TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : Compétence professionnelle ? Circulez, y'a (plus) rien à voir !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Mardi 5 Janvier 2016

Pourquoi faire simple alors qu'on peut faire compliqué ? Non, rassurez-vous, ce n'est pas une erreur, dans sa grande clairvoyance, le législateur a décidé de faire simple… dans la complication. Et pour le tourisme, particulièrement pour les agents de voyage, c'est simple !



Depuis le 1er janvier 2016, plus besoin de remplir des critères d'aptitude professionnelle pour créer une agence de voyages - Photo : BillionPhotos.com-Fotolia.com
Depuis le 1er janvier 2016, plus besoin de remplir des critères d'aptitude professionnelle pour créer une agence de voyages - Photo : BillionPhotos.com-Fotolia.com
Avis à vous tous, étudiants en tourisme (et à vos profs d'ailleurs), vos études sont terminées. Allez, hop, en vacances…

Ça ressemble à une blague, c'est vrai, mais c'est quand même un peu ça.

Enfin, presque et je vois quelques élèves qui s'apprêtaient à quitter le cours, là-bas, dans le fond, près du radiateur... Non restez encore un peu !

Dans un grand souci de réforme de l'Etat et de la simplification, sa ministre de tutelle, Clotilde Valter, a jugé particulièrement intéressant de "réformer" les conditions d'aptitude professionnelle lorsqu'un quidam entend monter une agence de voyage ou tout autre organisme désirant exercer une activité d'opérateur de voyages ou de séjours.

En clair et sans fioritures, là où il fallait au minimum deux ans d'études, disposer d'une expérience professionnelle (de quelques mois seulement, je vous l'accorde), connaitre un tout petit peu de géographie, posséder un minimum de culture… Ben, plus besoin !

N'importe qui peut ouvrir sa propre agence de voyage. Faut avoir un peu de ronds, certes, mais c'est tout.

Lire : Plus besoin d'aptitude professionnelle pour créer une agence de voyages

La Case de l'Oncle Dom : Compétence professionnelle ? Circulez, y'a (plus) rien à voir !
Il suffit de disposer, comme toute entreprise qui se créée, d'une Assurance Responsabilité Civile Professionnelle et, bien évidemment, cette fameuse garantie financière.

Et, accessoirement, une immatriculation auprès d'Atout France, mais ça, c'est tout naturel dans la mesure où les deux critères cités plus haut sont remplis.

Vous me direz, finalement, ça va pas changer grand-chose, pour les étudiants du moins, qui devront (on peut l'espérer) faire valoir quelques diplômes avant d'être engagés dans une officine de tourisme.

En revanche, ils n'auront plus besoin de "remplacer" le manque de diplôme de leur patron, puisque ces derniers n'en auront plus besoin.

Le Syndicat patronal, qui s'appelle encore le Snav pour quelques temps, n'a, bien entendu pas été consulté, ce qui montre bien l'indifférence que montre le Pouvoir envers ce Tourisme. Une priorité nationale (ou une grande cause, on ne sait plus trop)…

Faut dire que, déjà en 2009, les critères d'exercice du métier avaient déjà été "simplifiés", si l'on peut s'exprimer ainsi.

De là à les rendre totalement nuls, y'avait qu'un pas que madame Valter, Clotilde pour ses amis, s'est empressée de franchir allègrement, simplifiant aussi en passant, les débitants de boissons, certains secteurs de l'agriculture (les marchands de pinard notamment), les transports funéraires (ben oui) et quelques autres.

Au Snav, on ne semble pas inquiet outre-mesure. Après tout, du moment que l'impétrant dispose d'une garantie financière, y'a plus de problème.

Ouais, après tout, du moment que le client futur sera garanti qu'il ne perdra pas le fric qu'il aura durement investi dans son voyage quelle importance.

Sauf que, si les nouveaux venus sont garantis par l'APST et qu'ils tombent du mal des macaques (c'est le terme pour défaillir), leurs clients auront la chance de pouvoir poursuivre leurs vacances.

Pour les autres, on rembourse et basta !

Sans vouloir jouer les Cassandre, je trouve ça un peu dommage, surtout à l'heure où les agences de voyages doivent se démener face aux multiples officines de tourisme en ligne et prouver au chaland leur plus-value.

Le Snav a beau annoncer que (et je cite) "C'est la compétence qu'on trouve au sein des points de vente qui compte véritablement. Et cela repose sur la qualité des collaborateurs qui y sont employés". Perso, je ne vois pas trop comment ça pourrait se passer si un ex-marchand de godasses (ou de fringues, c'est au choix) décidait d'un coup, d'un seul, de se lancer dans les voyages…

Vous me direz que même en achetant des godasses, on n'est plus sûr de rien. Alors le voyage, hein…

Lu 1697 fois

Notez


1.Posté par EUREKA le 06/01/2016 00:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
donc désormais on comprend enfin la signification de "plus-value d'un agent de voyages" : stricto sensu , c'est la somme de sa RCP+cotisation APST+contre garantie : il va y avoir du boulot pour faire réver le voyageur du futur .....

2.Posté par DE PROFUNDIS le 06/01/2016 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on lit, sur votre Mag d’hier, la déclaration de la secrétaire générale Valérie BONED (tiens je croyais que c’était Jean-Marc Roze) on ne peut que constater la regrettable apathie du SNAV.
Apathie surprenante car depuis l’application de cette ordonnance, le SNAV a-t-il encore une raison d’être ?

3.Posté par Martino180 le 06/01/2016 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce métier est un métier de commerçant et un diplôme ne fait pas de vous obligatoirement un commerçant.

C'est la qualité du service et l'écoute qui fait de vous un bon commerçant ou pas.

En Allemagne et en Angleterre, il n'y a aucun critère particulier ni aucun diplôme pour devenir agent de voyages et ce depuis très longtemps.

Et si, comme semble le dire Tourmag, le fait de n'avoir pas un diplôme de tourisme les rend incompétents, c'est quand même eux qui ont racheté nos fleurons français sensés être la fine fleur de la culture touristique : Nouvelles Frontières, Thomas Cook (ex-Havas), Marmara, Starter et j'en passe...

4.Posté par Tarnal le 06/01/2016 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
A quel endroit faut-il s'adresser pour rendre voir même vendre ses diplômes ?
Puis-je me reconvertir en ministre avec ma reconversion financée par le gouvernement ?
Pour exercer cette fonction de ministre faut-il uniquement de l'argent à défaut de compétences ?

Nivelons vers le bas, nous avons parfaitement raison !
Creusons , creusons..., le trou sera tellement grand que nous pourrons bientôt tous y plonger !!!

En fait j'ai un peu de trésorerie, j'hésite à me reconvertir en médecin ?
Ce n'est pas possible .....pourtant j'ai de l'argent je vous dis ...Faudrait aussi penser à libéraliser tout ça.!!!....

5.Posté par Papadopoulos le 06/01/2016 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour et Bonne Année à toutes et à tous,
Le fait de supprimer la condition d'aptitude professionnelle pour l'exercice du métier d'Agent de Voyages, ça ne semble pas si bête que ça. Et pour cause:
- Primo: Martino a raison quand il évoque le succès de nos voisin et quand on regarde de plus près en France, on voit que les belles réussites professionnelles (notamment sur le web) sont des entreprises fondées par des entrepreneurs qui viennent d'autres secteurs et qu'ils on appliqué des méthodes différentes à notre métier. Pourquoi pas ne pas se renouveler?
- Secundo : il va y avoir forcément une cassure entre les "Pro" du tourisme qui vont faire le vrai métier et les autres qui vont faire du services bas de gamme et qu'ils vont disparaître à terme. Un peu comme dans la restauration où on trouvera des agences 3 étoiles et du fast book.
A moins que la nouvelle donne Internet qui note le service de chaque agence, incitera les derniers de la classe de se remettre en question pour rester dans le bon wagon.
Qui vivra verra...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com