TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Congrès Bruxelles : une destination qui satisfait davantage les étrangers

statut de capitale européenne


Rédigé par Michel Ghesquière - michel.ghesquiere@skynet.be le Mardi 14 Février 2006

Pour les organisateurs d’évènements, le choix de Bruxelles est motivé par sa position centrale et son accessibilité. Son statut de capitale européenne agit également sur son attractivité, un critère qui revêt une importance croissante pour les non-belges.



Bruxelles est une destination qui plaît: elle satisfait ses visiteurs « Meetings ». Si 80 % des belges jugent qu’elle répond bien ou avec excellence à leurs attentes, ce score atteint 96 % pour les étrangers.

Plus curieux encore, la cote d’excellence qualitative que les étrangers attribuent à la capitale européenne dépasse largement ce que les nationaux pensent : 41% contre 29%. Ainsi, les étrangers apprécient davantage que les Belges la qualité des salles des réunions, des services, de la restauration et la disponibilité du personnel.

Une ville cosmopolite et gastronome

D’après une enquête de satisfaction effectuée par l’Observatoire du Tourisme en 2005, Bruxelles répond aux attentes du public de la « Meeting Industry ». Etude qui analyse aussi bien les personnes qui ne sont pas encore venues que celles qui connaissent la destination.
Selon ce travail, les visiteurs voient davantage en Bruxelles une destination d’affaires et de réunions après leur séjour (note de 7,2/10 avant; 7,8/10 après). Cette expérience positive se confirme au chapitre qualité et diversité des salles de réunions et des hôtels.

Elle se vérifierait également en ce qui concerne le caractère cosmopolite (le premier « trait de caractère » de Bruxelles tant pour ceux qui y sont venus que pour les autres (avant : 8,1/10, après : 8,5/10), sa gastronomie (avant : 8/10, après : 8,5/10) et sa vie culturelle (avant : 8,3/10, après : 8/10). Le shopping constitue également un atout pour les visiteurs par rapport à leur perception initiale (avant : 7,4/10, après : 7,8/10).

Bruxelles une ville sale, peu accessible…

Par contre, Bruxelles déçoit les visiteurs, par rapport à l’image qu’ils en ont avant de la visiter, en ce qui concerne son accessibilité (avant : 8,3, après :8/10). Cette déception s’exprime plus fortement encore au point de vue de la propreté (avant : 7,2/10, après : 6,6/10), en tant que ville verte (avant : 7,1/10, après : 6,5/10) et au niveau de la facilité de circulation (avant : 5,2/10, après : 4,9/10).

La sécurité, pose également un problème de perception (avant : 7,1/10, après : 7,1/10), score tout juste sous la moyenne des critères de perception (avant : 7,4/10, après : 7,5/10).
7.840.000 visiteurs « d’affaires » font vivre près de 16.500 Bruxellois

Entre une étude de marché et la réalité, il peut y avoir de fortes différences. L’étude du BITC démontre que le tourisme est et reste une activité économique de premier poids pour la ville, particulièrement la « Meeting Industry ». Pour Bruxelles, elle génère un chiffre d’affaires d’environ 4 milliards d’euros, soit 2,5 % de l’activité économique régionale et offre un emploi salarié ou indépendant à 22.000 personnes.

Si la « Meeting Industry » place Bruxelles sur la carte du monde des affaires, la Belgique constitue son premier créneau commercial. En effet, 59 % des origines de la demande de meetings à Bruxelles sont belges, alors que seuls 21% des participants aux réunions sont belges.

Quelques données qui démontrent l’importance de la destination

En 2004, selon l’Observatoire du Tourisme à Bruxelles, quelque 47.161 réunions ou événements ont eu lieu dans la capitale Belge, soit une moyenne de 129 par jour, avec plus de 7.840.000 participants, soit près de 21.500 par jour.

Pour le seul secteur hôtelier, en 2004 cette activité a généré environ 2.591.000 nuitées (près de 7.100 par jour) ou 58 % des séjours dans les 135 hôtels de la capitale.

Malgré la fermeture de son Palais des Congrès, Bruxelles se maintient à la 3ème place mondiale selon les critères de l’Union des Associations Internationales (réunions de minimum 300 participants de 5 nationalités différentes et 40% d’étrangers au moins durant 5 jours ou plus). Avec 190 réunions en 2004, la ville détient une part de marché mondiale de 2,07%, derrière Paris (2,41 %) et Vienne (2,39 %).

Pour les congrès recensés par l’International Congress & Convention Association (ICCA), Bruxelles se classe au 37ème rang mondial (congrès de minimum 50 participants, se déroulant tour à tour dans un minimum de 3 pays, sur une base régulière).

25 congrès de ce type ont été organisés à Bruxelles en 2004 contre 105 à Barcelone (leader mondial de ce classement), 101 à Vienne (2e place). Cette position très en retrait s’explique par la fermeture actuelle du Palais des Congrès.

Une clientèle d’organisateurs essentiellement belge

L’occupation des salles de réunions à Bruxelles tient son origine, en majorité (59 %), d’initiatives belges. Au rayon des demandes venant de l’étranger, le Royaume-Uni (12 %) arrive en tête, suivi de la France (8 %) et des Pays-Bas (5 %). Les USA et le Canada réunis comptent pour 2 % de l’occupation.

86% des réunions rassemblent jusqu’à 100 participants pour 10% entre 100 et 250 participants. Chiffres qui prouvent de manière évidente l’impact de la fermeture du Palais des Congrès.

Les entreprises représentent 70 % des clients des salles de congrès ou réunions à Bruxelles. Les associations comptent pour 19 % dans l’occupation des salles et les institutions pour 11 %. Les réunions qui se tiennent à Bruxelles ont pour 39 % une motivation commerciale contre 14 % pour les réunions politiques et 13 % pour les réunions scientifiques.

La durée moyenne des événements est en recul : 66 % se limitaient à une journée en 2004 contre 43 % en 2003. Dans le même intervalle, les réunions de 3 jours ou plus ont chuté de 23 % à seulement 7 %. Enfin, cette activité se concentre prioritairement sur cinq mois : mars (10,3 %), juin (10,3 %), septembre (10,6 %), octobre (11,1 %) et novembre (11,3 %).

4 milliards d’euros de chiffre d’affaires

En 2003, l’Observatoire du Tourisme estime à 4 milliards d’euros le poids de la Meeting Industry, soit 56 % de l’activité de tourisme de Bruxelles et 74 % de l’activité de meeting pour l’ensemble de la Belgique.

Le secteur des réunions représente à lui seul 1,8 % de l’activité économique à Bruxelles (3,2 % pour le tourisme en général). Ces chiffres marquent un net recul par rapport à 2002 : -26 % pour le chiffre d’affaires général du secteur touristique. Toujours les conséquences de la fermeture du Palais des Congrès.

Selon les rapporteurs, cette différence semble toutefois imputable à la faillite de la SABENA (- 2,1 milliards d’euros de chiffres d’affaires). Excuse qui à notre avis a pour but de ménager l’absence de prise de conscience des autorités publiques et politiques en ce qui concerne la réouverture du Palais des Congrès de la ville.

En 2003, 2.918 entreprises dans la capitale seraient concernées par le secteur du tourisme au sens large. Parmi celles-ci, 1.718 (soit 59 %) seraient prioritairement actives dans le tourisme d’affaires. Ce nombre est en diminution par rapport à 2002, qui totalisait 4.068 entreprises.

Lu 554 fois
Notez

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com