TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





I - Christian Orofino : 2018, l’année de l’adaptation durable…

2008/2018 - Que sera devenu notre métier dans 10 ans ?


Rédigé par Christian OROFINO le Dimanche 25 Mai 2008

A l’occasion de son 10e Anniversaire (et oui, déjà !), TourMaG.com a voulu donner la parole à tous les acteurs du tourisme avec une interrogation : par rapport à votre perception actuelle du métier et de votre secteur d’activité, comment voyez-vous son évolution dans la décennie 2008/2018 ?
Il ne s’agit pas de jouer les Madame Soleil, mais de confronter les idées et de faire jaillir le débat. Qu’on se le dise, l’avenir n’est écrit nulle part et notre métier sera, demain, ce que nous en ferons au jour le jour. Nous débutons cette série avec Christian Orofino, patron du Groupe Pauli, qui a été, chronologiquement, le premier à témoigner.



I - Christian Orofino : 2018, l’année de l’adaptation durable…
"Une décennie de lutte à mort entre l’homme et la nature se termine. Depuis la révolution industrielle, tout semblait indiquer qu’il l’avait définitivement maîtrisée et il se berçait de la belle illusion du progrès perpétuel.

Puis la nature a repris le dessus et tout s’est enrayé. Après avoir joué au plus malin pendant un demi-siècle, l’homme a enfin compris que ce duel ne tournerait pas à son avantage et a su courber l’échine pour ne pas disparaître.

2018 : une année de canicule dépassant en virulence celle de l’année 2014, qui avait fait d’impressionnants dégâts.

Mais cette fois, fort de nos expériences passées, nous avons su faire face et aucune victime n’est à déplorer.

2018 : après des décennies de fausses avancées et de vrais reculs, l’année de la maîtrise de l’eau.

Les chocs pétroliers à répétition ont été extrêmement meurtriers

Face aux menaces de pénurie brandies par de sinistres et perspicaces Cassandre réunies en interminables « Grenelle de l’environnement », la France a réussi, entre 2008 et 2018, à réduire de moitié sa consommation d’eau, passant de 4 à 2 millions de m3.

2018 : vers la sortie du tunnel en matière d’approvisionnement énergétique
Les chocs pétroliers à répétition ont été extrêmement meurtriers, en particulier pour les compagnies aériennes.

Celles qui ont survécu sont très rentables, mais au prix d’une limitation drastique de leur activité, puisqu’elles n’effectuent plus aujourd’hui que des rotations longs courriers. L’Union Européenne a pris des mesures d’exception, allant jusqu’à interdire le transport aérien domestique et à destination des pays européens accessibles par le train.

Il faut dire que le monde a traversé une crise extrêmement grave :

- Le baril de pétrole a atteint les 350 dollars,
- Pour la première fois, les pays producteurs ont joué la transparence et alerté la planète sur un épuisement inéluctable des réserves d’or noir en 2050,
- Enfin, en 2014, les émissions de gaz à effet de serre ont atteint la cote d’alerte.

Parallèlement, personne n’ayant pris la mesure réelle du danger, la recherche de nouveaux gisements pétrolifères et de nouveaux carburants avait pris du retard et ce n’est qu’en 2025 que des ressources nouvelles pourront remplacer les énergies fossiles…

En attendant, et pour 7 ans encore, toute la planète va traverser une période de vaches maigres.

Et l’activité touristique dans tout cela ?

De nos jours, un aller-retour New-York/Paris coûte 2800 € en classe « éco », que plus personne n’utilise, car l’avion, qui est devenu un luxueux appareil « à vivre», est aujourd’hui réservé à quelques privilégiés.

La brochure papier a totalement disparu des présentoirs et l’offre des T.O. est maintenant exclusivement en ligne.

Depuis 2014, pour les vacances, l’horizon des Français s’est considérablement rapproché : on assiste à une véritable ruée vers la France et l’Europe accessible en TGV, qui a atteint cette année les 450 km/h.

Une extraordinaire révolution dans le monde du tourisme, où les tour-opérateurs spécialistes des destinations lointaines se sont recentrés sur les destinations de proximité, et notamment la France, en inventant, avec une débauche de créativité, de nouveaux axes de développement en phase avec les nouvelles aspirations du public :

- rejetant le progrès à outrance et une technologie dont ils ne voient plus que les effets pervers, les Français nostalgiques aspirent à la rusticité des vacances d’autrefois : chaque été, cabanon de branchages et tipis fleurissent dans les campagnes françaises et européennes;

- fuyant la canicule, ils sont de plus en plus nombreux à escalader les hauts sommets des Alpes et des Pyrénées en quête de ce qu’il reste des neiges éternelles d’antan ;

- d’autres, avides d’émotions fortes et frustrés d’expéditions exotiques au bout du monde, s’adonnent à des sports toujours plus « extrêmes » … à portée de vue de la Tour Eiffel…

Prenant le vent, les agences de voyages ont depuis longtemps fait exploser les réseaux traditionnels pour se fédérer autour de ces nouvelles thématiques : T.O. spécialisés et réseaux de distribution travaillent aujourd’hui la main dans la main dans le cadre de partenariats « intégrés ».

En 2018, le tourisme c’est :

- des villages-clubs implantés sur tout le pourtour littoral mais également à l’intérieur des terres, dans des régions quasiment désaffectées voici quelques années : l’individualisme exacerbé des dernières décennies du XXè siècle a fait place à un besoin d’échange et de partage,

- des séjours écologiques et des programmes touristiques privilégiant les moyens de transport propres : le succès du tourisme fluvial non polluant avec des escales culturelles en est le plus flagrant témoignage…

etc…

Je m’arrête là, car je ne vais tout de même pas vous dévoiler tous les projets de production d’Austro Pauli/Visit France pour les 10 prochaines années…

Bon anniversaire, TourMag, et à dans 10 ans !"


Christian Orofino
Directeur Général APVF


(Ndlr - Les sous-titres sont de la Rédaction)


Lu 3558 fois

Notez


1.Posté par Yves Godeau (ATR) le 26/05/2008 09:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo Christian ! Voilà de la matière pour notre sujet ! A bientôt donc, Amicalement, Yves.

2.Posté par Guillaume CROMER le 26/05/2008 23:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et oui, comme tu le disais Yves "Le tourisme sera durable ou ne sera pas"...

Je pense qu'il y a de nombreuses choses prévisibles là-dedans surtout dans l'adaptation et dans la redécouverte de la destination France. Nous verrons apparaître les "nouvelles" formes de tourisme responsable sur notre territoire. Les projets comme les Marais de Vigueirat vont se multiplier, Accueil Paysan sera valoriser à sa juste valeur tout comme les espaces montagnards en été... un bon moyen de désaisonnaliser... mais pour quels impacts... Sûrement de nombreux problèmes écologiques et sociales vont apparaître en cascade en France et en Europe.
La durée des séjours long courriers vont également se prolonger de plus en plus. Les courts séjours en Afrique du Nord, ce sera vite écologiquement et financièrement ingérable pour les ménages... Enfin, de nombreuses choses à dire!

Bravo Tourmag pour ce sujet plus qu'intéressant et encore félicitations pour les 10 ans d'anniversaire!

Guillaume Cromer, Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable.


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com