TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Francfort : Bienvenue à Mainhattan !

Une image de ville d’affaires qui lui colle à la peau


Rédigé par Nicolas Langis le Mardi 13 Septembre 2016

Au-delà des clichés qui la réduisent à une ville d’affaires froide et sans charme, la capitale économique de l’Allemagne séduit par l’atmosphère chaleureuse de son vieux centre et par sa vie culturelle intense.



On compare souvent la métropole allemande à La City londonienne à laquelle elle pourrait d’ailleurs « voler » le titre de capitale financière économique de l’Union européenne depuis le Brexit des Anglais © Office du tourisme de Francfort
On compare souvent la métropole allemande à La City londonienne à laquelle elle pourrait d’ailleurs « voler » le titre de capitale financière économique de l’Union européenne depuis le Brexit des Anglais © Office du tourisme de Francfort
Avec sa skyline qui lui donne un petit air de Manhattan-sur-Main (le nom de la rivière qui traverse la ville) et ses banques (plus de 400 !), à commencer par la Banque centrale européenne installée depuis 2014 dans un gratte-ciel flambant neuf, Francfort n’a pas usurpé son surnom de « Bankfurt ».

Au point qu’on compare souvent la métropole allemande à La City londonienne à laquelle elle pourrait d’ailleurs « voler » le titre de capitale financière économique de l’Union européenne depuis le Brexit des Anglais.

Si sa population atteint 700 000 habitants (bien moins que Berlin ou Munich), ce qui en fait la cinquième plus grande ville du pays, elle est le symbole de l’économie allemande triomphante, à la croissance insolente et au chômage maîtrisé ; une ville qui attire les sièges sociaux des multinationales ; où les voyageurs d’affaires du monde entier se rencontrent pour signer les contrats de demain.

Ville de foires

Ce statut n’est pas nouveau !

Fondée par Charlemagne en 794, centre politique de premier plan à l’époque où les empereurs allemands s’y font couronner jusqu’au XVIIIe siècle, Francfort s’impose rapidement comme la ville des foires internationales de par sa situation stratégique au cœur de l’Europe et son statut de ville libre.

Ces rendez-vous commerciaux, officialisés dès 1240, attirent toujours aujourd’hui des centaines de milliers de visiteurs chaque année.

Les plus célèbres sont le salon de l’automobile qui se déroule en alternance avec celui de Paris tous les deux ans et la foire du livre, la plus importante au monde (mi-octobre). Normal pour la ville qui a vu naître Goethe !

Francfort est aussi le théâtre du salon IMEX, rendez-vous incontournable de l’industrie MICE (meetings, congrès).

Inutile de préciser qu’à ces périodes chargées, les prix des hôtels flambent malgré une offre conséquente, avec la présence de toutes les grandes enseignes internationales.

Il faut dire qu’avec son aéroport XXL connecté au monde entier – le premier d’Allemagne et le quatrième d’Europe avec 61 millions de passagers derrière Londres Heathrow, Paris CDG et Istanbul – Francfort est facile d’accès.

Sans compter sa gare, nœud ferroviaire européen majeur connecté à Paris grâce aux TGV et aux ICE de la SNCF et de Deutsche Bahn.

Dynamique et tolérante

Malgré cette image de ville d’affaires qui lui colle à la peau (en toute légitimité), n’allez pas croire pour autant que Francfort est ennuyeuse.

Certes, elle n’a pas la folie et l’énergie créatives de Berlin. Mais à l’ombre de ses tours de verre qui sont en elles-mêmes une attraction pour les amateurs d’architecture contemporaine, la capitale économique de l’Allemagne s’emballe dès la fermeture des bureaux, se dévoilant tout autant dynamique que tolérante.

Détruite à 90% par les bombardements de la seconde guerre mondiale, elle est certes le symbole du modernisme des années 50.

Mais certains quartiers ont été reconstruits à l’identique, à commencer par son petit centre historique bichonné.

Pour leur part, les amateurs de culture plébiscitent la ribambelle de musées – parmi les plus prestigieux d’Allemagne – qui s’étirent le long de la rivière Main.

Une errance culturelle que l’on pourra compléter par une balade au vert dans l’un des 20 parcs ou dans la forêt qui ceinture Francfort (la Frankfurter Stadtwald), qui assurent une incomparable qualité de vie à ses habitants.

Voilà qui justifie amplement de prolonger un séjour professionnel…

Les incontournables

La place Römerberg

Enroulée autour de la place Römerberg, la vieille ville (Altstadt) aligne des maisons à colombages typiques d’Allemagne et quelques bâtiments gothiques, comme la Rathaus (mairie) du XVe siècle flanquée de quatre statues impériales.

On y visite la Kaisersaal, gigantesque salle jadis utilisée pour les banquets impériaux.

On croirait ces bâtiments vieux de plusieurs siècles. En réalité, ils ont été reconstruits à l’identique après la seconde guerre mondiale. Qu’importe, l’illusion est parfaite ; encore plus lorsque retentit le carillon des 47 cloches de l’église Saint Nicolas.

On pourra profiter d’une balade dans ce quartier historique pour visiter la maison de Goethe (elle aussi reconstruite) et la Deutsche Börse (la Bourse de Francfort). Les as de la finance adorent !

Kaiserdom

Dominant la vieille ville, la cathédrale (Kaiserdom) gothique Saint Barthélémy a elle aussi été reconstruite. Impossible de la rater, avec sa tour de 95 mètres coiffée d’un dôme à lanternon. Elle accueillait le couronnement des empereurs romains germaniques au XVIe siècle. De là-haut (après 328 marches !), la vue embrase toute la ville, des verdoyantes rives du Main jusqu’aux gratte-ciel qui redessinent l’horizon.

Innenstadt/La City

À l’ouest du centre historique, les gratte-ciel d’Innenstadt rappellent que Francfort rivalise avec Londres pour le titre de capitale financière de l’Europe. Animé de cols blancs, ce « Manhattan-sur-Main » se vide en fin de journée. Les amateurs d’architecture apprécieront quelques tours emblématiques, notamment celle de la Commerzbank (259 mètres, la plus haute de ville) dessinée par Norman Forster (l’architecte du Viaduc de Millau) ou la Main Tower, gratte-ciel tout de verre de 240 mètres inauguré en 1999.

La Banque centrale européenne

Impossible de faire l’impasse sur les tours jumelles (185 m) de verre et d’acier de la Banque centrale européenne inaugurée en 2015, dans l’ancien quartier industriel d’Ostend. À ses pieds, on découvre la Grossmarkthalle, un bâtiment de briques des années 1920 qui abritait les halles. Réquisitionnées par les nazis pour y parquer les juifs avant leur déportation, elles ont été transformées en mémorial.

Le nouveau gratte-ciel se veut éco-responsable, entre le chauffage assuré par le recyclage de la chaleur des ordinateurs et l’eau des toilettes alimentée par la pluie. C’est depuis la salle du Conseil des gouverneurs, au 41e étage, que se décide la politique financière de la zone euro.

Museumsurfer

Sur la rive sud du Main s’égrènent quelques-uns des plus fameux musées d’Allemagne. On pourra au choix découvrir la collection d’art (primitifs flamands, peintres de la Renaissance Italienne, art moderne) du Städel Museum installé dans un édifice du XIXe siècle, le musée de la communication pour ne rien rater de l’histoire des médias, depuis le télégraphe jusqu’à la révolution du web.

Autres options : le musée de l’architecture ou encore le Deutsches Film-Museum qui évoque notamment la gloire du cinéma allemand, de Fritz Lang à Marlène Dietrich.

Notre sélection d’hôtels

Jumeirah Frankfurt

Dans une tour moderne, à proximité de la commerçante rue Zeil et du quartier des affaires, l’hôtel est idéalement placé pour profiter de la ville après une journée de travail. Ses 217 chambres offrent le confort que l’on attend de l’enseigne de luxe de Dubaï. Préférez celles des étages supérieurs pour la vue sur la skyline. Coté détente, on signalera un spa et un accès gratuit au club de sport/piscine voisin. Cinq salles accueillent les événements, jusqu’à 250 pax. À noter : des ruches installées sur le toit, qui produisent le miel servi le matin au petit-déjeuner !
www.jumeirah.com

NH Collection Frankfurt

Avec cette adresse située elle aussi à proximité de la rue Zeil, le groupe espagnol joue la carte de la sobriété élégante. Les 256 chambres à la décoration contemporaine déclinent une gamme de blancs et de gris clairs pour une atmosphère reposante. Les suites Premium se prêtent à de petites réunions professionnelles (8 p.). À moins de préférer les 5 salles de réunion (140 p. maxi), avec lumières du jour. Ceux qui veulent profiter de la ville le week-end apprécieront le check out tardif (jusqu’à 17 h) le dimanche.
www.nh-collection.com

Roomers

Près de la gare centrale (Hauptbahnhof), c’est l’un des plus beaux boutique-hôtels de Francfort. 116 chambres à base de gris/noir, où le cuir et le velours sont légion pour une ambiance cosy et raffinée, même si certains regretteront une atmosphère trop sombre. Du restaurant à l’ambiance baroque au petit spa, étonnant avec ses murs couverts de lamelles de bois, les parties communes sont à l’unisson. Quatre salles sobres et lumineuses accueillent les réunions (40 p. maxi).
www.roomers-frankfurt.com

Pour le shopping

Zeil

C’est LA rue commerçante de Francfort, celle qui réalise le plus gros chiffre d’affaires d’Allemagne ! Grandes marques internationales et centres commerciaux (comme My Zeil à la façade futuriste) se partagent les trottoirs, fréquentés par des dizaines de milliers de badauds chaque jour.

Sachsenhausen

Au sud du Main, le quartier bobo de Francfort à l’ambiance « village » est fréquenté par une foule bigarrée. Ses ruelles pavées, ses boutiques branchées et ses terrasses ombragées s’animent en fin de journée. On vient notamment y partager l’Apfelwein, sorte de cidre (sans bulle) traditionnel de la région.

Carnet pratique

Où se renseigner ?

www.germany.travel
www.frankfurt-tourismus.de

Y aller

Air France vole quotidiennement entre Paris/CDG2 et Francfort. Lufthansa propose des vols depuis Paris/CGD1 et plusieurs villes de province (Toulouse, Nice, Marseille, Lyon…).
La SNCF et Deutsche Bahn relient Paris à Francfort conjointement, en train à grande vitesse (TGV/ICE). Les deux partenaires proposent aussi une liaison depuis Marseille, en 7h45 !

Circuler

Le métro (U-Bahn) permet de se déplacer en toute tranquillité dans la ville. La Frankfurt Card permet de l’emprunter de manière illimitée (y compris pour rejoindre l’aéroport) et de bénéficier de réductions dans les musées, restaurants… 10,50 € pour un jour, 15,50 € pour 2 jours.

Formalités : passeport ou carte d’identité.
Monnaie : l’euro.
Langues : l’allemand et l’anglais.
Décalage horaire : aucun.
Climat : semi-continental, avec des hivers froids et des étés chauds.

Lu 1942 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 4 Décembre 2017 - 10:26 Biarritz propose un guide aux congressistes


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com