TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Internet : AF-KLM, Ryanair, Virgin et SNBA dans l’illégalité en Belgique ?

une plainte déposée par Coroprate Travel


Rédigé par Michel Ghesquière - michel.ghesquiere@skynet.be le Mardi 14 Février 2006

Le 30 janvier, le Service Public Fédéral Economie, PME, Classe moyennes et Energie, en d’autres mots le ministère fédéral belge de l’Economie a dressé procès-verbal à l’encontre de Ryanair, Virgin Express, KLM, Air France et de la SN Brussels Airlines.



En cause des pratiques commerciales allant à l’encontre de la loi de protection des consommateurs en matière de voyages.

Suite à la plainte déposée par Coroprate Travel, une agence de voyages du Sud de Bruxelles, auprès du Médiateur Fédéral (NDLR l’équivalant de l’ombudsman en Belgique), le ministère des Classes Moyennes et des PME s’est penché sur le comportement commercial de ces cinq compagnies aériennes.

Selon le service Contrôle et médiation – Contrôles des législations fédérales du ministère, ces compagnies enfreindraient les législations belges de protection des consommateurs. Explication.

La loi est-elle bafouée ?

Comme de nombreuses autres airlines, ces 5 compagnies proposent sur leurs sites internet la possibilité de réserver, en plus des vols, des chambres d’hôtels, des locations de voitures et même des contrats d’assurances voyages ou d’assistance. Or, selon le ministère belge, ces compagnies n’ont pas les compétences légales pour agir de la sorte.

La loi du 21 avril 1965 ne permet qu’aux seules agences de voyages de vendre en même temps deux des trois produits suivants : transport, hébergement ou des services liés au voyage. Quant à la loi du 16 février 1994, elle est formelle : pour exercer le métier d’intermédiaire de voyages, il faut non seulement un accès à la profession mais également être assuré contre l’insolvabilité et répondre à plusieurs autres exigences financières.

Un simple coup d’œil aux sites internet de Ryanair, de la SNBA ou d’Air France, peut donner l’impression aux consommateurs qu’ils sont en présence d’une agence de voyages. Et donc que ces compagnies aériennes offrent les mêmes services et garanties qu’une agence de voyages.

Or il n’en est rien. Dans les procès-verbaux qui ont été transmis aux Procureurs du Roi de Bruxelles et de Charleroi, le ministère considère que les compagnies aériennes ne justifient pas de garanties financières suffisantes dans leur activité d’intermédiaires (article 36 de la loi de 1994). Qui qui plus est, elles ne respectent même pas l’article 10 de cette même loi.
Article qui précise toutes les données qui doivent être obligatoirement reprises sur les bons de commande.

Y-a-t'il concurrence déloyale ?


Quant à l’accès à la profession d’agent de voyages, le ministère fédéral se refuse à prendre position: « La loi de 1965 a été communautarisée, nous ne sommes plus compétents en la matière. Nous avons donc transmis le dossier à la COCOF (NDLR : l’administration communautaire qui gère l’accès à la profession pour les AGV de la Région de Bruxelles-Capitale) pour qu’elle étudie les mesures à prendre ».

Interrogée, la COCOF nous a déclaré: «Nous étudions actuellement le dossier. Une décision, quant à savoir si nous allons porter plainte ou non, sera prise dans les semaines qui suivent ».

Et ce n’est pas fini, car nous avons appris que ce vendredi, un autre service du SPF Economie se penche également sur le problème : « Il se pourrait qu’une plainte soit déposée pour concurrence déloyale. Les compagnies aériennes n’ayant pas les mêmes obligations financières à remplir que les agents de voyages, elles sont en fait favorisées en la matière ».

Ce qui est frappant dans cette affaire, c’est la position très en retrait des cinq associations professionnelles belges chargées de la défense des intérêts des AGV. Si celles-ci ont bien assisté à différentes réunions au ministère des Classes Moyennes en 2005, tout donne à indiquer que le suivi de ce dossier n’a pas été très agressif.

Les associations étrangements absentes dans ce dossier

Ainsi Antoon Van Eeckhout, administrateur délégué du VVR, l’association flamande des AGV, nous avait déclaré en octobre 2004: « Comprenez bien que si nous avions trouvé quoi que ce soit d’illégal dans les offres des compagnies aériennes sur leurs sites internet, nous aurions réagi. »

Il y a bien eu certaines déclarations fracassantes de Baudouin Gillis de CWT et vice président du BTO en janvier 2005 « Nous allons demander à notre avocat de voir si les compagnies sont en droit de vendre, sans avoir les agréations nécessaires, tous les services de voyages sur leurs sites.». Force est de constater que par la suite, ce fut le silence le plus complet.

Même Test Achats, la puissante association belge consumériste ne semble pas avoir fait preuve d’une grande réactivité sur ce dossier pourtant primordial pour la défense des intérêts des consommateurs. A notre connaissance, elle s’est limitée à un seul communiqué de presse en été 2005.

En fait, il a fallu toute la pugnacité d’une AGV membre d’aucune association pour que les autorités publiques belges se saisissent du dossier. Pour le responsable de Corporate Travel : « J’ai constaté que Freya Vandenbossche, la ministre en charge de la protection des consommateurs, n’agissait pas. Aussi comme mon entreprise est une PME, je me suis souvenu que j’avais une autre ministre, Sabine Laruelle, en charge des Classes Moyennes et des PME. Je me suis donc adressé à celle-ci. Puis je me suis adressé au Médiateur Fédéral (NDLR : l’ombudsman en Belgique). »

Des conséquences qui dépassent les frontières de la Belgique

Quant à l’argument souvent utilisé par les Compagnies selon lequel elles ne sont que de simples intermédiaires, il ne tiendrait pas selon l’une de nos sources ministérielles : « Je ne crois pas que les compagnies proposent gratuitement les logos cliquables permettant d’atteindre les sites des brokers hôteliers ou de locations de voiture.

La loi de 1965 est claire. Elle précise même que la fonction d’intermédiaire à titre lucratif n’est autorisée qu’aux AGV. Même si les compagnies ne perçoivent pas de commissions mais se limitent à facturer l’emplacement publicitaire de ces logos ou se font payer au click, elles sont rémunérées et doivent donc avoir le statut légal. »

Si l’action judiciaire entreprise aboutit, les compagnies aériennes n’auront d’autre choix que de se mettre en règle pour continuer à proposer des réservations hôtelières et autres services. « Elles devront donc demander un accès à la profession et assumer la responsabilité pour les voyages qu’elles organisent de la sorte. Nous considérons, en effet, que ces sites s’apparentent en quelque sorte au dynamic packaging. »

Autre solution, ne plus autoriser l’accès à ces services connexes qu’aux seuls ressortissants non belges. CQFD !

Lu 1836 fois
Notez


1.Posté par André Coppens le 15/02/2006 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si les compagnies aériennes sont autorisées à vendre des séjours, des assurances voyages, à louer des voitures et bientôt quoi encore, pourquoi devrais-je, moi agent de voyage, payer encore une assurance responsabilité professionnelle, une garantie à l'Office de contrôle des Assurances, une garantie au FGF ? Pourquoi devrais je bloquer en banque plusieurs milliers d'euros pour me permettre d'exercer ma profession ? Pourquoi devrais-je payer à la Cocof une "redevance" pour ma licence ?
Si l'on permet aux compagnies aériennes (et il n'y a pas qu'elles) d'exercer notre profession, alors autant permettre à n'importe qui de le faire. De plus, il faudra permettre aux agents de voyages de ne plus rien payer à qui que ce soit.
Par la même occasion, je tiens à dénoncer les compagnies aériennes comme SNBA qui font payer aux clients des ticketing fees (10 €) par billet émis, même lorsqu'il s'agit de "billets électroniques" c'est-à-dire... du vent.
Enfin, pour ce qui concerne le problème, ma philosophie est simple : à chacun son métier !

2.Posté par le vilain coco le 15/02/2006 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ridicule!!! car tous les portails dans le monde et meme google proposent des solutions de voyages c'est de la PUB .... pas de vente sur leurs sites.... pauvres agences

3.Posté par pascal le 15/02/2006 10:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dès demain dans mon agence de voyages,j\'inaugure l\'ouverture de 2 rayon food/1 non food/un rayon chaussures/1 électroménagers........ect
Faut bien s\'aligner et continuer à vivre!!!!

4.Posté par Ricardo le 15/02/2006 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec Mr Coppens.
Il y en a bien d'autres qui organisenbt ou/et qui vendent des voyages
sans autorisations,sans garanties,etc...etc... comme par exemple:des
clubs"parroissiales", des professeurs dans les écoles(sports d hiver et voyages"culturels") ,des asbl, des syndicats et ces derniers avec des réductions autorisées par certains t.o.,etc...
En tant que professionnel nous avons,je pense, le devoir absolu de dénoncer ces pratiques"arnaquers" et de les signaler par exemple à
l'Upav ou autre association professionnelle.
Comme Pascal le dit dans sa réaction: j'ai envie aussi de vendre des
médicaments,de m'occuper de services bancaires(qui dirait la commission bancaire?),etc..etc.. Par ailleurs certaines banques vendent aussi des voyages et avec des réductions!

5.Posté par Ricardo le 15/02/2006 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A ma réponse précedante je dois ajouter ceci:
Il me semble que les Cies aériennes( et notamment Ryanair je pense)
qui osent prétendre qu'ils rendent uniquement un service( sans bénéfice??!!) à leurs passagers en les permettant de réserver des hotels,voitures de location,assurances,etc... ne se rendent pas compte de leurs mauvaise foi ?! C'est justement de celà et en plus des subsides payées par les autorités publiques(régions en direct ou via de multiples
sociétés de promotion)qu'ils parviennent à faire des bénéfices.
Sinon comment ?? Le calcul est vite fait
Il faut que nous,professionnels,nous défendons absolument par tous les moyens légaux.
Un boycott de certaines compagnies et/ou t.o. ??

6.Posté par J.P.Siméon le 15/02/2006 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je rappelle, pour enfoncer encore le clou, que nous agences de voyages, ne sommes pas autorisés à exercer une activité additionnelle dans nos propres locaux.
Les autres font notre métier au vu de tous sans autorisation, mais nous, nous n'avons pas le droit de vendre du saucisson !


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:15 Selectour : le congrès s'ouvre ce lundi à Québec


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com