TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Georges Colson, président du SNAV : "Je ne veux pas faire le mandat de trop..."

l'interview de G. Colson, président du SNAV


Rédigé par Michèle SANI le Vendredi 22 Octobre 2010

Dans six mois le président Georges Colson et tous les élus du SNAV siégeant dans les commissions techniques, les conseils des métiers et les comités régionaux démissionneront. Les nouveaux statuts le veulent ainsi. Il sera fait appel à candidatures et la profession pourra s'attendre à voir de nouvelles personnalités les représenter. Georges Colson qui aura alors six ans de présidence se présentera-t-il au suffrage de ses pairs ? Autant vous le dire d'entrée de jeu, il ne dit aujourd'hui ni oui ni non... quoi que...



Georges Colson, président du SNAV : "Je ne veux pas faire le mandat de trop..."
TourMaG.com. Il régnait dans les allées du dernier Top Resa une ambiance de fin de crise que les grèves actuelles mettent à mal. Quelles seront les conséquence de ces grèves sur la profession ?

Georges Colson.
"La crise n'est pas finie.

L'année 2010 a été extrêmement dure à différents niveaux pour les entreprises. Je pense notamment aux conséquences du nuage volcanique.

Certaines ont été amenées à disparaître. Il y en aura d'autres. En effet, au moment de Top Resa les ventes reprenaient et la saison automne-hiver se présentait sous de bons auspices.

Les événements de cette semaine nous replongent dans la crise. Les vacances de la Toussaint risquent d'être très perturbées avec des annulations, des reports. "

Le président du SNAV, quel qu'il soit doit garder l'unité de la profession

T.M.c. Le SNAV regroupe des métiers et des entreprises souvent contrastés. On l'a vu, cela crée des frictions, les producteurs en conflit avec les distributeurs, les producteurs réceptifs refusant de faire alliance avec les tour-opérateurs. Aujourd'hui ce seraient les « industriels » contre les TPE et PME indépendantes. Est-ce mission impossible que de créer un véritable lien ?

G.C
. "Ce n'est pas facile de faire une union sacrée, surtout en période de crise. Qu'on le veuille ou non, nous faisons tous le même métier, assujettis à la même loi.

Le Snav du fait de ses statuts et de son histoire, est le représentant de la profession auprès des pouvoirs publics de l'ensemble de la profession. Le président en fonction, quel qu'il soit, se doit de garder l'unité de la profession.

Le SNAV travaille sur des sujets d'intérêt général et les exemples ne manquent pas. Je pense à la loi Tourisme, aux conventions collectives, à la TGAP, aux critères IATA.

A ce sujet je rappelle que ce n'est pas un « industriel » qui a eu le courage d'assigner IATA mais une petite agence indépendante de Toulouse. (Dirigée par Jean-Pierre Mas, co-président de AS Voyages et président de la Commission Air du SNAV ndlr)."


T.M.c. Votre position sur cette idée de Fédération qui refait surface ?

G.C.
"Je vous signale qu'une Fédération voulant regrouper tous les métiers de l'industrie du tourisme a déjà été lancée. A ma connaissance elle n'a jamais fonctionné. J'estime que c'est une bien mauvaise idée que de vouloir favoriser une division de la profession.

Certaines personnalités recherchent une légitimité de représentativité auprès des pouvoir publics. Cela se comprend encore faudrait-il qu'ils créent non pas une fédération mais un deuxième syndicat, c'est à dire un organe juridique qui a sa spécificité pour représenter un secteur d'activité auprès des pouvoirs publics.

En effet tout le monde n'est pas obligé d'adhérer au SNAV mais le SNAV travaille pour tout le monde quels que soient la taille et le poids des entreprises adhérentes. Les « industriels » sont d'ailleurs très présents dans nos instances."


T.M.c. Dans quelle commissions ?

G.C.
"American Express est représenté par Guy Besnard et Christine Baal qui président respectivement les Commissions « Affaires Sociales et  « Fer ». La Commission « Juridique » est présidée par Caroline Gropallo de Nouvelles Frontières. "

Les chefs d'entreprises ne parlent pas aisément de leurs difficultés

T.M.c. Trois femmes chefs d'entreprise élues et siégeant au SNAV et à l'APS, Lucette Lerault, Michelle Godin et Micheline Teupootahiti ont déposé leur bilan durant cet été. Deux d''entre elles adhéraient à des réseaux, Manor et Selectour. Il semble que personne dans les instances professionnelles ou dans leurs réseaux ne les ait aidées et conseillées pour anticiper leurs difficultés.

G.C.
"C'est un sujet délicat. Les chefs d'entreprise ont de la pudeur et beaucoup de réserve. Ils ne parlent pas aisément de leurs problèmes.

Quand ils en parlent c'est souvent trop tard. C'est par le BSP que nous avons appris ces défaillances. J'ai été à la fois surpris et peiné. Nous étions très proches. Le rôle du SNAV n'est pas de vérifier les comptes et les bilans de ses adhérents. Il ne faut pas attendre d'être au bord de la faillite pour parler."


T.M.com - Certains considèrent la France comme un produit de crise pour les agents de voyages. D'autres la considèrent comme un produit d'avenir. Votre avis ?

G.C.
A quelques exceptions près nous sommes surtout considérés comme des exportateurs. En raison des crises économiques et des problèmes géopolitiques la France est devenue une valeur refuge pour certains professionnels.

En réalité la France est un formidable produit à vendre. Elle peut permettre aux agences de voyages de conforter leur rentabilité. Les prix des séjours en France, même sans transport, sont souvent plus élevés que certains forfaits du Bassin Méditerranéen. Les réseaux de la grande distribution l'ont bien compris. La vente de séjours en France représente près de 50 % de leur activité.

Je ne veux pas faire le mandat de trop

T.M.c. Comment vont les finances du SNAV ?

G.C.
Un certain nombre d'adhérents ont déposé leur bilan et de fait quitté le SNAV. Nous aurons donc des cotisations en moins. D'autres n'ont pas encore réglé la facture de leur adhésion 2010.

Je vais faire en sorte pour que les impayés soient récupérés. La situation n'est pas facile en dépit d'un budget qui prévoyait des pertes. Nous serrons les vis tout en menant nos projets à bout. Nous prévoyons avec nos partenaires une relance de notre campagne de communication durant l'hiver.


T.M.c. Dans six mois le SNAV aura ses élections. Allez-vous vous représenter à la présidence du syndicat ?

G.C.
Cela va arriver très vite. Il ne s'agira pas d'élire le président. Il y aura le renouvellement de tous les administrateurs. Les élus sont des hommes et des femmes qui travaillent beaucoup et donnent bénévolement de leur temps dans des actions d'intérêt général. Nous devrons trouver de bonnes volontés. Je souhaite que de nombreux jeunes entrepreneurs se manifestent. Quant au poste de président, s'est un sujet sur lequel je m'interroge.

Je ne veux pas faire le mandat de trop. Ce poste demande beaucoup de disponibilités pour la profession, beaucoup d'écoute et de neutralité. J'ai été élu alors que j'étais tour-opérateur. Je crois avons démontré que j'étais à l'écoute de tous les métiers. Quant à une succession... elle se prépare. Il faut avoir envie.

Lu 3472 fois

Notez


1.Posté par Pierre Amalou le 22/10/2010 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Georges Colson, interrogé sur la création éventuelle d'une fédération du tourisme, répond : "J'estime que c'est une bien mauvaise idée que de vouloir favoriser une division de la profession".
Etant moi-même le plus ardent (et obstiné !) promoteur d'une fédération du tourisme, il me semble que mon ami Georges n'a pas compris ma motivation. Une fédération, bien loin de diviser, n'aurait pour objectif que de présenter un front uni de tous les métiers du Tourisme face aux Pouvoirs publics, aux consommateurs, aux syndicats. Par les temps de grève que nous vivons, exprimer une position en s'appuyant sur un million de salariés directs, deux millions avec les emplois indirects, ne me semble pas être une si mauvaise idée ! Bien évidemment, chaque syndicat professionnel, chaque entreprise, garderait sa représentativité, son indépendance, sa parole originale.
D'autres que moi, bien plus autorisés, tels Christian Mantéi d'Atout France, Jean-Paul Chantraine d'Asia, Bertrand Mabille de Carlson Wagonlit Travel, René-Marc Chikli du CETO, Lionel Guérin de la FNAM, et bien d'autres encore, partagent mon sentiment que nos métiers n'ont pas l'écoute qu'ils méritent parce qu'ils sont trop divisés. Je suis convaincu que Georges Colson se ralliera un jour à ce besoin impérieux d'une fédération. Le plus tôt sera le mieux !
Pierre Amalou

2.Posté par Brigitte Mundubeltz le 22/10/2010 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon Cher Pierre,
Je ne peux que te féliciter pour ton commentaire ! Mais n'oublions pas qu'une Fédération du Tourisme implique que les acteurs du tourisme se fédèrent... Toi comme moi savons à quel point les "ego" des personnalités concernées par cette Fédération ne supporteront pas se voir retirer leur pré carré aussi facilement ! Cela fait tellement longtemps que tous les observateurs avertis essayent de faire comprendre l'utilité et l'avantage d'une telle création, et d'ailleurs tout le monde en est convaincu, le problème n'est qu'un problème d'hommes cherchant à tirer couette et couverture à lui... dommage mais finalement , quand bien même les concepts de "mutualisation" et de "fédération" ont bien été compris par tous ces décideurs, qui a vraiment intérêt à ce que cela se fasse ! "Diviser pour mieux régner", est une devise qui s'applique parfaitement à la situation, du moins tant que personne ne donnera un véritable coup de pied dans la fourmilière... A tous très bonne journée
Brigitte Mundubeltz

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:45 Macao : 5 TO en éductour avec Air France


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com