TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Délais BSP : "les Cies essayent de passer en force malgré l'opposition du Snav...''

IATA veut davantage de garanties financières


Rédigé par Jean-Pierre MAS le Mardi 20 Octobre 2009

La PACONF se réunit à Genève cette semaine. Si le projet des critères IATA est adopté à l’unanimité des compagnies, le règlement au 15 au lieu du 17 risque d’être mis en œuvre dans trois mois, contre l’avis unanime des agences de voyages.



Les compagnies, en quête de liquidités, veulent réduire les délais de paiement en passant du 17 au 15 du mois dès janvier 2010
Les compagnies, en quête de liquidités, veulent réduire les délais de paiement en passant du 17 au 15 du mois dès janvier 2010
Sous l’impulsion active d’Air France, les compagnies aériennes tentent un coup de force pour modifier les critères IATA applicables en France.

Ce projet, discuté cet été, n’a pas obtenu, en l’état, l’aval des agences de voyages dans le cadre de l’APJC.

Au mépris de la résolution IATA 818, il est cependant soumis par les compagnies à la PACONF qui se réunit à Genève cette semaine.

S’il est adopté à l’unanimité des compagnies IATA, il risque d’être mis en œuvre dans trois mois, contre l’avis unanime des agences de voyages.


Les impayés : 7 cents d’euros par billet !

Avec un taux d’impayés de 0,02% (7 cents d’euros par document) au cours des trois premiers trimestres 2009, la France intègre le peloton des meilleurs BSP européens.

Ce taux est considéré comme un « risque client » particulièrement faible.


Une hostilité disproportionnée et malvenue

Les compagnies, en quête de liquidités, veulent réduire les délais de paiement en passant du 17 au 15 dès janvier 2010.

Elles entendent surtout introduire un nouveau critère IATA : le « ratio de liquidité » (actif circulent / dettes à court terme) qui devra être supérieur à 1,15 pour dispenser l’agence de garantie bancaire.

La rigidité des compagnies aériennes membres de l’APJC multiplierait par 2,3 le nombre d’agences soumises à la garantie bancaire : 749 sur 1422 agréments IATA, contre 319 actuellement.

Cette « couverture » de 80 % du BSP mensuel moyen serait insolemment disproportionnée par rapport au risque réel (0,02%).

La position conciliante du SNAV est traitée avec mépris

Le SNAV était disposé à accepter le passage du paiement au 15 en 2011, afin de disposer du temps nécessaire à l’adaptation des contrats clients, si les Compagnies s’engagent à ne pas accorder des délais supérieurs à leurs clients directs.

Le SNAV n’était pas opposé, sous réserve d’une étude d’impact, à l’introduction progressive du ratio de liquidité après 2011 afin de permettre aux agences d’adapter progressivement leurs bilans à ce nouveau critère.

Ce qui n’est plus possible aujourd’hui puisque les comptes qui serviront de référence sont ceux clôturés en 2009.


Un risque de concentration du marché au détriment de la distribution

L’application, telle que prévue, du ratio de liquidité déstabiliserait une part importante des agences agrées IATA en raison des difficultés qu’auraient nombre de ces agences à obtenir des garanties complémentaires auprès de leurs banques, dans un contexte économique défavorable.

Cette concentration du marché des agences de voyages s’effectuerait à l’avantage de la compagnie leader sur le marché.

Délais BSP : "les Cies essayent de passer en force malgré l'opposition du Snav...''
Les compagnies s’obstinent à refuser de garantir leur propre risque

Le SNAV est très soucieux des défaillances annoncées des compagnies et des risques certains que fait courir aux agences de voyages et à leurs clients l’industrie sinistrée du transport aérien qui est passé en moins de six mois d’une prévision de perte de 4 milliard de dollars pour 2009 à une estimation de pertes de 11 milliards de dollars.

Mais les compagnies s’obstinent avec arrogance à refuser de fournir la moindre garantie aux agences de voyages.

Logiquement, si la proposition des compagnies était adoptée le SNAV soutiendrait activement le projet européen de caisse de garantie solidaire des compagnies aériennes qui imposera aux plus fortes de garantir la défaillance des plus faibles qui les agressent sur leur marché."



Pour toute information complémentaire : Jean-Pierre Mas, président de la Commission Air du SNAV – Les Professionnels du Voyage.
jean-pierre.mas@afatvoyages.fr

Lu 4206 fois

Notez


1.Posté par Yves le 20/10/2009 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore une fois on se moque de nous et le SNAV est deja prêt à nous vendre l'année prochaine comme il nous a deja vendu avec la commission 0 et son beau nouveau modèle économique de M. On ignore tout de leur stratégie si elle existe.

Avant de parler des délais de paiements, il faut aussi parler de la pratique quotidienne de notre travail avec les compagnies via les GDS puisque nous ne voyons plus personne, que tout est dans la machine et ausi parler d'une certaine souffrance au travail induit par l'utilisation aberrantes de ces GDS par les compagnies aériennes qui nous transforment déjà en tiroir caisse pour faire rentrer l'argent vite toujours plus vite et sans risque aucun.
Les compagnies ont déjà déployées des moyens pour faire rentrer l'argent dans leurs caisses
1) Commssion 0. (7% de rentabilité immédiate)
2) Dates d'émission des billets de plus en plus proche en particulier pour les dossiers de dernières minutes. Parfois 24 ou 48 heures y compris dimanche et fêtes. L'automate ne semble pas connaître ces jours où il faut vivre sans travailler. Il faut donc faire vitre très vite toujours plus vite, en réservant un billet plusieurs fois, en changeant les classes ou en prenant le risque de ne pas avoir la prestation qui va au bout. Toujours pour obéïr à l'automate. Surtout ne cherchez pas de responsable il n'y en a pas. Et puis toutes les compagnies font comme cela. Tout ça dans quel but. Sécurisé le remplissage de l'avion et le tiroir des caisses des compagnies. Où sont le conseil et le plaisir dans tout ça !
3) Pour les dossiers réservés à l'avance, émission de billets à 100 jours du départ voire beaucoup plus avec avance de fond de la part des clients, des agences et des TO.

Ces deux éléments, commission 0 et anticipation du réglement de tous les billets réservés longtemps à l'avance ont déjà largement gonflé l'avance de trésorerie des compagnies aériennes, sans que d'ailleurs l'APS ne s'émeuve de l'aggravation du risque financier induit par le défaut d'une compagnie qui collecte des sommes si en amont des dates finales du voyage.
Il faut bien évidemment faire un état de nos revendications et demander des contreparties à la modification de la date de réglement de la part du BSP. Demandes et qui seront valables pour toutes les compagnies aériennes et nous donnera peut-être un peu d'unicité dans les procédures.. Plusieurs pistes peuvent êtres suivies et faciliteraient grandement la tâche des vendeurs.
a) Emission des billets au plus tôt 60 jours avant le départ pour toute réservation antérieures à cette date. Celà limite le risque financier et devrait permettre de mettre les clients de notre coté. Eux non plus n'ont de plus aucune raison de régler l'intégralité de leur vol parfois 4, 5 ou 6 mois avant le départ.
b) Options de réservations valables minimum 72 Heures plus dimanches et jours fériés pour les réservations de dernière minute.
c) Simplifier les sytémes de revalidation. Cela prenait 10 secondes avec un sticker. Cela prend 10 minutes voir plus avec un GDS inadmissible. l
d) modification radicale de la procédre inhumaine et scandaleuse des ADM et obtenir l'accord de l'agence impérativement avant validation..
e) abandon de la part des compagnies des surcharges carburant. Cela fait 2 ans qu'il a augmenté (le pétrole) ils ont eu le temps de le répercuter dans leurs tarifs.

Mais on peut avoir d'autres idées.

A bon entendeur / Salut

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:15 Selectour : le congrès s'ouvre ce lundi à Québec


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com