Loading


Hôtellerie : ces petits propriétaires indépendants qui refusent le nouveau classement...

72% des chambres déjà classées


Dans quelques jours, ils perdront leurs étoiles. TourMaG.com a interrogé ces petits propriétaires indépendants qui refusent le nouveau classement hôtelier, qu'ils estiment à l'avantage des grandes chaînes hôtelières.



D'après les chiffres d'Atout France, 7 683 hôtels sont classés ou sur le point de l'être, soit 45 % des 17 000 établissements français  - photo DR
D'après les chiffres d'Atout France, 7 683 hôtels sont classés ou sur le point de l'être, soit 45 % des 17 000 établissements français - photo DR
L'échéance approche à grand pas.

Dès lundi prochain, tous les hôtels qui n'ont pas entrepris les démarches en vue d'obtenir le nouveau classement devront décrocher leurs étoiles.

D'après les chiffres d'Atout France, 7 683 hôtels sont classés ou sur le point de l'être, soit 45 % des 17 000 établissements français.

Près de 2 000 autres sont actuellement en cours. Au total, près de 72% des chambres seront classées.

Les autres devront retirer dès lundi matin leurs étoiles, sous peine de sanctions pour publicité mensongère.

Une tolérance sera toutefois accordée sur les documents commerciaux, selon le syndicat l'UMIH.

Cette réforme du classement hôtelier a été mise en œuvre afin de contribuer à l'harmonisation et la rénovation du parc français. L'ancien datait de 1986 et ne correspondait plus aux normes actuelles.

"Nous avions besoin d'un référentiel identique pour que les sociétés étrangères puissent comparer les hôtels lors d'un appel d'offres " explique Georges Panayotis, le président de MKG.

Aucun critère qualitatif

Pour autant, les 246 nouveaux critères n'ont pas été choisis en fonction d'un classement européen.

Bien que validés par l'ensemble des syndicats hôteliers, ils ont été en grande partie déterminés par le groupe Accor. Ce qui ne manque pas de faire grincer les dents certains indépendants.

"Accor a crée ce classement à sa propre sauce contre les petits hôtels qui peinent à se mettre à jour. Il n'apporte rien de neuf hormis la 5e étoile" regrette Jean-Michel Noullet, gérant du Mendi Alde dans le Pays Basque.

Même son de cloche chez Olivier Courant gérant du Relais 500 de Vienne.

"C'est un classement franco-français qui aide les chaînes hôtelières à s'octroyer des étoiles supplémentaires. J'aurais accepté de m'y soumettre uniquement s'il avait été européen".

Autre regret, le coté quantitatif du référentiel, qui ne valorise pas le travail artisanal des petits propriétaires. "Je ne gagne aucun point supplémentaire quand je prépare mes confitures moi-même, ou quand je cuis mon pain au four à bois " déplore Jean-Michel Noullet.

Le prix et les commentaires sont plus importants que les étoiles

D'autres poussent la critique encore plus loin. Mark Watkins est le président du comité de modernisation de l'hôtellerie française. Il n'a pas été convié à l'élaboration du nouveau référentiel.

"C'est un système absurde et clientéliste qui ne sert qu'aux cabinets d'audit" assure-t-il. Il va même jusqu'à remettre en cause la méthode elle-même. "Aucun hôtelier ne peut affirmer avoir gagné des clients grâce aux étoiles".

Des allégations appuyées par une étude menée par son propre cabinet, Coach Omnium.

D'après ces résultats, seuls 18 % des clients s'intéressent encore aux étoiles pour faire leur choix, contre 64 % en 2009. 52 % des voyageurs estiment qu'elles ne sont pas fiables.

Un sentiment partagé par certains hôteliers. "Les étoiles ne sont plus un critère de recherche pour les clients. D'ailleurs plus personne ne les demande depuis longtemps" estime Olivier Courant, le directeur du Relais 500 de Viennes.

Les tarifs et les commentaires sur le web ont donc pris la place des étoiles.

Sans étoiles, pas de promotion internationale

Certains récalcitrants ont toutefois été contraints de rentrer dans le rang, à l'instar d'Anne Marie Borgen, gérante de l'hôtel Magellan à Paris.

Rattrapée au plan administratif et commercial, elle n'avait pas réalisé toutes les implications de son refus. "Les sites internet des offices du tourisme et des TO partenaires ne savaient plus où me mettre " confie-t-elle.

Etre mis à l'écart, sur le banc des mauvais élèves : une menace brandie par les syndicats comme par Atout France.

"Les hôtels non classés ne pourront pas nous accompagner dans nos opérations de promotion à l’international" prévient Christian Mantéi, le directeur.

"Ce classement est très attendu par les voyagistes du monde entier qui y voient un signal fort du renouvellement qualitatif de la destination France".

Mais Atout France est magnanime et accueillera les brebis galeuses même après la date fatidique. "Je rappelle que rien ne s’arrête après le 23 juillet 2012.

Les hôtels pourront continuer à entamer les démarches de la même manière qu’aujourd’hui et nous pourrons procéder à leur classement.

Il faut savoir qu’il avait fallu 8 ans pour classer l’ensemble des hôtels dans le régime précédent".

Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Jeudi 19 Juillet 2012
Lu 3465 fois
Notez



1.Posté par vainopoulos le 20/07/2012 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec les hôteliers indépendants: ce nouveau classement ne correspond pas à la réalité. Quand on dort dans des Novotel ou des Mercure passés en 4 étoiles, ou dans des Ibis augmentés en 2 étoiles, avec des chambres en mauvais état ou des moquettes sales , je ne suis pas sûr que les étrangers auront une meilleure image de la qualité française! L'Union Européenne existe mais certains pays continuent à faire cavalier seul. Nous sommes encore en contradiction avec les normes européennes. Une bonne nouvelle quand même: la grande majorité des clients choisissent les hôtels en fonction des commentaires sur le web, et de moins en moins sur les sites officiels.

2.Posté par van herk le 22/07/2012 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les 'étoiles', les licences, etc....,finalement ca veut dire quoi, s'ils servent juste pour les ententes sur les marchés nationaux (donc totalement dépasser , car cela ne va pas 'résoudre' la 'dit' -crise- ; 'déjà' en UE...
Je commence à me demander pourquoi avoir la licence ATOUT FRANCE... si avec cette licence je ne peux travailler....sur le sol Hollandais...ou....il y a ..aussi ATOUT FRANCE.
Je pense que les citoyens ne sont pas stupide et que la plupart est bien capable ce qu'ils veulent ( les critiques, les étoiles, les licences.....eh, oui, ça sert pour.....(à vous de remplir ).
Moi, j'adore les camping SANS WIFI ! c'est ça qui compte: les étoiles je ne regarde me^me pas.
Tous ces agences 'audit' nationals sont à coté de la plaque 2012- +': les créateurs de la peur je dirais. Bon été.

3.Posté par Dumont le 23/07/2012 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est peut être la raison pour laquelle de plus en plus d'hotels de charmes refusent d'être classé...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.













BAROMETRE EMPLOI



eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.