TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





« Journée Mondiale de la Terre » : développement dura(b)...le bol !

L'hume(o)ur de T. Rublion


Rédigé par T. RUBLION le Mardi 22 Avril 2008

Vous oseriez dire, vous, que l’économie durable et l’écologie, vous vous en tamponnez le coquillard avec une plume de hérisson… même si au fond de vous ça vous démange furieusement ? Ben non évidemment, c’est pas politiquement correct ! Et ben moi, oui. Je vous le dis tout net : l’écologie à la sauce marketing ça me donne des boutons. C’est sans doute le syndrome du développement dura(b)le bol !



« Journée Mondiale de la Terre » : développement dura(b)...le bol !
La journée d’hier était « Journée Mondiale de la Terre », en français « Earth Day » …et oui encore une journée mondiale de « savoukoncernossi » de plus !

Qui n’a pas sa journée mondiale ? De-man-dez votre journée mondiale ! Dépêchez-vous, y’en aura pas pour tout le monde. Réservez vite votre journée mondiale, plus que quelques dates disponibles…

C’est vrai que notre bon vieux calendrier grégorien avec ses 365 jours – 366 les années fastes – n’est pas extensible et a bien du mal à fournir suffisamment de jours pour supporter toutes les misères du monde : Journée Mondiale de la Tuberculose, Journée Mondiale du Sida, Journée des Droits de l’Homme, Journée Internationale de la Femme,…etc

Bref, la litanie des calamités qui menacent l’humanité est longue, et il suffit de jeter un coup d’œil à la « La liste des journées internationales décrétées par les Nations Unies » (1) pour prendre conscience de l’étendue du problème. Mais ne nous égarons pas et revenons à notre 22 avril d’hier.

Et ziva que je te culpabilise à grands coups d’écotaxes en tous genres !

« Journée Mondiale de la Terre » : développement dura(b)...le bol !
Une Journée Mondiale de la Terre ; voilà qui est « tendance ». Que nenni ma chère, rien à voir avec un quelconque phénomène de mode, Earth Day existe depuis 1970, époque bénie des dieux où préservation de la planète et développement durable étaient l’apanage de quelques illuminés hippies et autres coupeurs de joints, dont nos écolos-bobos sont de bien pâles copies génétiquement modifiées !

Mais avouons-le, ce fameux 22 avril serait passé inaperçu sans le petit coup de pouce de notre Google favori qui a, pour l’occasion, modifié sa page d’accueil titillant ainsi notre curiosité…

Il faut dire que le créneau est encombré et les occasions de réveiller notre fibre éco-citoyenne sont légion, ne serait-ce que parce que nos experts en marketing rivalisent d’ingéniosité pour exploiter le filon et, par la même occasion, les gogos qui vont avec, si vous voyez ce que je veux dire…

Et un coup d’écologie par ici, et une pointe de développement durable par là, et pourquoi pas un soupçon de commerce équitable pour relever le tout ? ! Et ziva que je te culpabilise à grands coups d’écotaxes en tous genres !

Mais au fond pourquoi se priver ? Vous oseriez dire, vous, que l’économie durable et l’écologie, vous vous en tamponnez le coquillard avec une plume de hérisson …même si au fond de vous ça vous démange furieusement ? Ben non évidemment, c’est pas politiquement correct !

L’écologie à la sauce marketing ça me donne des boutons...

Et ben moi, oui : je vous le dis tout net, l’écologie à la sauce marketing ça me donne des boutons. C’est sans doute le syndrome du développement dura (b) le bol !

Oui, j’en ai marre qu’on me dise que prendre le train pour aller à Paris en famille ça pollue moins que d’y aller avec ma voiture !

D’abord, parce que chez moi y’a pas de gare – ce qui est somme toute un handicap quand on veut prendre le train – et ensuite à quatre dans ma voiture ça me coûte beaucoup beaucoup moins cher, et qu’au bout du compte, le cochon de payant, c’est moi !

Oui, j’en ai marre qu’on me dise d’aller à la boulangerie à pied au lieu de prendre ma voiture ! Après 20 bornes à pied, les croissants c’est sûr que je vais les apprécier, mais mes pieds un peu moins…

Oui, j’en ai marre qu’on me culpabilise – ou en tout cas qu’on essaye, parce que c’est pas gagné ! – à tout bout de champ pour mieux me proposer de m’acheter une bonne conscience !

Et oui car au fond, c’est facile d’être un citoyen responsable : il suffit de payer ! Et une taxe sur les véhicules polluants pour compenser les émissions de CO2, une !

Et pourquoi pas une taxe sur la viande bovine et le lait tant que vous y êtes, parce que coté méthane « destructeur de couche d’ozone » nos amies les vaches elles n’y vont pas avec le dos du rectum !

L’éco citoyenneté ça ne se décrète pas !

« Journée Mondiale de la Terre » : développement dura(b)...le bol !
Taxer, taxer et retaxer, toujours taxer(2), comme si c’était la panacée, le remède à toutes les plaies de l’humanité ?

Et coté démarches volontaires et volontaristes, ce ne sont pas non plus les initiatives qui manquent, le problème c’est que les initiateurs ne sont pas les payeurs et que les payeurs sont eux peu volontaires.

« Donnez, donnez, donnez ! Dieu vous le rendra !» (3) …ben voyons, il a que ça à faire !

Un TO précurseur dans le domaine n’avouait-il pas récemment l’échec d’une noble initiative de taxe de compensation de l’émission de CO2 : les donneurs volontaires se faisant trop rare, celle-ci sera désormais intégrée dans le prix des forfaits, et une taxe de plus, une !

Mais au fait pourquoi compenser seulement le CO2 ? Pourquoi pas une taxe pour compenser le surcroît d’ordures ménagères généré par les hôtels qui accueillent nos clients dans des pays où retraitement et recyclage des déchets sont encore au stade de l’utopie ?

Pourquoi pas une taxe compenser l’eau utilisée (gaspillée ? ) pour arroser les pelouses, massifs et autres verdures qui font le bonheur des touristes dans des pays où les occasions d’accoler les mots « eau » et « potable », sont beaucoup trop rares ?

Pourquoi pas une taxe pour compenser le salaire (?) de misère des factotums haïtiens qui briquent les beaux hôtels « all inclusive » en République (?) Dominicaine ?

Désolé, mais je ne marche pas dans la combine. L’éco citoyenneté ça ne se décrète pas; l’éco citoyenneté ne s’achète pas. En revanche, elle se vend sacrément bien. C’est sans doute pour ça qu’on parle d’économie durable. Durable oui, mais pour qui ? Personnellement, j’en ai une petite idée, pas vous ?


« A force de forcer, ça finira forcément par forcer »


(1) Pour ceux que ça intéresse www.docmemo.com/divers/journees_int.phpça vaut le détour, voire son pesant de cacahuètes
(2) Par le plus grand des hasards, en argot, taxer signifie voler…étonnant non ?!
(3) A chanter à tue-tête et si possible avec l’accent pied-noir

Lu 13131 fois

Notez


1.Posté par Elodie le 23/04/2008 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis plutôt d'accord avec cet article c'est vrai qu'avec toutes ces taxes on nous prend franchement pour des cons!

2.Posté par Mourot le 23/04/2008 09:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bien beau de dénoncer les taxes mais il faut bien prendre conscience de la gravité du problème qui nous pend au nez et agir en conséquence. Alors que proposez vous M. Rublion ? Un tour de magie pour que tout le monde se transforme en éco citoyen ? Ou alors rien du tout, et on laisse se dégrader l'environnement jusqu'à que la terre ne soit plus vivable ? Enfin, surtout pour les pauvres ! Il faut avoir bien peu fréquenté la terre et ses habitants pour ne pas s'en soucier.

3.Posté par Eric Serra le 23/04/2008 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher T. Rublion,

Les croissants surgelés de chez Picard sont faciles à conserver et se servent tout chaud sortis du four. Sinon pour acheter vos croissants à la boulangerie qui se trouve à 20 km il vous reste encore le vélo. Un peu de sport ne vous fera pas de mail ça canalise le stress.

Vous râlez lorsqu'on oblige les voyageurs à payer les taxes éco en arguant que ce n'est pas par la force qu'on arrivera à faire changer les mentalités. Laissez moi prendre exemple sur la ceinture de sécurité dont le port obligatoire a fait grincer plus d'une dent. Maintenant réfléchissez au nombre de personnes sauvées grâce à cette mesure prise de force...
Ne pensez-vous pas que c'est en tapant fort aujourd'hui que nous obligerons les personnes à adopter un comportement visant à la sauvegarde de notre planète ; et soit-dit en passant de notre gagne-pain ?

Eric Serra

PS : Merci à Jean François Rial d'assumer ses actions éco-citoyennes.

4.Posté par John le 23/04/2008 10:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Manifestement il y a encore du chemin à faire et les journées de la Terre n'y suffiront pas. On trouvera encore longtemps des gens comme vous adeptes du "Je fais ce que je veux, çà me regarde, et j'emm.... les autres habitants de cette planète". Heureusement la nouvelle génération (qui n'a jamais connu les hippies des années 1970) me semble avoir plus largement compris, elle, que nous partageons tous la même Terre et que la respecter ne doit pas être une vue de l'esprit ou une lubie, mais bien un devoir.
Alors oui on instaure des taxes pour essayer de dissuader l'urbain de s'acheter un 4x4 pour aller au marché le samedi et aller chercher ses gamins à l'école, oui on projette d'instaurer une taxe carbone pour limiter les importations massives (est-ce qu'on est obligés de manger des fraises en janvier et des cerises en décembre?). Quel autre moyen? C'est malheureux, j'en conviens, mais je n'en vois pas d'autre. Et cela est de NOTRE responsabilité, puisque nous sommes réfractaires à tout changement/toute évolution/toute modification de nos comportements même pour des causes que l'on soutient. Il n'y a, bien malheureusement, que sous la contrainte (voir les radars sur la route pour diminuer la vitesse et le nb de morts sur la route par 2, la cigarette dans les lieux publics, etc. Nous avons même besoin d'une loi contre le tapage nocturne!!!!) que les choses évoluent.
Changeons de comportement et nos habitudes, à chaque fois que cela est possible, et nous n'aurons probablement plus besoin de ces taxes !!

5.Posté par Armelle le 23/04/2008 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'adore!!

Enfin un peu d'humour. Merci M.Rublion!

6.Posté par Philippe le 23/04/2008 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Je tend dans ma vie vers une certaine décroissance, que j'applique quotidiennement à moi et ma famille. Merci Mr Rublion de dénoncer comme vous le faites, avec humour. Les dessins sont particulièrement excellents aussi. Dommage qu'ils soient en copiright, j'en aurais bien accroché un sur le frigo !
Les avancées technologiques ne serviront à rien si on ne reconsidère pas notre regard de manière globale sur les dynamiques du Vivant, et si ça ne transparait pas dans nos actes. Le "développement durable" est un conditionnement supplémentaire de notre société et de ses slogans qui modèlent notre éducation. Nous sommes des autruches et nous avons tous la tête dans le sable, merci de nous secouer et de nous le rappeller.

7.Posté par Amine Boughaleb le 23/04/2008 12:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Beaucoup d'humour dans tous ces propos, mais également pas mal de vérité.

Je comprend parfaitement le point de vue de T. Rublion, qui pense qu'il s'agit d'une énorme hypocrisie servant les intérêts de certains nantis, industriels notamment, qui à force de campagne marketing, nous prennent pour de pauvres naïfs.

Néanmoins, je suis pour la taxation des pollueurs, mais à l'échelle planétaire. En effet, les pays riches polluent sans compter pour leur confort de vie, et les pays neoriches polluent pour leur croissance. Aussi, il me parait légitime que ces pays paient des taxes aux pays les plus pauvres / moins pollueurs.



8.Posté par amaia le 23/04/2008 18:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur,

J’aime notre époque même si j’aurais également aimé vivre celle du début des années 70, cette époque bénie des dieux comme vous dites, pas pour tout le monde certes…
En 69, le Festival de Woodstock annonçait, même si les faits sont peu plus trash! : « Trois jours de paix et de musique. Fais voler un cerf-volant. Fais-toi bronzer. Respire de l'air pur ».
C’est sûr, cela sonne mieux que « Fais attention à l’eau, à l’électricité et au CO2 que tu consommes ». Cependant, je suis convaincue qu’il faut en passer par là.
Si on ne veut pas tuer la poule aux œufs d’or, surtout dans le secteur du tourisme où les territoires représentent l’essence même de l’activité, mieux vaut tenter la mise en place de solutions, même si elles ne représentent aucune panacée.
Si on se trompe tant pis, on recommence autre chose. Il faut bien tester quand on en est aux prémices d’un nouveau fonctionnement.
De plus, la décroissance me parait encore plus utopique que les enjeux du développement durable. Ses idéaux ne sont pas qu’un apanage marketing mais un virage beaucoup plus profond de la société.
Je comprends partiellement votre position vis-à-vis de l’écologie. Ces fameuses
« bonne pratiques » qu’on nous assène, parfois un peu rabat-joies , peuvent générer un sentiment de contraintes de plus en plus nombreuses. C’est un cap à passer (pour en revenir au trés juste exemple de la ceinture de sécurité de Monsieur Serra) .
Arrêtez de râler , défendez votre position par des arguments.

9.Posté par rial jf le 23/04/2008 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Trop drole et assez bien vu, en particulier sur le cote culpabilisant
Car en marketting et effet sur les ventes oubliez tout le mode s en moque du moins pour lil instant.
Comment le faire sans faire culpabiliser ni en faire du psudo marketing ou de la com?
Voila une vraie question, merci a T Rublion
en tous cas j ai bien ri meme si le sujet est serieux,trop peut etre

10.Posté par Philippe le 24/04/2008 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Amaia, je suis d'accord avec vous, la décroissance est radicale et elle demande des changements profonds. Ceux qui le vivent aujourd'hui comme moi avec bonheur, c'est parce que ça correspond à leur organisation émotionnelle, de "collaboration" concrète avec la nature, au grand air, même si elle est appliquée de manière relative (on fait ce qu'on peut...) dans le concret. La ceinture de sécurité peut peut être induire des réactions chez les gens pour qu'ils aient envie de poursuivre un chemin plus cohérent. Mais vu comme ça part, avec la condition que la croissance reste illimitée et que la ceinture soit fabriquée par les grands groupes, "Si on se trompe tant pis", c'est déja tout vu. De plus, cette ceinture de sécurité ne serait qu'une petite partie de ce qui doit être accompli par rapport à un juste positionnement dans l'ensemble du Vivant, ne croyez vous pas? Ce n'est qu'un début, certes. Pourtant, c'est si facile quand on le veut : Les positionnements décroissants n'essaient pas de lutter "contre nature" ou de "sortir de la nature", ils vivent des solution simples : la terre est basse par exemple ! sans pour autant renier ce que la société nous a amené de bon, comme internet et ce débat présent, et que l'on peut perfectionner pour qu'il soit écologiquement et socialement correct. Les comportements décroissants, s'ils sont dans le respect de l'autre et dans le refus de vivre des conditionnements, montrent un chemin , dans le respect de ceux qui ne le vivent pas mais peuvent s'interroger et se mettre face à leurs propres contradictions. Oui aux cerfs volants et à l'air pur, pas réinventé par l'homme à partir de produits de synthèse controlés par des multinationales virtuelles, mais réellement pur : il est là, gratuit, et j'ai tendance à penser à mesure que j'évolue que la réalité de ce qui est, c'est très simple.
Mr Serra, je ne comprend pas les actions citoyennes du directeur dont vous parlez, mon opinion est toute autre...
Bonne journée à tous.

11.Posté par Eric Serra le 24/04/2008 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Philippe
l'action du JF Rial est simple, imposer la taxe éco dans le prix de ses forfaits.
Eric Serra

12.Posté par Philippe le 24/04/2008 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour Eric Serra : Merci pour la précision. Ce n'est pas la panacée, mais c'est effectivement mieux que rien.


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com