TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading

Travel in France





Contrôles aux frontières : la France pourrait perdre 1 milliard € de recettes touristiques par an

étude de France Stratégie


Rédigé par La Rédaction (P.C.) le Lundi 8 Février 2016

France Stratégie dévoile une étude sur les mesures prises par plusieurs Etats membres de l'Union européenne qui mettent à mal les accords de Schengen. Les fermetures des frontières et le rétablissement des contrôles de véhicules et de personnes pourraient entraîner une perte estimée entre 500 millions et un milliard d'euros de recettes touristiques pour la France.



Plusieurs pays de l'Union européenne ont récemment rétabli des contrôles aux frontières - Photo : Fotolia / Alain Wacquier
Plusieurs pays de l'Union européenne ont récemment rétabli des contrôles aux frontières - Photo : Fotolia / Alain Wacquier
Face à la forte croissance des arrivées de réfugiés venus d'Irak, de Syrie et d'Afghanistan, plusieurs pays de l'Union européenne (UE) ont pris leurs propres mesures.

C'est le cas notamment de l'Autriche qui a instauré les contrôles aux frontières dès l'automne 2015 et a monté une clôture pour se séparer physiquement du territoire de la Slovénie, autre pays membre de l'espace Schengen.

L'Allemagne a, de son côté, rétabli les contrôles aux frontières en septembre 2015, tout comme la France avec l'instauration de l'état d'urgence à la suite des attentats du 13 novembre 2015. Des décisions prises ensuite, début 2016, par le Danemark et la Suède.

Elles sont permises de manière ponctuelle et provisoire par les accords de Schengen. Mais les États de l'UE souhaitent prolonger ces mesures pour deux années supplémentaires. Ce qui nécessite une procédure juridique de la Commission européenne. C'est ce qu'ont demandé les ministres de l'intérieur de l'UE, réunis à Amsterdam (Pays-Bas) le 26 janvier 2016.

"Le temps de passage aux frontières a un impact sur le tourisme"

DR : France Stratégie
DR : France Stratégie
La mise à mal des accords de Schengen, signés en 1985 et entrés en vigueur en 1995, a des conséquences sur la circulation des personnes en UE. Elle touche donc le tourisme également.

Avec des exemples très concrets, comme au Perthus, à la frontière entre la France et l'Espagne. Tous les véhicules qui la franchissent sur l'autoroute A9 y sont contrôlés. Ce qui cause de gros embouteillages. Cela a particulièrement été le cas pour le retour des vacances de Noël dernier.

"A terme, il est probable que ces difficultés conduisent à une baisse des flux, avec des coûts économiques non négligeables", estime France Stratégie dans sa note d'analyse n° 39 de février 2016.

Pour chiffrer ces conséquences, l'organisme a imaginé deux scénarios : le premier prévoit un contrôle réduit des passages en voitures particulières et un contrôle perlé des camions et le deuxième se base sur un contrôle renforcé renforcé des passages en voitures particulières et un contrôle systématique des camions qui entraîne un doublement des temps de passage par rapport au premier scenario.

"Le temps de passage aux frontière peut avoir un impact significatif sur le tourisme", assure France Stratégie.

Remise en cause du visa de circulation Schengen ?

Voilà pourquoi, selon le scenario 1, les flux touristiques subiraient une baisse nette de 5 % pour les excursionnistes et de 2,5 % pour les touristes en provenance de l'espace Schengen dont la durée de séjour ne dépasse pas de 2 nuits.

Quant au scénario 2, s'il venait à s'appliquer, il entraînerait un recul de 10 % du nombre d'excursionnistes et de 5 % des touristes en France.

"Sous ces hypothèses, la baisse des recettes touristiques pour la France est estimée à 500 millions d'euros par an dans le scenario 1 et à près d'un milliard par an dans le scenario 2", conclut l'étude de France Stratégie.

Par ailleurs, si jamais, à terme, la reprise des contrôles aux frontières était accompagnée d'une remise en cause du visa de circulation Schengen, qui permet aux visiteurs venus de pays tiers de visiter plusieurs États de la zone, les flux touristiques pourraient se réduire de manière drastique en UE.

Surtout que, selon une étude de l'European Tour Operator Association (ETOA) de 2010, les exigences actuelles en matière de visas dissaudent déjà 21 % des voyageurs potentiels à se rendre dans l'espace Schengen.

"Une plus grande flexibilité du système de visas pourrait se traduire par plusieurs dizaines de milliards d'euros de gains annuels", analyse France Stratégie.

Un rapport qui mérite d'être lu !

Lu 2762 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92















 

Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com