TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : Chronique des tacos oxis par stupidité !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Mercredi 6 Avril 2016

VTC contre taxis traditionnels. La guerre continue sous fonds de conservation d'acquis datant du 19e siècle, face à un monde en pleine évolution. Et à l'heure où le tourisme fait partie d'un plan de relance économique en France, la guerre des taxis fait plutôt désordre...



Les taxis en colère venus de toute la France et de l'étranger perturbent le trafic à Toulouse - Photo : franz massard-Fotolia.com
Les taxis en colère venus de toute la France et de l'étranger perturbent le trafic à Toulouse - Photo : franz massard-Fotolia.com
Et ça commence à bien faire.

Jusqu'à présent, les taxis, particulièrement ceux opérant dans la capitale, disposaient d'un monopole auquel ils étaient fortement attachés, tels les morbachs sur les poils d'un curé de campagne !

D'accord, certains avaient acheté des licences, à des prix défiant toute concurrence... dans les débuts. Et, petit à petit, tacos traditionnels se sont revendus les licences de plus en plus chers.

Tout le monde y trouvait d'ailleurs son compte, les préfectures des différents territoires y prélevant au passage taxes et diverses prébendes de bon aloi.

Bien évidemment, il n'était pas rares de trouver des licences atteignant des sommes à plus de 200 000€, qui se revendaient, afin d'assurer une retraite confortable assorties d'une conséquente plus-value.

Et tout ce petit monde de continuer la douce vie, parlant fort dans le taxi, indisposant souvent le passager par une radiophonie improbable et empruntant des itinéraires "touristiques" lucratifs. Nombreux sont les touristes étrangers qui l'on trouvé saumâtre.

La Case de l'Oncle Dom : Chronique des tacos oxis par stupidité !
Vinrent enfin les VTC et autres Uber, pour qui la notion de service, de rentabilité et de productivité collaborative anticipait déjà sur l'avenir.

Le modèle est ce qu'il est. Pas nécessairement social, ni solidaire par rapport aux travailleurs qui ont choisi ce système, mais il a le mérite d'exister, d'être apprécié par les clients utilisateurs et de fournir un véritable service : chauffeurs souvent discrets, propres, qui viennent vous chercher à l'adresse indiquée et pour un tarif nettement plus étudié.

Ceci s'appelle l'innovation et la concurrence. Un peu comme lorsque Thomas Edison inventa la première ampoule électrique, il dut faire face à la fronde des fournisseurs de bougies et autres lampes à pétrole.

Comparaison audacieuse, certes, mais réaliste.

Le plus navrant de cette histoire étant que finalement, face à un gouvernement qui ne sait plus à quel saint se vouer pour trouver des solutions à tout ce qui accable le pays... et qui lorgne avec horreur les prochaines échéances de 2017, tient absolument à ménager tout le monde.

Quitte à se servir du bon contribuable pour contribuer (laisse, c'est exprès) à la gabegie ambiante.

Du coup, puisque les tacos traditionnels ne sont pas contents, l'Etat va leur racheter leurs licences, payées à prix d'or au gré de leurs propres tractations, de façon à éteindre la crise...

Coût de l'opération pour l'état (et pour nous donc, sacrés contributeurs) : plus de 3 milliards d'euros !

Et encore je reste largement modeste... En attendant, ces mêmes tacos refusent les propositions de l'état, refusent donc les propositions de nous autres, contributeurs et utilisateurs, méprisent nos visiteurs étrangers et font caguer les tomobilistes qui veulent circuler normalement.

Ben, tout ceci manque sacrément de rigueur. D'autant que Uber, qui se développe au niveau mondial, n'aura de cesse que de s'installer partout...

Et qu'à force de demeurer stupides, les tacos n'auront plus rien du tout!


Lu 1221 fois

Tags : Edison, Taxis, Uber
Notez


1.Posté par MORENO le 06/04/2016 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand vous écrivez un article, donnez des infos sérieuses et mettez vos sentiments de droite dans votre poche. L'impartialité et la justesse d'analyse ne sont pas dans les Cases du cerveau de l'Oncle Dom...
Encore un qui pose son derrière sur une chaise à faire l'aveugle sur les réelles revendications des taxis....
De la part de quelqu'un qui n'a aucun intérêt à défendre les taxis si ce n'est que parce qu'il a l'esprit solidaire

2.Posté par ponset le 06/04/2016 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
des tacots occis serait plus correct merci !

3.Posté par ponset le 06/04/2016 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Moreno : tout à fait d'accord avec vous, édito inconsistant qui ne présente qu'un intérêt : la chasse aux fautes d'orthographe, de syntaxe et d'accords grammaticaux !

4.Posté par La Rédaction le 06/04/2016 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
L'impartialité n'est pas le rôle d'un éditorialiste. C'est justement sa subjectivité et sa prise de position qui fait l'intérêt de sa chronique. Personnellement j'adhère à 100% (et je ne suis pas de droite) aux propos de l'Oncle Tom. Y en a marre de ce conflit de la diligence contre le chemin de fer (On sait ce qu'il en advint...) et de faire payer aux contribuables les frasques des licences.
Bonne journée à tous

5.Posté par ponset le 06/04/2016 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oncle Tom ? Vous êtes sûr ? Tout s'explique, Gobert a un nègre qui écrit ses éditos ;-)

6.Posté par DOMINIQUE GOBERT le 06/04/2016 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A Moreno et Ponset, fidèles détracteurs. Oxis m'amuse et je fais ce que je veux avec le vocabulaire. Quand je vois les réformes proposées et imposées par nos bons ministres de l'Education, je rigole...
Quant à me traiter de droite, faut vraiment pas savoir lire... Mais bon, personne n'est parfait!

7.Posté par DOMINIQUE GOBERT le 06/04/2016 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et pour finir, l'esprit solidaire, vous me faites sacrément marrer!

8.Posté par ponset le 06/04/2016 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Dominique Gobert : vous faites effectivement ce que vous voulez avec le vocabulaire mais j'ai plutôt le sentiment que vous faites ce que vous pouvez. Brocardez l'Education Nationale autant que vous voudrez, mais ayez au moins le respect du lecteur et relisez-vous ou faites vous relire :
1. « Et, petit à petit, tacos traditionnels se sont revendus les licences de plus en plus chers » :
« revendu » cod après le verbe ne s’accorde pas, « cher » adverbe invariable
2. « il n'était pas rares »« rare » s’accorde avec « il », « de trouver des licences atteignant des sommes à plus de 200 000€» « des sommes à plus de» est incorrect, la phrase correcte est « des sommes atteignant plus de 200 000€ »
3. « qui l'on trouvé saumâtre » verbe avoir svp « ont » et non « on »
4. « Le plus navrant de cette histoire étant que finalement, face à un gouvernement qui ne sait plus à quel saint se vouer pour trouver des solutions à tout ce qui accable le pays... et qui lorgne avec horreur les prochaines échéances de 2017, tient absolument à ménager tout le monde. » phrase bancale, si, si je vous assure relisez-là attentivement.
« Ben, tout ceci manque sacrément de rigueur. » entièrement d’accord avec vous cher Dominique !

9.Posté par Christian Jean le 06/04/2016 18:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si il est vrai que l’impartialité n’est pas le rôle d’un éditorialiste, un minimum de rigueur de style et grammaticale me semble indispensable …
Mais bon, il faut beaucoup du talent et de la volonté pour « pondre » un édito quotidien.
« On écrit très mal ce que l'on écrit à contrecœur. » Voltaire
Très cordialement.

10.Posté par Papadopoulos le 07/04/2016 20:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'Oncle Tom est pris la main dans le sac: il a écrit cet édito sur son smartphone assis à une table en terrasse du côté du Quai Rive Neuve ou vers la la Madrague de Montredon.

Signé: Jerry, la souris

:-)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com