TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : Boost-toi de là que je m’y mette !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Mardi 7 Février 2017

Etre président d’Air France, ce n’est pas une sinécure ! D’autant qu’il faut absolument redonner à notre compagnie tout son éclat et surtout une rentabilité, face à une concurrence de plus en plus acharnée…



"Le temps de l’aviation et des champs d’aviation est révolu (ainsi nommait-on dans les débuts les aéroports), nous sommes maintenant à l’époque du transport aérien du 21e siècle" - Photo : Air France
"Le temps de l’aviation et des champs d’aviation est révolu (ainsi nommait-on dans les débuts les aéroports), nous sommes maintenant à l’époque du transport aérien du 21e siècle" - Photo : Air France
La tâche parait épuisante et j’espère que le nouveau président et sa neuve équipe auront la force de mener à bien des travaux pour lesquels même ce bon vieil Hercule aurait renoncé depuis longtemps.

Pas facile en effet de lutter à l’extérieur et tenter d’endiguer une concurrence féroce tout en luttant à l’intérieur pour faire admettre aux syndicats de tout poil que le monde de l’aérien a changé.


Le temps de l’aviation et des champs d’aviation est révolu (ainsi nommait-on dans les débuts les aéroports), nous sommes maintenant à l’époque du transport aérien du 21e siècle.

De plus, qu’on le veuille ou non, même si ces compagnies sont parfois « limites » en termes de concurrence sociale, les low-cost ne feront aucun cadeau.

Janaillac a compris le danger, de même que son ex-directeur Général, Frédéric Gagey et entend bien dégager Air France des routes non rentables pour lui substituer sur ces mêmes routes, une compagnie à bas coût.

C’est le fameux projet Boost, d’abord refusé par le SNPL, ces pilotes qui prétendent diriger la compagnie.

Finalement, après bien des discussions, il semblerait que le SNPL ait remporté une nouvelle victoire.

Ceci dans la mesure où cette nouvelle compagnie « low-cost » pourra employer des pilotes Air France « détachés », sous contrat unique AF ou Boost.

Ils piloteront donc indifféremment un aéroplane Air France ou Boost au même salaire et selon les mêmes règles !


Damned. On ne voit pas trop les économies mais, bon, comme les pilotes ont parlé, y’a plus qu’à…

Mais alors, se sont dit, à juste titre après tout, « eux (les pilotes, ndDG) et nous que tchi ! Ah mais ça ne va pas du tout » !

Deux poids, deux mesures en quelque sorte.

Il est certain qu’on ne peut pas non plus leur en vouloir… trop. Car, si j’ai bonne mémoire, les PNC, ces hôtesses et stewards qui sont souvent plus apparentés à des serveurs de restaurant, avec des responsabilités impressionnantes, ont été les premiers à jouer le jeu dans le projet de Begougne de Juniac et son Plan Transform…

En fait, ce qui gêne maintenant les PNC d’Air France et leur syndicat, c’est bien qu’au lieu de mettre en place deux compagnies distinctes, Janaillac mettrait tout dans le même panier.
Il permettrait ainsi, selon l’intersyndicale PNC, "un transfert de l’activité PNC sans limite". Et de rajouter "C’est open bar !!". (Sic).

L’intersyndicale des PNC redoute en effet que ce soient leurs membres qui restent très pénalisés, arguant du fait que et je cite "cela signifie que demain grâce, entre autres, aux Lois Travail et Rebsamen, en cas de difficultés économiques chez Air France historique, tous les PNC pourraient se voir proposer un contrat chez BOOST aux conditions Boost (-40%).

Le PNC se retrouverait face à une alternative funeste : Accepter ce transfert ou être licencié sans indemnité !!!
"

Et de poursuivre : "Les 40% d’économies recherchées avec des PNC BOOST exploités seraient amplement réalisées avec l’embauche de jeunes PNC Air France dont le salaire d’entrée est 52% moins cher que les salaires des plus anciens qui partiront cette année.

Notre « surcoût » est donc entretenu artificiellement. Ce que confirme d’ailleurs le bureau du SNPL dans la presse et dans ses tracts
".

Rien n’est simple et parfois, il m’arrive de comprendre pourquoi le O’Leary volant rigole doucement.

Je constate simplement que les pilotes, une fois de plus, auront imposé leur diktat, sans aucune considération pour le reste de leurs « collègues » (chacun sa m... !) et qu’une fois de plus, la compagnie va encore devoir affronter une tempête qui pourrait lui être fatale.

En attendant, cette fois, hôtesses et stewards disent un « niet » catégorique au projet Boost.

Et en cette période électorale, je reste extrêmement inquiet !

Lu 2327 fois

Notez


1.Posté par justin fair le 08/02/2017 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le feuilleton gag dans toute sa splendeur et qui résume bien le bourbier dans laquelle est plongé Air France. La direction est obligée de demander l’avis des PNT pour les évolution stratégiques, on est en plein délire et malheureusement vrai a cause d’accord ancien signes par un Direction précédente qui a acheté la paix sociale mais qui a mis le vers dans le fruit. Les seigneurs PNT ont l’avenir de la compagnie dans les mains et c’en est vraiment dommage. On en vient a rêver un dépôt de bilan, une annulation pure et simple de tous les accords et de recréer une entreprise normale ou la Direction dirige et ou les PNT se bornent a piloter les avions. Un veux pieux… Oh, on s’attend a des réactions cinglantes des chers porte parole du SNPL qui vont nous qualifier de haineux ou d’aller se faire soigner ou de nous renvoyer dans le mur en prétendant que on est des sots ne connaissant rien, mais ne leurs en déplaise, la vérité économique est la et une entreprise avec l’ingérence permanente des PNT dans la stratégie va au désastre.

2.Posté par Papadopoulos le 08/02/2017 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi je trouve que le projet est pas mal: il prévoit des pilotes et du personnel PNC dans les avions, ce qui est déjà une avancée par rapport au projet initial: il n'avaient même pas prévu du carburant. Si les passagers voulaient voler, il fallait faire une quête pour remplir les réservoirs.

3.Posté par Chapus Franck le 08/02/2017 12:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et voilà, vous nommez un Président chez AF / KLM qui ne veut pas de vague et qui "pilote" l'entreprise comme son collègue de promotion à l'ENA pilote la France et vous avez le résultat...donc je rejoins Justin, il faut peut-être un grand coup de balai !!!

4.Posté par le zé le 08/02/2017 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On sent quand même bien que les élections approchent. Il est évident que le PDG, copain du président de la République, à pour consigne d'éviter toute vague d'ici le mois de Mai. Il se rallie donc à la cause de ceux qui ont le plus grand pouvoir de nuisance (PNT) ou qui sont les plus nombreux (sol) Mais la vague pourrait venir des PNC, grands sacrifiés de l'histoire. Problème insoluble. Boost n'est pas encore en l'air, loin de là!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com