Loading


Guide accompagnateur : le « deus ex machina » d’un circuit réussi

Les fiches métiers tourisme de TourMaG.com


Quels métiers choisir ? Avec les fiches métiers de TourMaG.com retrouvez toutes les informations utiles à votre orientation, avec en bonus le témoignage d'un professionnel. Cette semaine, découvrez : Guide accompagnateur.



Missions

Le guide accompagnateur travaille pour une ou des agences de voyages ou pour un ou des TO, en tant que salarié s’il s’agit d’un employeur unique, ou collaborateur occasionnel dans le cas d’un multicartes.

Dans certains cas, de plus en plus limités, l’accompagnateur est responsable de tout sur le terrain et gère les visites comme les relations avec les hôteliers, les transporteurs et les prestataires locaux.

Le plus souvent, les circuits organisés sont entièrement sous-traités par le TO.

Le guide-accompagnateur est alors le représentant de son agence sur le terrain, il est responsable de la satisfaction des clients, et s'efforce de résoudre les problèmes rencontrés en préservant à la fois les intérêts du groupe et ceux de l'entreprise dont il dépend.

Ce travail s’apparente plus à du relationnel clientèle.

Les tâches sont nombreuses et diverses selon le pays traversé et le groupe constitué. Il s’agit entre autres de :

- faciliter les formalités d'entrée dans le pays

- veiller au respect des contrats passés par l'agence, tant sur la nature des prestations que leur qualité

- assurer le bon déroulement des visites programmées

- négocier la prise en charge de l'hébergement des clients lorsqu'un vol est repoussé

- selon son niveau et sa qualification, assurer certaines conférences et offrir un apport culturel à ses clients

- entretenir la bonne ambiance au sein du groupe et parfois assurer une certaine animation

Points forts

- L’entière responsabilité du voyage du départ à l’arrivée

- Les rencontres souvent enrichissantes avec les clients

- La connaissance approfondie des pays visités

Formation

Bac +2, BTS animation et gestion touristique, ou ventes et productions touristiques

Il existe aussi des formations courtes, Bac +1, comme celle de l’École pratique du tourisme (EPT) ou de l'Institut national de formation et d’application (INFA).

L’Afpa propose une formation de technicien d'accueil touristique - option accompagnement.

Cependant, une formation spécialisée n'est pas forcément nécessaire pour exercer ce métier.

Une passion et une expérience du voyage, un diplôme de géographie ou une connaissance approfondie de certaines civilisations peuvent aussi amener à convaincre un recruteur, notamment chez les TO de niche, défendant un territoire ou une thématique.

Rémunération

Un guide accompagnateur est rarement salarié au mois. Dans ce cas il peut gagner entre 1600 et 2200 € selon le type d’entreprise.

Il est plus souvent rémunéré à la vacation ou à la journée, avec un forfait entre 42 et 82 € / jour et parfois des primes selon les pays concernés.

Les avantages en nature (repas) ou pourboires ont souvent cours dans cette profession.


Compétences

- Plusieurs langues bienvenues, anglais indispensable.

- Une connaissance minimum des logiciels de gestion du voyage et de communication pour rester en contacta avec votre employeur

- Une bonne connaissance des pays à visiter

- Une expérience de gestion de groupes

Qualités bienvenues

Vous êtes avant tout passionné par les voyages et aimez partager votre connaissance des pays.

Vous êtes excessivement disponible et ennemi des routines.

Vous possédez en outre :

- Une grande disponibilité personnelle

- Le sens du relationnel

- De la curiosité et de l’ouverture d’esprit

- Le sens des responsabilités

- Une bonne organisation

Débouchés et évolution professionnelle

Il n’y a pas de véritable évolution de carrière.

L’accompagnateur peut changer de fonctions et travailler en agence à condition d’être formé.

Certains participent à la rédaction de guides touristiques ou de brochures de voyages.


Témoignage de pro


Olivier Crueize, gérant de Planète Découverte

Guide accompagnateur : le « deus ex machina » d’un circuit réussi
C’est un métier hyper complet avec de grosses responsabilités

« Comme beaucoup d’accompagnateurs, je n’ai pas de formation spécifique à ce métier. J’y suis entré par hasard, en complément de mon vrai métier de sommelier à l’époque, en 1991.

Pendant deux ans j’ai accompagné des groupes en Egypte et au Proche Orient à mi-temps pour Nouvelles Frontières, puis, comme ça me plaisait vraiment, parce que à l’époque on s’occupait vraiment de tout sur le terrain (voir descriptif des missions, ndlr), j’ai abandonné la restauration pour devenir guide à temps complet.

J’ai accompagné des groupes pour NF et d’autres TO pendant plus de 15 ans. Aujourd’hui, les postes fixes chez des TO ont tendance à se raréfier.

Pour éviter des charges salariales, les accompagnateurs sont de plus en plus recrutés sur place à travers les réceptifs locaux, et on peut dire que le nombre de ceux qui accompagnent le groupe de bout en bout diminue comme peau de chagrin. Il faut donc évoluer, créer sa propre dynamique. Nous venons de monter, avec d’autres accompagnateurs, une petite structure qui produit, commercialise et accompagne des circuits à travers le monde.

C’est un métier hyper complet, qui demande un grand sens des responsabilités, et bien sûr d’aimer le contact avec les gens. Vous êtes en permanence avec les clients et vous êtes la charnière entre eux et les réceptifs locaux.

Être doué de bon sens et de diplomatie est indispensable. Mais ça reste un moyen magnifique de connaître le monde. 
»

Rédigé par La Rédaction le Lundi 21 Mai 2012
Lu 8185 fois
Notez



1.Posté par Gwen le 06/06/2012 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis guide-accompagnatrice depuis 15 ans également, mais je ne retrouve absolument pas mon métier dans cette description. Savez-vous qu'être guide, c'est aussi faire des commentaires dans le car ou sur le terrain. C'est aussi suivre des études pour obtenir une carte de guide reconnue par l'état. J'ajoute également qu'être guide-accompagnateur, c'est avoir un VRAI métier.
N'oublions pas que le salaire que vous annoncez concerne les guides-accompagnateurs qui, à la rigueur arrivent à bosser 25 jours par mois et que ce travail est saisonnier donc les salaires ne sontpas lissés sur l'année ...
Une guide-accompagnatrice en colère

2.Posté par Arthur le 13/06/2012 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis guide-accompagnateur depuis 16 ans et je me reconnais dans cet article, je le trouve assez bien fait. Je suis d’accord avec Gwen sur le fait que c’est un VRAI métier et qu’il demande des qualités et des connaissances. Mais il faut bien faire la distinction entre les différents métiers de «guidage» :
-L'accompagnateur moyenne montagne qui encadre des personnes ou des groupes en montagne. Il est nécessaire d’avoir un diplôme, avoir une bonne condition physique et une connaissance de la faune et de la flore.
-Le guide de haute-montagne qui conduit et accompagne des personnes dans des excursions ou des ascensions. Lui aussi possède un diplôme; il doit connaitre parfaitement le terrain, veiller à la sécurité des alpinistes amateurs dont il a la responsabilité, il peut aussi enseigner des techniques d'alpinisme, d'escalade et de ski…
-L'animateur qui encadre les vacanciers durant leur séjour le plus souvent dans un club de vacances. Il organise, distrait et anime différentes activités (ludiques, artistiques, sportives ou manuelles).
-Le guide-conférencier qui accompagne des visiteurs à travers une exposition en leur donnant les informations nécessaires à la compréhension de l’exposition et du travail des artistes présentés. Il doit avoir une carte de guide régionale ou national et avoir fait des études en histoire de l’art ou art plastique.
-Le guide-interprète qui est chargé d’accompagner des groupes de visiteurs, pour commenter les visites organisées dans les villes, des sites et des musées. Ses explications sont données dans la langue du groupe concerné et sont adaptées au niveau de chaque public.
-les guides locaux des pays sous-développés qui sont souvent spécialistes d’une région ou d’un pays. Employés par des agences locales ou des réceptifs, ils sont souvent sous-payés et travaillent la plupart du temps sans aucune protection sociale.
-Et enfin, le guide- accompagnateur dont on parle plus haut. J’aime bien cette définition : «De l’hémisphère Nord à l’hémisphère Sud, il est l’ange gardien de son groupe. Imprévus et précarité de l’emploi ne l’effraient pas» Magazine Phosphore. Sa fonction est de diriger, accompagner et assister les passagers d'un circuit touristique pendant plusieurs jours, s'occuper des arrangements (formalités en tous genres) et faire des commentaires pertinents (parfois en collaboration avec un guide local), et surtout faire en sorte que les passagers apprécient leur voyage. Il est en quelque sorte l’ambassadeur de l’agence pour qui il travaille. Le guide-accompagnateur fait (la plupart du temps) des missions à l'étranger, il est rémunéré en CDD, il ne peut pas (normalement) être saisonnier, car il ne travaille pas qu’une seule saison par ans, il y a par contre des temps forts (été, vacances scolaires, etc selon son domaine ou son agence). Certaine agence demandent même maintenant qu’ils soient auto entrepreneur pour éviter de payer les charges ! Ce métier a failli disparaitre pour des raisons de cout, mais on assiste depuis quelques années à un regain d’intérêt de la part des agences pour ce métier, en effet les tours-operators voyaient la qualité de leurs circuits se dégrader sans la présence de guides accompagnateurs compétents.

Arthur

3.Posté par Merise le 11/07/2012 16:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis guide-accompagnatrice depuis 10 ans. J'ai commencé en tant que guide locale pour un hôtel d''une région française accueillant des groupes de Belgique et de France. Je commentais dans les autocars les excursions au départ de l'hôtel (journées ou demi-journées). En 2005, j'ai accompagné des groupes à l'étranger en autocar ou en aérien : assistance aéroports, commentaires dans les autocars sur les itinéraires en France et à l'étranger (après on laisse sa place aux guides locaux), cohésion du groupe, gérer les conflits, s'assurer du bon déroulement du voyage, rapatriements, etc... J'ai repris le guidage local pour différents hôtels en France, durant plusieurs années et ai recommencé les accompagnements aériens et autocars en 2008. Ce métier intitulé guide-accompagnateur peut comporter plusieurs facettes : du guide local à l'accompagnateur voyages. En ce qui me concerne, je préfère le guidage local : plus de reconnaissance de la part de la clientèle satisfaite par nos commentaires (nous avons eu le temps de paufiner la connaissance de la région, de commenter la petite histoire et la grande Histoire) que l'accompagnement où nous ne commentons pas (si aérien) et commentons sur les itinéraires (accompagnements autocars) mais évidemment des commentaires moins approfondis en raison des voyages toujours différents et parfois des départs de villes différents aussi...Toutefois, je continue l'accompagnement de voyages qui me permet de ne plus être "coincée" dans un hôtel sept mois de l'année et d'animer les soirées (ce que je n'apprécie guère)

4.Posté par BONNET Karl le 03/10/2012 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Je vais profiter de ce site pour passer une petite annonce puisque je suis à la recherche d'un emploi. Je reviens de six mois de wwoofing* en France, et d'une traversée de l'espagne à pied, via les chemins de compostelle, pour terminer mon périple au Maroc où je viens de passer douze jours. De retour en Vendée je cherche une nouvelle direction. J'aimerais progresser en musique mais pour le moment je dois surtout gagner de l'argent pour pouvoir faire de nouveaux projets. Voilà 10 mois que je voyage et j'aimerais continuer. J'ai un Bts tourisme accueil-animation, des expériences de réceptionniste chez VVF et une au club med (veilleur de nuit aux Arcs). J'ai également un bpa pépinière d'ornement et fruitière et une expérience de 6 ans comme ouvrier en maraîchage biologique. J'ai eu quelques expériences d'accompagnateur par le passé comme un voyage au canada avec des adolescents pendant deux semaines et l'accompagnement d'hollandais dans le val de Loire pendant une semaine. Je ne suis pas bilingue mais peux comprendre et me faire comprendre en espagnol et anglais. D'autre part je souhaite améliorer mon niveau linguistique.
Si vous avez une proposition à me faire, contactez moi par mail.

Cordialement
Karl BONNET

Karl-bonnet@hotmail.fr


*World wide opportunities on organic farms

5.Posté par Llopez Alba le 31/01/2013 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour.
Je suis actuellement en BTS tourisme qui a été réformé, VPT et AGTL n'ont plus de distinction. Je souhaite devenir Guide accompagnatrice, car je suis passionné de voyage et je souhaite plus que tout découvrir le monde. Je trouve cet arcticle très intéressant, parfois les métiers du tourismes restent très flous et il est difficile de comprendre les activités concrètes et de s'y progeter.
J'ai obtenu un Bac Accueil Relation Client, j'aime le contact avec les gens plus que de parler de clients, il est inanvisageable pour moi de ne avoir avoir dans mon travail au quotidient, cet échange, le fait de rendontrer sans arrèts de nouvelles personnes, autant collaborateurs que vacanciers. En dehors de cet aspect, je me demande comment va évoluer ce métier en terme de précarité, de salaires, d'heure de travail. J'ai lu attentivement vos commentaires qui complètent très bien l'article, et j'en recent quelques inquiètudes...
Néanmoins je reste dans l'obtique d'exercer un jour ce beau métier de guide accompagnateur.

Merci Alba

6.Posté par Ronan Le Marchand le 14/01/2014 19:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Je suis actuellement lycéen en terminale ES, j'aimerais devenir accompagnateur voyage.
Je parle couramment anglais et espagnol grâce a un échange d'un an en équateur.
je me retrouve dans les qualités requises pour ce métier, le sens des responsabilités, être organiser...ext.
Cependant, je cherche et cherche encore des formations pour arriver à obtenir des bases solides pour pouvoir commencer à travailler.
Pouvez vous m'aidez ?

Merci d'avance !

7.Posté par guitton le 03/07/2014 12:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour je voudrai devenir guide aconpagnateur comment je doit faire merci

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Les Offres d'Emploi sont payantes
Valérie DUFOURPour connaître les modalités précises, merci de contacter Valérie DUFOUR
Tel. 06.99.07.16.66
valerie.annonces@tourmag.com

Suivez l'emploi
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Viadeo


Ebook Emploi















Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.