TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Economie aérienne : y aura-t-il un ministre dans le cockpit ?

La chronique de Christophe Hardin


Rédigé par Christophe HARDIN le Lundi 11 Juin 2012

Monsieur Frédéric Cuvillier a été nommé Ministre Délégué chargé des transports et de l’économie maritime. A la lecture de cet intitulé, si les mots ont un sens et c’est le cas lorsqu’i s’agit d’un poste ministériel, les professionnels du transport aérien français sont en droit de s’interroger sur le degré d’’implication des pouvoirs publics dans les problèmes que traverse aujourd’hui le pavillon aérien français.



L’Etatdoit s’engager sur les dossiers où la puissance publique peut intervenir pour soutenir l’économie aérienne : capacité et accessibilité des aéroports, cout du travail, charges patronales, nouvelles taxes sur le transport aérien, concurrence déloyale et travail illicite, amélioration de la productivité...  - DR
L’Etatdoit s’engager sur les dossiers où la puissance publique peut intervenir pour soutenir l’économie aérienne : capacité et accessibilité des aéroports, cout du travail, charges patronales, nouvelles taxes sur le transport aérien, concurrence déloyale et travail illicite, amélioration de la productivité... - DR
Priorité à la mer ? Gardons-nous, après seulement quelques jours, de faire un procès d’intention au Gouvernement.

Mais on pourrait interpréter cet intitulé comme une volonté de développer et promouvoir une économie du maritime d’un côté avec les constructions navales, le nautisme, la pêche, les ports, le transport de fret et de passagers et de l’autre la simple gestion du bon fonctionnement des transports et de ses infrastructures.

Oui, avec un tel titre, et le parcours très ‘’marin’’ du Ministre, l’économie aérienne a peur, à tort je l’espère, d’être plus administrée que soutenue.

Sentiment renforcé à lire l’article d’un très sérieux journal économique ces derniers jours qui nous présentait les ‘’dossiers importants’’ et de citer la convention collective des professions portuaires notamment pour les salariés des « Grands Ports Maritimes » ou encore les normes sur les émissions polluantes des navires.

Il faudra bien vite que les dossiers du secteur aérien avec ses 331 400 emplois* soient aussi regardés.

Etat protecteur

Il y a bien sur notre grande dame malade à qui d’ailleurs, on vient d’annoncer que ‘’sa longue maladie’’ devait maintenant faire l’objet d’un traitement très lourd, celui qui fait mal, celui qui fait maigrir, qui fait tomber les illusions, mais celui qui peut sauver.

La presse s’est fait l’écho d’un premier rendez-vous (convocation ?) pour le PDG d’air France. ‘’Je suis opposé à tout plan prévoyant des départs non volontaires’’ lui aurait dit le Ministre des transports.

Ça tombe bien, parce que Transform 2015, le plan déployé par Alexandre de Juniac, si exigeant qu’il soit, a justement pour objectif d’éviter tout départ non volontaire.

Allons ! Le rôle de l’Etat dans cette affaire n’est pas de mettre sous surveillance un PDG et de s’ingérer dans la stratégie du groupe. A ce jeu, il a souvent été mauvais.

Que de déclarations ridicules et démagogiques n’a-t-on déjà entendu de la part des politiques ! Rappelez-vous, ils voulaient, il n’y a pas si longtemps, imposer à Air France le type d’appareil à acheter !

L’Etat doit s’engager sur les dossiers de sa compétence

L’Etat a un autre rôle à jouer pour aider l’aérien.

Il doit s’engager sur les dossiers de sa compétence, là où la politique, la puissance publique peut intervenir pour soutenir l’économie aérienne.

Et ces dossiers sont nombreux : capacité et accessibilité des aéroports, coût du travail, charges patronales, nouvelles taxes sur le transport aérien, concurrence déloyale et travail illicite, amélioration de la productivité...

D’ailleurs sur ce dernier point et la aussi si les mots ont un sens, le PDG d’Air France qui poursuit les négociations avec les syndicats pour fortement redresser la productivité, devrait avoir un allié tout trouvé au gouvernement du coté de Bercy

Deux hommes avec un objectif commun : le redressement productif !

Moins médiatisée que celle avec le Ministre des transports, la rencontre entre Alexandre de Juniac et Arnaud Montebourg, a bien eu lieu.

Soutien aux compagnies françaises hors groupe Air France

Les problèmes du groupe Air France, acteur majeur de l’économie aérienne ne devront pas non plus faire oublier au Ministre qu’à l’ombre (des fois bien envahissante) de la grande compagnie, il y a une vingtaine de chefs d’entreprise de compagnies aériennes qui se battent avec courage pour maintenir un pavillon français.

Principalement sur le secteur des vols loisirs avec derrière, près de 8 000 emplois directs et un chiffre d’affaire annuel de 2,8 milliards d’euros**

De par la taille de leurs entreprises, ils sont particulièrement vulnérables sur les sujets évoqués comme, par exemple, l’avalanche de taxes made in Bruxelles, ou la concurrence déloyale de certains opérateurs aux pratiques sociales douteuses.

Ces chefs d’entreprise sont derrière votre porte avec des idées Monsieur le Ministre. Ouvrez-leur vite !


* source FNAM
**source SCARA

Economie aérienne : y aura-t-il un ministre dans le cockpit ?
Christophe Hardin a à son actif plus de vingt années au service de plusieurs compagnies aériennes.

Il est le créateur du site
www.terciqual.fr partenaire des transporteurs pour l'évaluation de la qualité, le respect des standards de service et le professionnalisme des équipes au contact du passager.

Il dispense également des conseils aux postulants à la fonction de PNC pour optimiser leur candidature et une préparation adaptée et efficace.


Lu 1900 fois

Notez


1.Posté par just biou le 12/06/2012 04:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Hardin, il faut se réveiller !

Vous parlez de "concurrence déloyale ". Qu'est-ce que cela veut dire ?? Payer du personnel selon les règles et de droit du travial irlandais par exemple ?

Quand vous achetez à la FNAC votre ordinateur Hewlett-Packard made in China réfléchissez-vous à la concurrence déloyale de entreprises chinoises ???

Connaissez-vous beaucoup de pays dans le monde o?u l'on utilise les termes de concurrence loyale ou concurrence déloyale ??? Depuis quand la "morale" intervient-elle dans les affaires, surtout internationales.
Cessez de rêver, même dans l'aérien il faut garder les pieds sur terre. La concurrence, c'est la concurrence, un point c'est tout. Le terme loyal ou déloyal n'a rien à voir avec la compétition..

2.Posté par HARDIN.C le 12/06/2012 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vive la concurrence bien sûr MAIS :
Oui l’exemple que vous donnez est parfait pour illustrer la concurrence déloyale.
Il ne s’agit pas de se placer sur le plan de la morale mais du droit et de s’appuyer sur des faits.
Si effectivement vous rémunérez du personnel basé en France ‘’selon les règles et de droit du travail irlandais’’ comme vous dites, je ne sais pas si c’est moral ou immorale mais c’est en violation de l’article R 330-2-1 du Code de l’aviation Civile issu du décret du 21 novembre 2006 et la concurrence avec les opérateurs français est déloyale.
Une grande compagnie anglaise s’est fait rappeler à l’ordre à ce sujet et a rectifié le tir. Elle est en concurrence avec les compagnies françaises et je n’y trouve rien à redire !
Oui je connais beaucoup de pays dans le monde ou l’on parle de concurrence loyale ou déloyale.
Je vais prendre parmi ces nombreux pays l’exemple des Etats Unis dont vous conviendrez que sur le point de la concurrence et du libéralisme ils sont bien évolués…
Dans la bataille commerciale qui les oppose, Boeing a dénoncé é et attaqué Airbus (à propos de subventions reçues) en parlant de ‘’unfair compétition’’
‘’This constitutes a clear violation of World Trade Today rules’’ nous disent ils.
Au pays du libéralisme, comment traduisez-vous ‘’unfair compétition’’ ?

3.Posté par just biou le 12/06/2012 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Boeing et "Unfair competition !!!

Quelle rigolade, Lorsqu'il s'agit de défendre ses intérêts commerciaux tous les arguments même les plus pourris sont bons et Boeing ne se gêne pas plus que n'importe quelle entreprise.

Quand il s'agissait pour le Pentagone de choisir un avion-ravitailleur qui a pratiqué la concurrence déloyale ??? Airbus ou Boeing qui n'a pas lésiné sur le lobbying et les attaques tordues au Congrès et auprès du gouvernement US.

Citer Boeing comme paragon de vertu, il y a de quoi se taper le derrière par terre.

Quand à la référence au Code de l'Aviation civile et autres textes de lois on peut se poser des questions. La Loi est faite pour protéger le citoyen (en l'occurence les salariés) mis aussi pour tenir compte des intérêts du pays. Lorsque ceux-ci sont mis gravement en danger par la concurrence "déloyale" il y a un conflit bien délicat entre les intérêts du salarié et ceux du pays.

Le Code de la Marine marchande a "tué" les ports français et l'essentiel de la flotte commerciale.
Le Gouvernement français et le Législateur l'ont reconnu en créant le RIF.
Le Code l'Aviation civile va-t-il faire la même chose : conduire le transport aérien français dans le goufre alors que nous disposons de professionnels de qualité, d'excellents avions, etc..?

Il ne s'agit pas d'être libéral à tout crin mais d'être lucide et de regarder la REALITE en face, même si elle est très dure. ne nous faisons AUCUNE illusion. Personne ne nous fera de cadeau.
Le marché français est parmi les meilleurs fromages en Europe, Tous nnos "amis" chinois, du Golfe, de Grande Bretagne et ailleurs rêvent d'en croquer.

4.Posté par voyage en france le 22/03/2013 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
a just biou sauf que les compagnies chinoises ne volent pas a partir de l'Europe pour desservir d'autres destinations hormis la chine . Elle ne peuvent pas avoir plus de 49 % d'une compagnie européenne ,Et quand payer du personnel selon le droit irlandais ,cela ne doit pas introduire de distorsions de concurrence au sien des compagnies de l'UE...Vôtre raisonnement ne tient pas.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com