TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Club Med : la Bourse ou la vie ?

l’avenir n’a jamais été aussi incertain


Rédigé par Jean DA LUZ le Dimanche 27 Janvier 2008

Chahutée en Bourse, la valeur des titres du Club Méditerranée a perdu plus de 40% en 12 mois. Un épisode qui vient de s'achever avec la vente de son actionnaire de référence à une banque belge et qui met en pointillés l'avenir de cette enseigne emblématique. Une enseigne ballotée par la crise financière internationale et qui peine à trouver le chemin de la croissance.
l'éditorial de Jean da LUZ



Club Med : la Bourse ou la vie ?
La crise financière mondiale n’a pas fini de faire des vagues. Heureusement (?), peu d’entreprises en France sont directement concernées par les soubresauts des subprimes.

Mais ceux qui en dépendent directement, comme le Club Méditerranée, ont déjà payé très cher cette allégeance.

Décidément, la marque au Trident joue de malchance.
Malgré l’amorce d’un redressement et une stratégie habile de reconversion vers le haut de gamme, initiée par l’arrivée en 2002 d’Henri-Giscard d’Estaing, la célèbre marque ne parvient pas à retrouver un actionnariat stable.

Un actionnariat qui lui permettrait d’envisager un développement et une croissance harmonieuse.

La Bourse et la langue d’Esope...

Pourtant, les choses se présentaient plutôt bien lorsqu’en 2004 le Groupe Accor acquiert 28,9 % des parts du Club Med et en devient l'actionnaire principal.

S’ensuit une montée en gamme du meilleur aloi. En effet, les fastes d’antan sont loin et le Club, vieillissant, a sérieusement besoin de redorer son blason. Après le court épisode Bourguignon qui ne parvient pas à faire changer de braquet l’entreprise, l’avènement d’un tel partenaire a de quoi redonner du cœur au ventre.

Las, le soulagement sera de courte durée. En effet, le Groupe hôtelier a presque toujours échoué dans ses efforts de diversification touristique.

Ainsi, l’ambitieux programme de synergies avec la marque au Trident prendra brutalement fin 2 ans plus tard, avec l’arrivée aux commandes de Gérard Pélisson. Accor se recentre alors sur son cœur de métier et revend quelques bijoux de famille.

Et revoilà le Club reparti sur les routes impitoyables de la finance, parsemées de tycoons, de fonds de pension féroces et de prédateurs en tout genre.

Car cette vénérable institution financière est un peu, comme la langue d’Esope, la meilleure et la pire des choses. Parmi ses principaux inconvénients, celui de ne pouvoir choisir ses partenaires.

Or, Richelieu Finance, devenu l’actionnaire de référence de la marque au Trident dont il détiendra jusqu’à 26% du capital, n’est pas un actionnaire ordinaire.

Faire racheter le Club par un major du secteur

Son président Gérard Augustin Normand, qui fait quelques emplettes dans le capital de VDM puis de Kuoni, ne se contente pas de spéculer. Il se pique aussi de stratégie et rêve de synergies entre producteurs dont il détient les liquidités…

Objectif de la société de gestion : faire racheter le Club par un major du secteur et empocher une bonne plus value. Mais la crise financière internationale est passée par là. Pris à la gorge, Richelieu Finance a du s’adosser en fin de semaine au belge KBL European Private Bankers, pour éviter la banqueroute.

Entretemps, c’est la descente aux enfers pour le Club, pas vraiment « Re » et dont la valeur s’est effondré de 41% en 12 mois. Les résultats en demi-teinte annoncés en fin d’année n’ont pas rassuré les analystes .

Triste record aggravé par la crainte de la récession aux Etats-Unis et celle d’un ralentissement de la croissance en Europe, qui n’arrangent pas les choses.

Aujourd’hui, l’avenir de cette enseigne emblématique n’a jamais été aussi incertain. Malgré un patrimoine immobilier conséquent, le Club pourrait voir sa stratégie compromise par un nouvel actionnaire qui ne croirait pas au potentiel du secteur.

Affaire à suivre…

Lu 10956 fois

Notez


1.Posté par blero le 28/01/2008 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la bourse ou la vie ....effectivement on peut dire aujourd'hui que la vie est antinomique a la bourse


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com