TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





L’OT de Nice joue la carte de la clientèle individuelle ''low cost''

Interview de Bernard Morel, directeur général de l’Office de Tourisme.


Rédigé par Louis Salvaret à Nice - louis.salvaret@tourmag.com le Vendredi 6 Janvier 2006

Développement de l’utilisation d’Internet pour séduire une clientèle individuelle utilisant les low cost telle est la nouvelle orientation de la politique de l’office de tourisme et de congrès de Nice dévoilées lors de la seconde journée de rencontre avec les professionnels. Près de 400 agents de voyages, réceptifs, hôteliers sont venus faire connaître leurs idées, leurs problèmes et leur point de vue sur la démarche entreprise.



B. Morel directeur de l'OT de Nice
B. Morel directeur de l'OT de Nice
TourMaG.Com : Quelles sont les perspectives du tourisme niçois pour les prochaines années ?

Bernard Morel - "Sur la prochaine décennie, le nombre de visiteurs annuels à Nice devrait passer de 4 à 5 millions par an mais plus que la quantité, ce sera avant tout une hausse qualitative d’une clientèle individuelle de courts séjours et utilisant de plus en plus les compagnies low cost. Telles sont aussi les tendances enregistrées au niveau mondial. L’office adapte donc sa stratégie en conséquence. Nous utilisons de plus en plus Internet pour la séduire. Notre site est déjà fréquenté par plus de 1,5 million de visiteurs.

Via cet outil nous proposons des produits thématiques qui leur permettent de monter leur séjour. En 2005, nous serons plus présents sur les grands sites touristiques comme Expédia, Sncf, Travelocity pour cette commercialisation de la destination en ligne. Cette clientèle individuelle utilise largement les possibilités offertes pour le transport par les sites des compagnies low cost ou des sites de vente en ligne à prix cassés.

C’est ludique. Je rappelle que près de 3 millions de passagers utilisent déjà les low cost pour se rendre à Nice c’est le tiers trafic de l’aéroport. Cette clientèle économise sur le transport et dépense davantage sur place dans l’hôtellerie ou la restauration. L’utilisateur de low cost aujourd’hui ce n’est pas un routard mais bien souvent un homme d’affaires voire de touristes disposant d’un pouvoir d’achat important qui ainsi peuvent de cette façon multiplier les courts séjours dans la région."

TM.com - Quels sont les pays ciblés par l’office ?

B.M. - "On prospecte d’abord les proches pays européens (Nord et Est) ensuite les Etats Unis le Japon et enfin les pays émergents comme la Chine, l’Inde ou le Brésil. Ainsi la clientèle chinoise monte en puissance avec 35.000 visiteurs sur les 400.000 qui viennent en France. Leur niveau de dépenses est déjà équivalent à celui des américains !

Pour cette clientèle européenne ou plus lointaine nous voulons présenter une image différente de Nice qui intègre ce que j’appelle le Grand Nice c’est-à-dire une zone géographique qui propose mer et montagne et met en avant un patrimoine culturel historique important dans une région animée tout au long de l’année par d’innombrables manifestations.

C’est notre différence. Dans nos prochains documents commerciaux nous éditerons une plaquette "arbres à Nice" qui montrera l’aspect naturel d’une ville que l’on croit très urbanisée. Pour le tourisme d’affaires, et dans l’attente du nouvel exploitant d’Acropolis qui doit être choisi cette année, on se mobilise sur la création d’un Convention Bureau Riviera qui s’efforcera à l’extérieur de vendre l’ensemble des infrastructures de congrès du département."

Lu 784 fois
Notez


1.Posté par jea npierre figueira le 10/01/2006 05:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr.Morel;
Alors que rien n'a été fait à ce jour pour activer ce qui représente 63% de la vie économique de la ville de Nice (tant au niveau de la Mairie avec Mr. Marie l'adjoint au tourisme que de tout le monde institutionnel - à l'EIBTM de Barcelone il était difficile d'identifier Acropolis), vous pensez que le développement via le vecteur "low cost" est un bon choix?
C'est un choix mais ce n'est en rien une valeur ajoutée!
Il faut développer le congrès et je sais de quoi je parle et pour se faire il faut laisser s'exprimer ceux qui ont des idées même s'ile ne sont pas de vos coteries.
Aors à vous de voir Mr.Morel il serait sans doute bon de discuter ensemble sur un plan marketing évolutif.
Jean-Pierre FIGUEIRA.
04 92 26 13 43


Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com