TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Grèce du Nord : le Sani Beach Resort veut conquérir le marché français !

Depuis la Grèce du nord, le souffle d’Alexandre pourra-t-il conquérir le monde du tourisme français ?


Rédigé par Aline Pontallier le Lundi 3 Juin 2013

Mer bleu Caraïbes, baignade garantie, soleil chaleureux, complexe luxe écolo à l’américaine, moins de trois heures de vol direct depuis Paris, et la mémoire du grand Alexandre en trame historique pour ne pas bronzer idiot, mais qui donc retient les Français de découvrir la Chalcidique ? Et pourquoi pas au départ du Sani Beach Resort, remarquable spot de vacances apprécié depuis longtemps par les Allemands et les Anglais, et depuis peu par des Russes plus curieux que nous…



Devant les vignes de Gérovassiliou, de g. à d. les représentants de Aegean, Privilèges Voyages, Directours, Tapis Rouge, Héliades, Twim Travel, Thalasso N°1, Nautil Voyages et Sani Beach Resort. - Photo AP
Devant les vignes de Gérovassiliou, de g. à d. les représentants de Aegean, Privilèges Voyages, Directours, Tapis Rouge, Héliades, Twim Travel, Thalasso N°1, Nautil Voyages et Sani Beach Resort. - Photo AP
Franco-grecque de longue date, la très dynamique commerciale du Sani Beach s’est juré de convaincre le marché français de la pertinence de la Grèce du Nord.

Elle a donc invité quelques producteurs et vendeurs à découvrir le resort et ses environs, avec la complicité efficace d’Aegean qui opère des vols directs Paris/Thessalonique.

« Je n’attends pas de faire du volume avec la France. Je vise surtout une progression dans la communication. Chacun de vous est en contact avec de nombreuses agences et à force d’en parler, cela fera boule de neige parce que j’ai vraiment confiance en ce produit. Quand on vient une fois, on revient » répète Céline Spataro.

Déclaration confirmée par Odile Luisetti, de Privilèges Voyages. « C’est vrai, nous connaissons le Sani Beach depuis deux ans. Et les premiers clients envoyés ici sont devenus immédiatement des repeaters. Nous leur avons d’ailleurs donné deux pages dans le magazine que nous venons de lancer et qui remplace la brochure traditionnelle. »

Le Sani Beach, un resort grec à l’américaine

Le produit hôtelier a en effet de quoi séduire une clientèle exigeante. Pour Directours, « il y a possibilité de répondre à toutes les demandes. Les familles au SB Hôtel, les couples plutôt autour de la marina au Porto Village, les jeunes plus indépendants au SB Club, et les demandeurs de prestations privilège dans les suites Asterias. Je pense que nous allons accentuer leur promotion pour 2014 » confirme Sandrine Renault.

Le resort se compose en effet de 4 structures harmonieusement réparties entre plages, promontoire et marina, autour de laquelle on trouve boutiques, commerces, église, théâtre de verdure, lounge bars et restaurants, un peu comme un village grec idéalisé par un architecte américain.

« En fait, le projet s’est monté au fil des années, et au feeling des propriétaires », raconte Dimitris Kontos, GM de l’ensemble.

Premier achat de la famille Andreadis en 1973, l’hôtel sur le promontoire. En 1984, le Club, ancien Radisson, à l’autre bout de la plage, en 1997, établissement du Porto Village autour d’une anse creusée, en 2003, en marina capable d’accueillir de gros yachts, en même temps que la construction des 48 villas Asterias très ‘Tapis rouge’ et des commerces.

Au total 800 chambres 4 et 5*, entièrement rénovées ces trois dernières années (la rénovation sera achevée en 2014), 17 restaurants – « nous vendons de la demi-pension, avec une formule de ‘dine around’ où les gens choisissent leur lieu de repas dans 11 des 17 restaurants du site », des infrastructures sportives, nautiques et terrestres, trois spas, et des prestations haut de gamme pour les enfants, gérées par des spécialistes anglais, avec notamment un service de baby sitting plage gratuit.

Vers l’extérieur, des randonnées accompagnées par un naturaliste dans la réserve ornithologique, des navettes vers un village différent chaque jour, des excursions à Thessalonique ou vers le tombeau de Philippe II, une merveille historique récemment mise à jour, des croisières en caïques, une dégustation de vin en cave, etc.

Sani Beach – Aegean, une volonté commune de développer le marché français

Toutes ces prestations luxueuses ont séduit depuis longtemps une clientèle familiale aisée, anglaise, allemande, et aujourd’hui russe.

« Les Français ne représentent encore que 2% du volume » déplore Céline. « Mais nous espérons atteindre les 7000 clients sous deux ans. »

Pour cela, en dehors des nombreuses réunions de formation qu’elle tient chaque mois en France, elle a convaincu sa direction d’engager du personnel francophone, notamment au mini club, « c’est obligatoire pour les parents ».

« Développer le marché français est en effet une de nos priorités » confirme le GM, « nous devons anticiper la chute éventuelle d’autres marchés. Pour le moment, nous sommes une oasis préservée au sein des problèmes grecs, mais... »

Ce développement devra tenir compte de deux variables encore pénalisantes, les réservations très en amont de la clientèle anglaise qui bloquent les disponibilités pour des Français qui se décident de plus en plus tard, et les liaisons aériennes encore limitées en vols directs sur Thessalonique.

Aegean, partenaire du Sani Beach dans la promotion de la destination, vise lui aussi un développement de la ligne à moyen terme. « Après l’année record de 2011, la chute a été drastique pour tout le monde. Nous avons maintenu deux vols directs hebdomadaires [lun et ven], du 24/5 au 30/9, parce que Thessalonique est un hub important pour notre clientèle russe et allemande » explique Pierre-Emmanuel Duband, directeur commercial pour l’Europe de l’ouest.

« Par contre, nous avons affecté à la ligne un A320 équipé confortable en 168 sièges, avec repas chaud à bord. La philosophie Aegean est plus « service profile » que communication à outrance. »

La commerciale d’Héliades, Sandy Daubec, qui n’a pas de vols charters sur la destination, se sent d’humeur à vendre le Sani Beach avec vols réguliers. « Je vais proposer de mettre l’accent sur le Porto Village, autour de la marina. C’est un super produit pour une clientèle famille aisée. »

L’outil sans fausse note, l’enthousiasme des communicants et l’indéniable qualité de service dont font preuve les 1400 employés multiculturels du resort ont emporté le morceau. Malgré le manque d’image porteuse de la destination, chacun des participants se sent capable de concrétiser des dossiers rapidement. Opération séduction réussie semble-t-il.

www.saniresort.gr
www.aegeanair.com

Lu 2254 fois

Notez


1.Posté par JP le 03/06/2013 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous sommes une agence de voyages traditionnel et avons déjà essayer de vendre le sani. Ce qui s'est passé est simple : Les clients ont réservés en direct car l'hôtel leur faisait un tarif moins chers. Comment peut on avoir ce double langage avec les professionnels ? c'est tout à fait scandaleux ! Il y a d'autres hôtels dans la région qui jouent beaucoup mieux le jeux avec les professionnels !

Cordialement,
Jean-pierre

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com