TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Groupe Différences : Raoul Nabet estime le sinistre à 2 millions d'euros !

l'interview du président de l'APST


Rédigé par Dominique Gobert le Mercredi 15 Mai 2013

Comme nous l'annoncions dès hier, le Groupe Différences, dirigé par Michel Cohen est en cessation de paiement. L'APST, malgré les réformes entreprises, n'est pas encore en mesure de prévenir certaines défaillances. Surtout quand certains adhérents lui mentent sans vergogne... Les explications de Raoul Nabet, président de l'APST.



"Nous nous faisons encore abuser. Certains, récemment, ont "oublié" de nous prévenir qu'ils n'étaient plus du tout actionnaires de leur entreprise..." /photo dr
"Nous nous faisons encore abuser. Certains, récemment, ont "oublié" de nous prévenir qu'ils n'étaient plus du tout actionnaires de leur entreprise..." /photo dr
TourMaG.com - La défaillance de Préférences va coûter combien à l'APST?

Raoul Nabet:
"Nous sommes en train de travailler sur le dossier. A priori, le sinistre devrait se monter à quelque 2 millions d'euros. Mais la déclaration de cessation de Paiement (DCP) a été faite depuis lundi."

TM.com - Mais ce dossier, vous ne l'aviez pas sous surveillance depuis plusieurs mois déjà ?

b[R.N:
"Effectivement, mais on ne peut pas dire vraiment "sous surveillance". C'était une société qui avait des capitaux propres positifs, qui avait perdu un peu d'argent l'année dernière (pas énorme, de l'ordre de 57.000€).

Le responsable avait mis en contre-garantie certains biens personnels… Nous avons d'autres dossiers qui sont nettement moins bons. Différences, c'est une boite qui doit réaliser environ 12 millions de volume d'affaires annuel.

Nous avons en contre-garantie environ 1.2M€ et sur ses trois derniers exercices, la société avait dégagé un petit bénéfice sur les deux premiers. Je ne peux pas accuser mes services de ne pas avoir fait leur boulot !"

TM.com - On ne peut pas dire que l'APST n'ait pas fait son travail ?

R.N:
"Non. Il est vrai que j'ai fait sortir le dossier l'année dernière (en mars 2012, ndlr), mais il n'avait rien d'anormal. Je ne peux pas dire que mes services aient commis une faute."

TM.com - Mais pourtant, vous avez entrepris un sacré travail de nettoyage, de remise en service d'un véritable processus de surveillance et l'on a l'impression que cela ne suit pas au niveau opérationnel ?

R.N:
"Attention, le travail n'est pas fini. Le système d'alerte ne sera opérationnel que sur les bilans de 2012. Les dernières informations communiquées par Différences portent sur le bilan de 2011.

Dans le cas qui nous intéresse, nous avions fait des réajustements de garantie, mais nous ne pouvions pas faire plus. Ou alors, nous ne le gardions pas comme adhérent.

Mais le dirigeant de Différences est dans le métier depuis longtemps, le dossier paraissait relativement clair et normal. Je ne peux pas dire à un analyste financier ou à Emmanuel Toromanoff (Secrétaire Général de l'APST, ndlr) qu'ils n'ont pas fait leur boulot. Ou alors, nous enlevons 500 dossiers.

Vous savez, il existe des dossiers beaucoup plus délicats, dont les dirigeants nous mentent sans vergogne !

Et nous nous faisons encore abuser. Certains, récemment, ont "oublié" de nous prévenir qu'ils n'étaient plus du tout actionnaires de leur entreprise..."

TM.com - Ce qui veut dire que maintenant, petites ou grosses sociétés, tout le monde a déposé une contre-garantie?

R.N:
"Non, pas exactement. En fait, dans tous nos dossiers il y a des contre garanties. Sont-elles suffisamment bonnes pour être exécutées ? Certaines n'ont pas été revues depuis longtemps et nous allons tout revoir.

Maintenant, tous nos dossiers "papiers" ont été convertis en dossiers "informatiques". On sait que tous nos adhérents ont fourni une contre garantie. Mais ce n'est pas pour autant que je sais que cette contre garantie est bonne.

A partir de maintenant nous avons tous les "qualitatif" des contre garanties fournies par les adhérents et allons repartir sur une nouvelle et longue mission, de façon à faire un "nettoyage" conséquent et rétablir ce qui doit l'être."

TM.com - Donc, pour résumer, vous avez des équipes qui suivent activement ?

R.N:
"Oui… Toutefois, je n'ai pas encore le tableau de bord que je dois avoir de tout ce que nous avons entrepris. Ce n'est pas encore finalisé, mais je ne désespère pas. D'ici le mois de juin, je devrais l'avoir...

Il est vrai que j'aimerais aller plus vite. Mais toute l'équipe est très active et nous avons déjà fait un travail considérable, même si cela a été un peu "délicat" au début.

J'ai un Secrétaire Général qui connait bien son "monde", nous mettons en place tout ce chantier informatique. C'est vrai, nous aurions peut-être pu aller plus vite… mais nous aurions aussi pu avoir davantage de retard.

En tout cas et pour faire simple, je n'ai pas le sentiment que le travail ait été saboté. Nous avançons. Ceci étant, ne nous leurrons pas. Nous avons beaucoup d'adhérents qui souffrent et hélas, nous sommes obligés d'être encore plus prudents.

Par exemple, sur les 35 dossiers que nous avons examinés aujourd'hui, nous en avons refusé un paquet.

TM.com - Vous devenez donc de plus en plus drastiques?

R.N.:
"Nous essayons. C'est quand même l'argent de la communauté, mais nous devons aussi penser à l'aide que nous devons apporter à nos adhérents et leur permettre d'exister. Nous avons aussi une mission."

Lu 3404 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com