Loading


Ile Maurice : ''Il faut stopper les nouveaux projets jusqu'à ce que la machine reparte..."

François Eynaud (VLH), président de l'AHRIM et CEO Veranda Leisure & Hospitality


François Eynaud, président de l’Association des Hôteliers et Restaurateurs de l'île Maurice (AHRIM) et CEO de la chaîne Veranda Leisure & Hospitality, était de passage à Paris ce lundi, veille de l'ouverture de Top Resa. L'occasion de faire un point sur le Groupe (qui se porte bien) mais également de mettre les points sur les "i" à propos de l'évolution de l'industrie hôtelière à l'Ile Maurice.



''Mon avis c'est qu'il y a eu un glissement de gamme de notre produit et qu'il faut conserver l'image haut de gamme de l'Ile Maurice, même s'il elle n'est pas incompatible avec la segmentation..."/photo JDL
''Mon avis c'est qu'il y a eu un glissement de gamme de notre produit et qu'il faut conserver l'image haut de gamme de l'Ile Maurice, même s'il elle n'est pas incompatible avec la segmentation..."/photo JDL
Les clignotants sont au vert pour le Groupe mauricien Veranda Leisure & Hospitality qui, dans le contexte délicat actuel, affiche une progression de 40% sur le marché français.

Un succès dû notamment au concept "généraliste" et au développement du parc de villas qui permet une "expérience" variée de ce produit et qui connaît un gros succès.

"Notre Groupe se porte bien par rapport aux autres, souligne François Eynaud.

On a rattrapé des parts de marché qu'on avait perdu, mais il faut savoir que tous les hôteliers mauriciens sont aujourd'hui dans uns situation financière vulnérable..."

Pour résister dans un marché extrêmement concurrentiel, les professionnels n'ont plus le choix.

"Il faut écouter le marcher, s'adapter aux novelles tendances et faire évoluer nos produits de façon à répondre aux besoin du marche et faire croître de nouveau segments..."

Chez VLH, on fait feu de tout bois. Le golf est devenu un atout maître de la stratégie du Groupe. Le kite surf, l'expérience nature, le bien être... sont quelques uns des leviers actionnés pour séduire les visiteurs.

Taux d'occupation moyen de 76%, supérieur à la moyenne nationale

"Les clients ne veulent plus passer des vacances standard sur la plage et il faut leur répondre par des offres adaptées.

Notre priorité est de consolider le marcher français qui représente déjà 30% des arrivées touristiques et qui pourrait encore progresser..."

Avec 800 chambres, soit 6% du parc hôtelier, le Groupe affiche un taux d'occupation moyen de 76%, supérieur à la moyenne nationale (65%) et accueille 53 000 visiteurs dans ses 6 hôtels et 40 villas où le séjour moyen est de 7 nuits.

4e Groupe mauricien, VLH affiche un chiffre d'affaires de 1,5 Mds de roupies ( 36 Mie environ).

Cependant, la chaîne qui avait des velléités d'extension dans l'Océan indien où elle louche notamment vers Les Maldives, Madagascar et même la Réunion, a dû remiser au placard ses ambitions.

Quand on évoque la crise, François Eynaud troque sa casquette de manager pour celle de président de l'Association des Hôteliers et Restaurateurs de l'île Maurice (AHRIM).

"Notre association n'a pas été correctement consultée..."

Il se dit surpris de la récente prise de position de la MPTA (*) sur le classement des 5 étoiles et le all inclusive, (LIRE - La direction de l'Office de Tourisme de l'Île Maurice souhaiterait que les hôtels 5 étoiles abandonnent les formules All Inclusive.)

"Notre association n'a pas été correctement consultée sur cette question, même si je ne veux pas pour l'instant prendre une position officielle car il s'agit d'un sujet épineux.

Mon avis c'est qu'il y a eu un glissement de gamme de notre produit et qu'il faut conserver l'image haut de gamme de l'Ile Maurice, même s'il elle n'est pas incompatible avec la segmentation..."


Sur l'affaire Marmara, le patron de l'AHRIM ne fait pas dans la nuance : "Nous préférons que ce soit un Club Nouvelles FRontières plutôt que la marque Marmara qui soit mise en avant car il faut respecter la qualité du produit et l'image de marque de Maurice..."

La destination doit aujourd'hui jongler avec une contradiction : séduire davantage de visiteurs tout en préservant son image de luxe. "Nous devons stimuler la demande pour revenir à une croissance de 5 à 10%.

Cela suppose un préalable : stopper les nouveaux projets jusqu'à ce que la machine reparte..."

Rédigé par La Rédaction le Lundi 17 Septembre 2012
Lu 2374 fois
Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Septembre 2014 - 10:38 Paris : l'hôtel Banke décroche sa 5e étoile

Lundi 15 Septembre 2014 - 15:29 SEH compte 6 nouveaux membres depuis juin 2014










Challenge de vente




SOIREE



eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.