Loading


Hôtellerie : l'Euro 2016 booste les projets d’ouverture et d’extension dans l'Hexagone

Pour KPMG, 2011 est "un cru exceptionnel"


L’hôtellerie française est en forme. Elle a bien marché en 2011, s’apprête à faire aussi bien en 2012 et, si 2013 risque d’être plus compliqué, les projets d’ouvertures ou d’extension foisonnent en province comme à Paris, dans la perspective de l’Euro 2016.



Pour la 35ème édition de son étude sur l’industrie hôtelière française, KPMG est formel : 2011 est une année exceptionnelle.

« C’est un cru quasi équivalent à celui de 2007, » insiste Stéphane Botz, responsable du département tourisme hôtellerie & loisirs chez KPMG, en soulignant l’importance du panel hôtelier consulté.

« Nous avons travaillé sur les chiffres de 2700 établissements, ce qui représente 224 000 chambres, soit 37,5% des 600 000 chambres de l’hôtellerie française. »

Premier indicateur, le taux d’occupation (TO) a grimpé de 0,9% à 3% selon la catégorie, le haut de gamme, le luxe et Paris restant les locomotives d’une tendance qui date de 2010.

Taux d’occupation en hausse, RevPar et RBE aussi

Stéphane Botz est le responsable Tourisme Hôtellerie et Loisirs chez KPMG - DR : KPMG
Stéphane Botz est le responsable Tourisme Hôtellerie et Loisirs chez KPMG - DR : KPMG
Avec 3% de hausse moyenne, l’hôtellerie de luxe, en particulier à Paris, afficherait même des résultats supérieurs à ceux de 2007, le « cru » de référence pour Stéphane Botz.

En Province aussi, tous segments confondus, on profite du mouvement, avec un signe plus encourageant encore : l’offre économique et super économique enregistre elle aussi une hausse de son TO.

Sachant que le prix moyen est également en progression, toutes catégories confondues, le RevPar s’améliore presque mécaniquement, notamment dans les segments supérieurs, où le haut de gamme gagne 21% et le luxe 24%.

Enfin, pour la 3ème année consécutive, le résultat brut d’exploitation est à la hausse, avec toutefois de fortes différences entre les catégories.

La marge des segments haut de gamme et luxe s’adjugent ainsi la plus forte progression, avec 21% pour les 4*, et 30 % pour les 5*, tandis qu’à l’inverse, le super économique subit une petite érosion.

Retour de la clientèle étrangère

« Le Printemps arabe, le retour de la clientèle étrangère et la croissance de la demande domestique expliquent en grande partie ces bons résultats, » précise Stéphane Botz. « Mais les entreprises qui s’étaient serré la ceinture depuis 2 ans, y ont également contribué pour remotiver leurs troupes. »

Selon le responsable du département hôtellerie de KPMG, la nouvelle classification a provoqué une montée en gamme du parc hôtelier dont l’impact est également sensible dans le bilan 2011 de l’hôtellerie française.

Malgré la météo déplorable et la concurrence de destinations continentales comme la Croatie, l’exercice 2012 ne devrait pas trop rougir devant « l’excellent cru » 2011.

Certes, après 8 mois d’activité, le prix moyen semble faiblir légèrement, de 1,2% sur les 4* ou de 0,6 sur les 2*.

Mais le TO du 1er semestre, à 62,5%, enregistre une hausse de 1,2% par rapport à 2011, toutes catégories confondues, et les marges progressent aussi, de 1,7% pour les 3* et de 2% pour les 1* et 2*.

« En revanche, 2013 s’annonce plus compliqué, » prévient Stéphane Botz, « la crise et la pression fiscale vont peser à la fois sur le pouvoir d’achat et sur la manière de consommer. »

12 nouveaux « palaces » de plus pour la France

Pour le responsable hôtellerie de KPMG, cette tendance s’exprime déjà par la demande croissante d’hébergements alternatifs, de la résidence hôtelière jusqu’aux chambres d’hôtes, aux villages vacances, aux mobil-homes ou aux divers types de cabanes.

Il n’empêche que le marché restera relativement ouvert puisque, toutes catégories confondues, les projets d’ouverture, de rénovation ou d’extension foisonnent aussi bien en province qu’en Île de France.

Rien que pour le segment « palace » par exemple, on attend 12 nouveaux établissements sur Paris et la Côte d’Azur…

Il est vrai que la France, 1ère destination touristique du monde, doit se préparer à recevoir l’Euro 2016.

Or la capitale française, 1ère ville d’accueil au monde, avec 23,3 millions de nuitées étrangères et 2% de croissance annuelle, selon Paul Roll, le directeur général de l’OT Paris, cité par Stéphane Botz, serait régulièrement saturée.

Voilà de quoi rassurer les investisseurs sur les perspectives de l’industrie hôtelière française.

Rédigé par Bertrand FIGUIER le Vendredi 5 Octobre 2012
Lu 1529 fois
Notez

Tags : Hotellerie, KPMG

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >













BAROMETRE EMPLOI



eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.