TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





II. Saga APST : en 1981, l’APS dépasse le cap des 1 000 adhérents

La saga APST


Rédigé par Michèle SANI le Lundi 11 Avril 2016

L’Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme (APST) sécurise le consommateur en garantissant les fonds qu’il dépose dans les agences de voyages. Ses statuts sont assujettis aux dispositions du livre II du Code du tourisme. Bercy est son ministère de tutelle. Depuis les années 1960, son histoire accompagne, anticipe, parfois, celle du tourisme. Le 27 avril prochain, son conseil d'administration sera renouvelé. A cette occasion, TourMaG.com vous propose de revenir sur ses origines. Aujourd'hui, le second volet de la saga revient sur la première grosse faillite du tourisme, dans les années 70.



En 1978, le charismatique Olivier Delaire est élu président de l’APST. Il restera à ce poste durant 26 ans.   Il marquera à jamais la vocation solidaire de l’association. Il aura aussi le désir de voir un jour, à Paris, une « Maison du Tourisme » - DR : APST
En 1978, le charismatique Olivier Delaire est élu président de l’APST. Il restera à ce poste durant 26 ans. Il marquera à jamais la vocation solidaire de l’association. Il aura aussi le désir de voir un jour, à Paris, une « Maison du Tourisme » - DR : APST
En 1972, le tourisme organisé connaît sa première grosse faillite : le krach de Résidair.

Créée en 1968, la société a transporté 37 000 personnes de janvier à octobre 1971.

Ce succès rapide fait prendre à son président Michel Bénézet de curieuses initiatives : il décide de se passer des revendeurs pour mener une politique de ventes directes en faisant distribuer ses brochures par les chauffeurs de taxis parisiens.

Inquiet et craignant de graves conséquences financières, le Syndicat National des Agences de voyages (SNAV), créé dès 1945, l’exclut.

Il aura raison. L’échec de sa politique obligera Michel Bénézet à déposer le bilan, laissant sur le carreau 4 000 clients ayant déjà payé leur voyage ou versé des acomptes.

1975 : l'arrivée de la licence

Pour sauver l’image de toute une profession méconnue par le grand public, le SNAV et l’APSPPT décident de prendre en charge l’organisation des voyages des clients. Opération réussie.

Trois ans après ce krach, la loi du 11 juillet 1975 va préciser les conditions d’exercice des activités relatives à l’organisation de voyages et de séjours.

L’agent de voyages devra être titulaire d’une licence obtenue dans la mesure où il exerce une seule activité liée directement au tourisme et aux voyages.

Cette licence, il l’aura auprès des préfectures aux conditions qui resteront les fondamentaux de la profession : garantie, RCP, formation professionnelle.

En 1974, l’APSAV qui s’est transformée en Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme, dite APS, compte 1 641 membres actifs et 135 affiliés.

En 1978, le charismatique Olivier Delaire est élu président de l’APST. Il restera à ce poste durant 26 ans.

Il marquera à jamais la vocation solidaire de l’association. Il aura aussi le désir de voir un jour, à Paris, une « Maison du Tourisme ».

1980 : tourisme social, droit aux loisirs, chèques vacances...

En mai 1981, l’APST a dépassé le cap des 1 000 adhérents, soit 611 licences (membres du SNAV), 259 licences (non membres du SNAV) et 132 correspondants soit un total de 1 002.

La caution est désormais déterminée en fonction d’un chiffre d’affaires éclaté, assorti d’un coefficient modérateur correspondant aux risques et réévalué tous les ans.

En mai 1981, le parti socialiste remporte pour la première fois l'élection présidentielle. Au cours des deux premières années de son mandat, François Mitterrand va lancer un train de réformes sans précédent.

Le programme en matière de tourisme va s’axer sur le tourisme social, le droit aux loisirs, les chèques vacances.

Un ministère du Temps Libre est créé. C’est un ancien instituteur syndicaliste, André Henry, qui l’occupe et qui va signer, le 16 mars 1982, une Ordonnance instituant l’Agence Nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV).

Délivré aux employeurs et aux comités d’entreprises, il constitue une aide financière destinée à accompagner toute forme de départ en vacances.

Les agents de voyages descendent dans la rue

1983 restera dans les annales comme l'année du contrôle des changes, une décision politique qui bloque le métier d’agent de voyages.

A l’euphorie des réformes sociales succède un vaste plan d’austérité. Pour lutter contre la fuite des capitaux et la spéculation, la gauche établit le carnet de change qui doit limiter, voire supprimer, la convertibilité de la monnaie nationale.

En clair, cette mesure se traduit pour les Français à une quasi interdiction de sortir de France.

Pierre Mauroy est Premier Ministre et Edith Cresson, ministre du commerce extérieur et du tourisme.

Cette décision indigne les agents de voyages qui, pour la première fois de leur histoire - et la seule à ce jour, descendent dans la rue.

Des milliers de patrons et salariés du tourisme vont défiler avenue de l’Opéra en brandissant des pancartes.

Des négociations engagées entre le ministère des finances et les représentants de la profession demandent l’autorisation administrative de licenciement, le report de charges fiscales et sociales, l’aide de trésorerie par les banques et l’attribution de prêts spéciaux à long terme.

Les contraintes économiques rattraperont la gauche qui perdra les élections législatives de 1986. La France vivra l'expérience inédite de la cohabitation.

A lire demain : III. Saga APST : les années 90 marquées par la loi de 1992

Retrouvez l'intégralité de la saga APST
en cliquant sur ce lien.

Lu 1388 fois

Tags : apst, saga apst
Notez


1.Posté par Perso le 12/04/2016 09:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo pour cette commémoration si intéressante du tourisme qui montre aussi le chemin parcouru

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com