TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Guadeloupe : tourisme de pêche écotouristique

Alexis Ducros, Gérant de EkwataFly, nous écrit


Rédigé par La rédaction (CE) - redaction@tourmag.com le Jeudi 2 Novembre 2006

Alexis Ducros, Gérant de l'EURL EkwataFly, est en Guadeloupe où il exploite le tourisme de pêche écotouristique, c'est à dire celui où tout les poissons sont relâchés vivants. Il rappelle le "potentiel énorme pour la pêche à la mouche en mer" sur place et propose à des partenaires de prendre conscience du potentiel offert par la destination.



Guadeloupe : tourisme de pêche écotouristique
Monsieur bonjour,

J'habite en Guadeloupe où j'essaie de promouvoir le tourisme de pêche écotouristique, c'est à dire où tout les poissons sont relâchés vivants. Il y a ici un potentiel énorme pour la pêche à la mouche en mer.

La Guadeloupe avec des mesures adéquates, pourrait prendre la vedette devant le Bélize, le Vénézuela, les Bahamas ou encore Cuba. En effet, toutes ces destinations de pêche sont très prisées par les pêcheurs à la mouche.

Elles en retirent toutes une économie substantielle. Pourquoi la France, ne parvient-elle pas à prendre exemple sur ce tourisme de pêche afin de redorer le blason de la Guadeloupe qui possèdent toutes les espèces de poissons de ces autres pays à savoir les bonefishs, les permits, les tarpons et les snooks.

Dans les autres destinations, la pêche de ces poissons est règlementée, pratiquée dans les réserves naturelles car tout les poissons sont relâchés vivants et dans de bonnes conditions.
Ici ces poissons générateurs de revenu par leur présence puisqu'ils font venir les pêcheurs, sont consommés sans modérations.

Les permits se retrouvent à l'étalage, les snooks sont consomés de la même façons et heureusement pour les bonefishs et les tarpons, ils sont impropres à la consommation.

Mon idée est la suivante, ouvrir les réserves naturelles à la pêche de loisir en Catch and Release, fournir des permis de pêche payant pour l'accès à ces zones qui permettrai d'ailleurs d'en faire fonctionner pour tout où parti en autofinancement.

Interdire la pêche de consommation dans ces zones. Les prix des permis doivent rester raisonnable, afin d'être accessible et de ne pas faire un surcoût du séjour qui rebuterai les pêcheurs de loisir.

Ces mesures sont prises dans les autres pays vivant en parti de ce tourisme, la France restera-t-elle encore longtemps derrière eux sont prendre conscience du potentiel offert par la Guadeloupe ?

Verra-t-on enfin une gestion intelligente de nos ressources apparaitre ou bien le gouvernement n'en a que faire ou tout simplement la méconnaissance et laissera-t-il une masse de pêcheurs partir dans des lieux où les ressources halieutiques sont mieux
gérées.
Enfin pourquoi la France abandonne-t-elle une manne financière qui est à porté de sa main si elle veut s'en donner les moyens ?

Merci


Alexis Ducros
Gérant EURL EkwataFly
Bureau :05.90.21.86.85

Site internet : www.peche-guadeloupe.com/fr

Lu 11252 fois

Notez


1.Posté par JP Perrusson le 03/11/2006 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne suis pas trop d'accord pour développer le catch and release en Guadeloupe ou ailleurs. Plusieurs études ont démontré que les poissons sont stréssés lors de ce genre de pêche. Après plusieurs prises, les poissons meurent souvent d'épuisement.
Laissons ces poissons tranquilles et contentons-nous d'aller les admirer dans les réserves naturelles.

2.Posté par Alexis Ducros le 06/11/2006 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur, je vous serait très reconnaissant de me fournir les noms et sources de vos études afin que moi où d'autres puissent les consulter.
Il est important de noter que les poissons de mer sont plus vigoureux que ceux de rivivère, et qu'en rivière, sur des portions de lininéaire il y a des parcours no kill et les poissons sont repiqués d'une année sur l'autre.
Qui plus est la politique de ma société en terme de stress des poissons, c'est d'écraser les ardillons, de ne pas jouer le poissons pllus que necéssaire, de les remettre à l'eau délicatement, et de les aider à repartir dans de bonnes conditions (ce qui est moins stressant que de mourir asphyxier ou matraqué à mort au fond d'une embarcation) et ceux sur toutes les espèces de poissons.
En réaliité, je connais la teneur des études auquelles vous pensez, elles sont fausses.
Cela fait au moins 20 ans que les bonefishs, tarpons, snooks et permit sont relâchés aux USA. Certains ont été tagués et repiqué plus tard. Un bonefish relâché rapporte 3000$ par an à l'été de Floride.CQFD


Je tiens à préciser que j'ai beaucoup de respect pour les marins pêcheurs, j'essai juste de tirer la sonette d'alarme pour les plaisanciers. Je souhaite qu'ils le restent et que part conséquent ils relâchent plus souvent leurs poissons et aillent comme il se doit l'acheter aux gens dont c'est le metier.

3.Posté par marie le 01/02/2007 04:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour bonjour a vous cher messieu! Moi je suis en total accord avec votre maniere de voir les choses. Prenez soin de vous et à la prochaine!

4.Posté par BARDET THIERRY le 04/07/2007 23:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je peche toute sorte de poisson et ce que tu fait et SUPER CONTINUE BON COURAGE


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com