre la même aventure que Lastminute.com. Mais la question n’est pas comment vais-je transformer mon agence de voyages en agence virtuelle… Mais comment vais-je pouvoir utiliser le Net pour faire valoir ma différence et augmenter ma valeur ajoutée ?

Exister sur le Net ne signifie pas forcément avoir un site de vente en ligne, mais s’intéresser différemment à sa clientèle de proximité, qui constitue plus de 90% du volume d’affaires de l’agence classique.

Challenges Tourisme : y-a-t’il un avenir pour les agences après Internet ?
Replaçons l’église au milieu du village : le grand atout des agences traditionnelles par rapport aux agences en ligne c’est qu’elles voient et connaissent leurs clients. Elles dialoguent, discutent de leurs thèmes de prédilections, de leurs préférences. Le problème c’est que cette connaissance est souvent limitée au vendeur. Elle n’est pas mutualisée, ordonnée, saisie dans la « base de données » clients.

Si cette connaissance est bien organisée, elle devient le support d’offres personnalisées et utilise toute la puissance du net pour répondre aux attentes d’une clientèle souvent excédée par des spams ou des offres anarchiques. » ]i

T.M.com – Il y a deux grands défis à relever pour les agences traditionnelles qui veulent exister sur la Toile : les contenus et le référencement, autrement dit la visibilité. Pensez-vous qu’il soit possible de résoudre l’un et l’autre ?

L.S.
: « Veut on refaire ce qu’ont déjà fait les grands noms des sites français ou veut on trouver d’autres alternatives ? Faute de moyens suffisants pour l’achat de mots clés, un contenu pertinent peut permettre d’exister sur le net.

Enrique Nalda, Head of Travel de Google France nous parlera de ces deux grandes conditions pour être en tête des moteurs de recherche mais aussi des nombreux moyens et outils offerts aux e-marchands pour démultiplier leur visibilité et leurs ventes.

Aux Etats-Unis, 25% des agences traditionnelles ont disparu depuis les 5 dernières années. Le reste s’est regroupé et d’autres se sont spécialisées sur des niches ou ont retravaillé sur la connaissance de leurs clients. Je suis très intéressé de voir comment les choses vont se passer en France.

Nous avons convié à nos séances de travail, KPMG France qui nous donnera un éclairage précis sur les grandes tendances du marché et son évolution ; le responsable Internet de Go Voyages pour les marques blanches à la disposition des agences traditionnelles ; le Directeur du Marketing du premier site français de voyages en ligne sncf.com, qui nous parlera des grands axes stratégiques ; le Directeur Général d’Amadeus France et de Sabre acteurs incontournables pour l’agence de voyages ; Visual Tourism pour le CRM et l’utilisation de la connaissance des clients sur le net, et le responsable de la stratégie technologie du Cediv et ses orientations pour ses membres.

Les participants aux réunions de travail sont des agences de voyages traditionnelles des réseaux Thomas Cook Voyages, Havas Voyages, Afat, Cediv …. Je pense que les échanges sur ces questions avec ce plateau d’intervenants de qualité seront particulièrement intéressants. »


T.M.com – Question provocatrice : une agence de voyage classique a-t-elle encore une place sur Internet ?

L.S.
: « Par définition le Net offre la possibilité au plus grand nombre, que l’on soit une entreprise ou un particulier de s’exprimer, d’exister, de faire valoir. Aujourd’hui tout le monde peut trouver sa place sur Internet.

Nous avons la chance d’être sur un secteur d’activité qui attire de plus en plus d’internautes. Comment imaginer une seule seconde que l’agence de voyages soit absente de cet univers ?

En revanche, pour faire des ventes significatives en ligne, la partie n’est pas gagnée. Mais personne ne détient la vérité et l’imagination reste de mise… »


T.M.com – Il y a des exemples d’agences traditionnelles qui ont réussi leur mutation, mais ne sont-elles pas l’exception qui confirme la règle ?

L.S.
: « Si elles ont muté, sont elles encore traditionnelles ? Changer d’identité pour réussir, pourquoi pas ? Mais renforcer mon identité pour être davantage présent m’intéresse davantage.
Nous sommes avant tout des distributeurs. Le vrai boss est le client. La règle d’or est de mieux le connaître. Internet offre une jungle de produits où l’on se perd. Question : Et si on replaçait le client au cœur de nos réflexions pour l’aider à nous retrouver ? »

LES INTERVENANTS

  • Claire GAGNAIRE, DG Sabre
  • Aude CARIOU, Responsable Commerciale Visual Tourism VIP
  • Enrique NALDA, Président Google Travel France
  • Christian COULAUD, Président RUNAWORLD S.A.
  • Loic CHÂTEAU, KPMG Senior Manager Tourisme hôtellerie loisirs
  • Christophe LEON, Directeur Marketing Voyages Sncf.com
  • Thomas MAZIN, Responsable Commercial Internet Go Voyages
  • Jean-Louis RICHARD, DG Amadeus


Lu 8524 fois

Tags : amadeus
Notez


1.Posté par Christian Bodier le 22/11/2006 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avec le Web2.0 qui se profile, je rejoins Lucien pour dire que les agences ont raté le train d'Internet et qu'il y a dangers pour elle dans l'avenir. Il y a un problème culturel dans le secteur. Le fait que les agences aient toujours considéré Internet comme un concurrent ne pensant qu'aux agences en ligne a certainement faussé l'analyse du potentiel du Web.
Je partage à 1000% l'analyse de Lucien sur la nécessité de la réflexion sur le CLient. Le client doit être au coeur de l'organisation et c'est ce que j'ai toujours pensé et fait dans mon entreprise. Aujourdhui il faut se poser la question de savoir où se trouve le Client. Le principe de base du Maketing est d'être là où se trouve le client.
Enfin, un chiffre a méditer, objet de mon billet du 11/11/06 sur mon Blog, le Credoc précise que "45% des consommateurs Voyages sur internet estiment ainsi moins demander de conseils aux vendeurs". Le conseil se déporte sur le Net.
La réflexion est vaste et il faudra bien accepter de sortir de ses modèles. Ce sont les TOs qui disaient récemment que les agences allaient devoir choisir leurs business models. L'heure a sonné.

2.Posté par VINCENT le 22/11/2006 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne vous viendrait t'il pas a l'esprit que les consomateurs ne sont pas tous totalement stupide?
A vous entendre Agence en ligne = agence traditionnelle.
Je ne suis pas d'accord
Prenons un exemple simple Vous savez faire je pense la difference entre un steak leader price un steak auchan et un steak acheté chez le boucher?
Il en va de meme entre une agence traditionnelle et une agence en ligne.
Loin de moi l'idée de dénigrer l'une ou l'autre car a chaque marché corespond une clientele et a chacun d'adapter sa politique commerciale. une agence traditionnelle peut tres bien avoir un site uniquement informatif. Vous ne pouvez pas acheter de la haute couture sur le net il faut vous rendre a la boutique.

A chacun de faire son choix.et comme mon boucher n'est pas ouvert 24hsur 24 je patiente....et croyez moi ca en vaut la peine

Bonne journée

Vincent



3.Posté par BONIFAY Chantal le 22/11/2006 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que l'on continue à acheter sur internet .... il arrivera un jour où il y aura tellement de
chômeurs que l'on pourra dire que nous avons encore une fois râté le train !!!!
arretez la mondialisation extrême .... j'irai même à proposer que tout se fasse sur internet : plus d'employés dans les banques, plus de fonction publique !!!!! sutout les grosses structures .... telle que l'EDUCATION NATIONALE ... on pourrait suivre les cours sur internet quel allègement pour les contribuales que nous sommes !!!!!quelle économie !!!! plus d'entreprises !!!!! il ne resterait que des webmasters !!!! au secours !!! je veux garder ma culture ! et tout ce qui se passe se résume pour mois en une seule phrase "arrêtez la terre ..... je veux descendre !!!"






















Arrêtons tout cela et soyons plus réalistes ! plus compétitifs !



4.Posté par Mon ami le caribou !!! le 23/11/2006 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tabernacle !! on s'crourait à Montréal ... un programme à se "péter les bretelles"... Bravo super initiative ... Une autre... une autre ....

5.Posté par Le Trappeur fou le 23/11/2006 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On peut aussi ne pas attendre 2007 pour repartir avec des idées et les mettre en oeuvre.


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:15 Selectour : le congrès s'ouvre ce lundi à Québec


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com