TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Dresde, « La Florence de l’Elbe »

Une ville de culture


Rédigé par Jean-François RUST le Dimanche 11 Août 2013

Détruite à la fin de la guerre, la ville deDresde a retrouvé son aura du passé, lorsque du 16ème au 18ème s., elle irradiait l’Europe artistique. Monuments et musées en font une destination passionnante de court séjour, dans un savant mélange d’Histoire et d’avant-garde.



Entre monuments et musées, Dresde est une destination passionnante de court séjour, dans un savant mélange d’Histoire et d’avant-garde - DR
Entre monuments et musées, Dresde est une destination passionnante de court séjour, dans un savant mélange d’Histoire et d’avant-garde - DR
Pour Dresde, ce fut sans doute le chantier majeur de ces soixante dernières années. En tout cas le plus symbolique.

En restituant au public après douze ans de travaux la célèbre Frauenkirche, temple protestant et baroque mis à terre par les bombardements anglo-américains en 1945, la ville parachevait en 2005 une renaissance reconquise pas à pas.

Si une cité revient de loin, c’est bien Dresde. Détruite à 60% par l’aviation alliée, corsetée pendant quarante cinq sous le régime communiste, la « Florence de l’Elbe » n’avait plus de charmant que le surnom.

Certes, sous la République Démocratique Allemande, des architectes avaient redonné visage humain à certains monuments.

En ressuscitant par exemple le Semperoper, ce magnifique Opéra où sont joués toute l’année les grands classiques du répertoire lyrique. Et en redressant, déjà, la Katholische Hofkirche, plus grande église de Saxe.

Mais au-delà de la chute du rideau de fer en 1989, il a fallu la médiatisation orchestrée autour de la Frauenkirche, ajoutée au 800ème anniversaire de la ville fêté en grandes pompes en 2006, pour que Dresde retrouve grâce aux yeux des touristes européens et d’ailleurs.

Les plus beaux joyaux d’Allemagne

Alors, le public redécouvrit l’incroyable mégalomanie des rois et princes de Saxe ! Cette dynastie régnante (du XVè s. à 1918) n’aura eu de cesse de faire resplendir la ville.

Auguste le Fort, au XVIIIè s., admirateur de Louis XIV et de Versailles, la dote du Zwinger, son palais, chef d’œuvre du Baroque allemand avec pavillons, galeries et jardins.

C’est aujourd’hui un magnifique ensemble muséal, comprenant notamment la galerie des Maîtres Anciens (toiles de Boticelli, Titien, Véronèse, cultissime tableau de Raphaël, la « Madone de Saint-Sixte » et ses deux angelots mutins) et la splendide collection de porcelaines de la Porzellansammlung.

La lignée des ducs embellit aussi le château résidentiel, Residenzschloβ, hôte désormais des deux exceptionnelles collections de trésors des électeurs et rois de Saxe, les Grünes Gewolbë.

Sans doute les plus beaux joyaux d’Allemagne. Sans compter, près de nous, les œuvres de Monet, Renoir, Van Gogh, Gauguin…, exposées dans un autre grand musée, l’Albertinum.

Biergarten des bords de l’Elbe

On l’aura compris, il faut aimer la culture pour venir à Dresde, où l’on recense pas moins d’une trentaine de musées.

Mais pas seulement. On peut aussi apprécier cette inimitable atmosphère allemande, les restaurants gemütlich (cosy) et immuables (plats saxons et serveuses en habits traditionnels), les biergarten (littéralement, jardins à bière) des bords de l’Elbe, envahis dès les premiers beaux jours.

Et les derniers - mais il faut se dépêcher ! - vestiges de l’ère communiste, immeubles murés au crépi marronnasse, canalisations de gaz aériennes et ultimes Trabant…

Il faut aussi compter avec les possibilités de sorties hors de la ville, vers Meissen, la cité de la porcelaine, vers la Suisse Saxonne et ses reliefs alpins, vers la Tchéquie toute proche. Tout cela en voiture ou mieux, en bateau, en se laissant guider par l’Elbe placide.

Sans oublier, enfin, que Dresde est une ville dynamique et prospère, à la natalité galopante, connue comme l’un des plus gros pôles de microélectronique en Europe (« Silicon Saxony »).

C’est comme si elle avait retrouvé les vertus industrielles du passé, lorsqu’elle inventa le tube de dentifrice et le filtre à café. Une énergie symbolisée aussi par l’usine de verre Volkswagen, où la chaîne automobile devient transparente et s’affiche en pleine ville, à la surprise des visiteurs.

Lu 4798 fois

Tags : allemagne, dresde
Notez

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com