TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e
Loading





GDS et IATA enterrent la hache de guerre... la montagne accouche-t-elle d'une souris ?

Ils apportent leur soutien à la nouvelle norme NDC


Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Mardi 18 Février 2014

Les GDS sont aujourd'hui rassurés par les déclarations de IATA concernant la nouvelle norme NDC, un standard visant à moderniser les canaux de distribution des billets d'avions. NDC devrait en effet leur permettre d'apporter un meilleur service aux agences de voyages en distribuant plus rapidement les nouveautés d'une compagnie et en multipliant les options de recherche.



Yanik Hoyles, directeur du programme NDC chez IATA : "Nous n'allons pas réinventer la roue. Il s'agit plutôt d'une modernisation des canaux et standards de distribution qui ont aujourd'hui plus de 30 ans" - Photo CE
Yanik Hoyles, directeur du programme NDC chez IATA : "Nous n'allons pas réinventer la roue. Il s'agit plutôt d'une modernisation des canaux et standards de distribution qui ont aujourd'hui plus de 30 ans" - Photo CE
Le malentendu entre IATA et les GDS paraît aujourd'hui dissipé.

En effet, la nouvelle norme NDC, qui doit moderniser les canaux de distribution des billets d'avions, a désormais reçu le soutien officiel des trois opérateurs : Travelport, Sabre et Amadeus.

Pourtant, il y a encore quelques semaines, ces derniers craignaient que ce nouveau standard ne menace leur survie et leur rôle d'intermédiaire auprès des agences de voyages.

Une peur injustifiée selon Yanik Hoyles, directeur du programme NDC chez Iata.

"Nous n'allons pas réinventer la roue. Il s'agit plutôt d'une modernisation des canaux et des standards de distribution qui ont aujourd'hui plus de 30 ans".

Car rien n'a vraiment changé depuis de nombreuses années. Les GDS vont toujours faire leur marché en fonction du stock et des horaires de vols.

Alors qu'avec NDC, ils pourront désormais affiner leurs critères de recherche et apporter une plus grande valeur ajoutée dans le service offert aux agences de voyages, selon Yanik Hoyles,

Le choix d'un vol pourra s'effectuer en fonction de l'accès aux salons, du programme de fidélité, ou des nouveautés d'une compagnie.

Il assure que le principe séduira les agences d'affaires, qui trouveront plus facilement un produit en adéquation avec leur budget et le niveau de service recherché. Elles limiteront ainsi les notes de frais de leurs collaborateurs pour certains services annexes.

"Les GDS auront plus que jamais un rôle à jouer en tant qu'agrégateurs face à une offre plus nombreuse proposant de multiples options" assure Yanik Hoyles.

Un double intérêt pour les agences et les compagnies aériennes

Les principaux partenaires semblent désormais rassurés. Travelport a d'ailleurs récemment apporté son soutien à cette norme, assurant que les divergences avaient été mises de coté.

Même chose pour Sabre, déterminé à travailler de concert avec Iata pour élaborer un standard unique au bénéfice des vendeurs et acheteurs de voyage.

Quant à Amadeus, il est également content de poursuivre son travail avec Iata dans le développement technologique de cette nouvelle norme.

"Nous sommes persuadés que cette norme sera élaborée dans le souci d'un bénéfice pour tous les acteurs" explique Svend Leirvaag, vice-président des affaires industrielles et de l'investissement technologique. "Mais son adoption doit rester un choix commercial de la part des compagnies".

Justement, les compagnies aériennes ont, elles aussi, tout intérêt à appliquer à ce nouveau standard, même s'il n'a jamais eu de caractère obligatoire.

NDC leur permettra de pousser plus rapidement leurs nouveautés, parfois lentes à être distribuées en agences de voyages. Sans oublier les services additionnels et diverses options, souvent uniquement réservables en direct sur leur site web.

Car au final, cette nouvelle norme n'a pas vocation à réduire le prix du billet, mais au contraire à lui donner une valeur supplémentaire. "Il faut rappeler que les tickets sont globalement vendus plus cher en agence de voyages qu'en direct sur le site de la compagnie" remarque Yanik Hoyles.

Dans tous les cas, les premières expérimentations ne sont pas encore pour demain. Si la première version de la partie air shopping (recherche des informations) est prête, les autres sont encore en phase de test : réservation, paiement, ticketing, interlines et profil des compagnies.

Rien ne sera bouclé avant 2014. Mais il semble que la norme NDC soit aujourd'hui remise sur de meilleurs rails.

Lu 5733 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Ombeline POIRON
publicite@i-tourisme.fr
+33 1 85 74 23 33










Dernière heure










Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com