TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom: Fram, des affranchis qui n'ont rien franchi du tout !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Mardi 20 Octobre 2015

On se croirait presque chez Scorcese dans son film les Affranchis. A contempler la saga de Fram, on s'y croirait presque, sauf que les "familles" ne sont pas forcément celles que l'on croit et que les mauvais ne sont pas forcément les bons… Ou vice-versa ?



Fram, c'est encore mieux que de Niro, Scorcese et Joe Pesci réunis. Une violence toujours feutrée, avec parfois quelques dérapages sanglants, des murmures, du bruit, de la fureur, parfois un brin de tendresse vite noyée dans le mensonge. Un quartier entier de spectateurs passifs, soumis et le tour est joué - DR
Fram, c'est encore mieux que de Niro, Scorcese et Joe Pesci réunis. Une violence toujours feutrée, avec parfois quelques dérapages sanglants, des murmures, du bruit, de la fureur, parfois un brin de tendresse vite noyée dans le mensonge. Un quartier entier de spectateurs passifs, soumis et le tour est joué - DR
Si chacun se souvient encore de ce merveilleux (enfin, façon de parler) film de Scorcese, les Affranchis, on ne peut que revenir chez Fram et la grande vadrouille qui en découle en ce moment.

Sans vouloir faire de comparaisons hasardeuses, cette aventure sent plutôt le pâté, sans vouloir faire du de Niro de bas étage. Et que, maintenant, une bonne fois pour toutes, va falloir choisir sa famille.

Wise Guys, c'est bien le cas de la dire, ce qui, en bon français vachement bien traduit, peut amener à traduire Rusé, finaud...

A condition d'être affranchi : bien averti, on peut choisir sa famille, non pas en connaissance de cause, mais en fonction d'intérêts plus ou moins construits.

Fram, c'est encore mieux que de Niro, Scorcese et Joe Pesci réunis. Une violence toujours feutrée, avec parfois quelques dérapages sanglants, des murmures, du bruit, de la fureur, parfois un brin de tendresse vite noyée dans le mensonge.

Un quartier entier de spectateurs passifs, soumis et le tour est joué.

Des fortunes faites, défaites, refaites et finalement, à l'arrivée, la déchéance et la mort…

Je caricature, bien sûr, mais tout est là.

Un padrino (traduisez par parrain), affable, charismatique, paternaliste, sourd (ou plus exactement non entendant), affublé de consigliere pas franchement affutés, une famille qui voudrait exister en devenant chef à la place du chef.

Ajoutez à cela d'autres "bandes", issues de différents quartiers plus ou moins ethniques et le décor est planté.

Mais bon sang, comment en est-on arrivé là ? Certes, me diront les plus optimistes, rien n'est encore joué et le gang venu de l'orient lointain, bien que les rumeurs courent à grande vitesse, n'a encore rien dit…

Rien de rien, mais n'a pas non plus montré le moindre fifrelin…

Et, tel le joueur digne de Macao, par exemple, ne semble pas décidé à miser un yuan sur le voyagiste, alors que seulement trois jours plus tôt, les dés semblaient jetés…

Mais dans cette grande partie de poker menteur, on peut aussi se demander si la famille et le parrain ont vraiment su jouer. Que sont devenus, en à peine deux ans, les 15 millions de la vente des Baléares, les 50 briques du Moyen Orient ?

C'est vrai que madame Nièce a vraiment bien œuvré, avec ses contrats…

Et que vont devenir les "hommes de main" de la famille ?

Si j'en crois les vrais chiffres, c'est quand même une bande de quelque 2000 personnes à travers la tentacule framesque. Pas les 800 que les plus optimistes veulent nous montrer.

L'entrée dans le jeu de Selectour, ne serait-ce pas non plus une manœuvre dilatoire de la part de chinois qui, malgré leur grande disponibilité financière, seraient quand même tentés de dépenser le moins possible ?

Ou alors, pour une fois, le malin matou aurait été manipulé à l'insu de son plein gré ?

Quant à l'autre candidat, tapis dans le coin mais griffes affutées, l'enjeu pourrait aussi être de taille : l'acquisition, à moindre frais de la princesse du voyage quasi déchue, pourrait lui donner vis-à-vis de son bailleur de fonds, LBO, une nouvelle notoriété et faire oublier la profonde tristesse financière dans laquelle il vit…

Sans oublier, bien sûr les quelque hommes et femmes de "main" lesquels se réjouissaient la semaine dernière et qui s'apprêtent, demain, à pleurer…

Pitoyable !


Lu 2668 fois

Notez


1.Posté par CONtribuable furax le 20/10/2015 06:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo, tout est dit !

Sous prétexte d'éviter une "catastrophe nationale", espérons que ce ne sera pas le pognon du contribuable qui viendra sauver la mise de milliardaires qui ont dilapidé les réserves de leur boîte en toute indécence alors que les clignotants étaient déjà au rouge...

Messieurs du gouvernement, il serait temps de légiférer sur ces monstruosités privées dont les conséquences sont assumées par les deniers publics, plutôt que de persister à balancer des fortunes sous forme de pactes pour l'emploi, CICE et autres gaspillages, sans obligation de résultat !

2.Posté par Mur du çon le 20/10/2015 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Celui là a été franchi depuis bien longtemps !

Cette entreprise s'enlise sous le regard lucide mais impuissant d'une majorité de salariés qui compensent comme ils le peuvent la formidable incurie de tristes sires cireurs de pompes et l'incapacité des actionnaires à faire taire leurs égos pour faire les bons choix. La crise a bon dos.
Et finalement, nous sommes là, au pied de ce fameux mur, vivant au rythme de vos parutions dans l'attente de lire dans vos pages et celles de vos confrères ce que sera notre avenir. Entre affirmations et démentis, nous avons le tournis.
Démentir, c'est bien, aboutir c'est mieux ! On achève bien les chevaux !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com