TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Frédéric Vanhoutte : «les opérateurs de téléphonie mobile sont les concurrents de demain»

Entretien avec le président de Level.com


Rédigé par La Rédaction le Jeudi 12 Mai 2005

Frédéric Vanhoutte, président de l’association Level.com, qui rassemble les principaux acteurs de la vente de voyages en ligne (Bourse des vols, Expedia, Go Voyages, lastminute…) a commenté les conséquences du rachat de Lastminute.com par Sabre/Travelocity et de ses conséquences sur le marché des voyages... et pas seulement qu’en ligne.



Frédéric Vanhoutte : « un rapprochement entre une agence en ligne et un réseau avec des points de vente ne me semble pas incompatible. »
Frédéric Vanhoutte : « un rapprochement entre une agence en ligne et un réseau avec des points de vente ne me semble pas incompatible. »
Tourmag.com - Quels sont vos commentaires à propos sur le rachat de Lastminute.com par Sabre – Travelocity ?

Frederic Vanhoutte : « Cette intégration est tout a fait naturelle pour des acteurs de cette importance qui sont principalement américains. Ils ont en plus des appétits féroces mais sont confrontés à une maturité de leur marché.

Un marché nord américain sur lequel ils sont forts et bien installés. Dans ce schéma, il est tout à fait normal de chercher à conforter sa position sur l’Europe en rachetant une belle affaire. Car c'en est une... »

TM - Lastminute ne pouvait prospérer seul ?

FV : « Lastminute a toujours fait part de ses ambitions européennes. Ambitions qui lui ont plutôt bien réussi. Il avait renoncé, à juste titre d’ailleurs, à aller sur le marché nord américain en proie à une course effrénée au gigantisme. »

TM - En quoi est ce une bonne chose pour Sabre – Travelocity ?

FV : « Pour deux raisons : le contenu et la marque. Travelocity, sur le marché français, si vous voyez ce que je veux dire, ce n’est pas crédible et vendable. Il y avait bien la marque Odysia, qui avait été lancée justement pour cela, mais elle restait encore confidentielle.
Quand à l’offre de Lastminute, elle est très riche. Et pour une troisième aussi. Sabre, comme tout les GDS, cherche à utiliser sa technologie et migre doucement vers le BtoBtoC»

TM - Lastminute bénéficie d’une bonne notoriété sur Internet ?

FV : « En notoriété spontanée, encore aujourd’hui, les enquêtes montrent que les gens citent toujours Degriftour et Travelprice en tête. Mais c’est vrai que Lastminute bénéficie d’une bonne notoriété, surtout au Royaume-Uni et en France, un peu moins en Allemagne. Pour Travelocity, Lastminute est une réponse formidable si l’on veut aller vite pour s’installer dans un marché. »

TM : Travelocity va-t-elle conserver la marque selon vous ?

FV : « Diffificile à dire. Quand Lastminute a racheté Travelprice et Degriftour, j’étais persuadé qu’ils allaient garder les marques. Et ça n’a pas été le cas. Vont-ils privilégier Odysia au détriment de Lastminute. C’est à suivre. »

TM : Comme Travelocity, certaines agences en ligne ouvrent des points de vente "physiques" et d’autres non. Quelle va être la tendance, selon vous ?

FV : « Je dirai qu’actuellement, c’est la cohabitation avant les fiançailles, ou le mariage. Les agences traditionnelles ont enfin réagi et ne laissent plus les seules « pure-player » occuper l’espace Internet.

Mais qu’est ce qu’elles ont mis de temps avant de comprendre. Les agences traditionnelles ont des atouts. Proximité, confiance. Des réseaux comme Afat ou Selectour auront bientôt des vrais portails. Un rapprochement entre une agence en ligne et un réseau avec agence ne me semble pas incompatible, au contraire. »

TM - Pourtant, Internet grignote chaque jour des parts de marché aux agences traditionnelles...

FV : « C’est vrai que la consommation sur Internet augmente chaque année. On estime aujourd’hui qu’un Internaute effectue 4 à 5 achats sur le net par an. Contre rien il n’y a pas si longtemps. Internet a commencé avec Degriftour et ses promotions. Mais outre l’aspect VDM et prix, on achète de plus en plus des voyages à l’avance, comme on le faisait avec des agences classiques. »

TM - Qu’est ce qui a changé ?

FV : « La technologie a considérablement progressé. Les consommateurs ont mûri, les sites sont fiables et il y a désormais une confiance dans les marques Internet. Le haut débit a également changé la donne.
Et aujourd’hui, les producteurs fabriquent des produits spécifiques pour les agences en ligne avec un déstockage en temps réel. Tout ceci explique ces formidables résultats. »

TM : Les taux de croissance sont si importants que cela ?

FV : « Le secteur classique peut atteindre de 8 à 10 % de croissance. En ligne, cette croissance est multipliée par 8, 9 ou 10 ! A titre d’exemple, Go Voyages qui est dans Level.com connaît une croissance qui frise les 100 %. »

TM : Les agences n’ont-elles pas raté le train Internet ?

FV : « Elles rattrapent leur retard sur le net. Et Internet c’est aussi une passerelle avec les acteurs traditionnels. Je pense que nous allons vers des rapprochements entre le net et les points de vente. Nous allons passer du click au brick&mortar. »

TM - Mais cette future union n’est elle pas déjà menacée par d’autres prédateurs ?

FV : « Oui, et ce sont les opérateurs de téléphonie mobile. Ces futurs concurrents aux moyens financiers surdimensionnés sont déjà présents sur le marché. Certains interdisent d’ailleurs les portails des réseaux.

Et qu’un jour Orange achète une grande agence en ligne et s’associe à un grand site d’hébergement comme Accor par exemple, tout est réuni pour faire du forfait dynamique. C’est une décision stratégique que les opérateurs n’ont pas encore prise. Mais ils la prendront. »


Propos recueiilis par Hervé Ducruet - herve.ducruet@tourmag.com

Lu 6239 fois
Notez


1.Posté par Chantal Alaric le 13/05/2005 22:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tres bon commentaire de M. Vanhoutte, surtout au sujet des telephones mobiles.
Par contre, je ne comprends pas que l'association s'appelle Level.com mais que le site web ne corresponde pas. Quelqu'un a-t-il une explication? Merci.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com