TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : Fram, halte à la bêtise syndicale !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Lundi 21 Novembre 2016

Les syndicats de Fram ont décidé d’appeler les salariés du voyagiste à faire grève cette semaine. Sans doute, droits dans leurs bottes, ces gens totalement irresponsables préfèrent mettre en jeu la pérennité d’une entreprise encore en convalescence…



LBO France n’est pas un philanthrope, loin de là. Néanmoins et en toute objectivité, le sauvetage n’est pas une affaire aisée. Le voyagiste, qu’on le veuille ou non, perd encore de l’argent, largement plus que prévu au business plan original © Myst - Fotolia.com
LBO France n’est pas un philanthrope, loin de là. Néanmoins et en toute objectivité, le sauvetage n’est pas une affaire aisée. Le voyagiste, qu’on le veuille ou non, perd encore de l’argent, largement plus que prévu au business plan original © Myst - Fotolia.com
J’avoue une totale incrédulité en découvrant l’ampleur de l’irresponsabilité de personnes qui maintiennent leur emploi en occupant un poste de responsable syndical.

N’étant pas particulièrement versé dans des positions radicales, l’annonce par l’intersyndicale de Fram d’appeler à une grève, même mineure et inconséquente, me trouble profondément.

Le voyagiste a échappé de justesse à la faillite.

Et ses salariés ont évité, grâce à leur repreneur, LBO France, adossé au groupe Karavel/Promovacances, une visite de courtoisie chez Pôle Emploi.

LBO France n’est pas un philanthrope, loin de là. Néanmoins et en toute objectivité, le sauvetage n’est pas une affaire aisée.

Le voyagiste, qu’on le veuille ou non, perd encore de l’argent, largement plus que prévu au business plan original.

Il n’empêche que LBO France, persuadé du bien-fondé de son opération, a rajouté encore un peu de fric au pot.

Dominique Gobert et chien Charly - DR
Dominique Gobert et chien Charly - DR
Et n’a procédé à aucun licenciement !

Bien sûr, les mauvais imbéciles syndiqués iront cracher dans la soupe, arguant que la situation délicate de leur entreprise n’est pas de leur fait…

Ben c’est quand même la faute d’un peu tout le monde, même si de graves erreurs ont été commises en d’autres temps.

Curieusement, cette imbécillité flagrante de syndicats peu scrupuleux me rappelle l’attitude d’autres, ceux d’Air France notamment.

Ceux qui n’hésitent pas à torpiller leur entreprise, au risque de mettre des centaines de salariés sur le carreau. Mais toujours en préservant leur propre intérêt.

Tiens, juste pour l’anecdote (et je l’ai vérifié), l’un des syndicalistes de Fram a demandé à rencontrer l’avocat de la société afin de bénéficier d’une "rupture conventionnelle".

Ce même syndicaliste, qui ne me prend plus au téléphone mais qui, lors de la tourmente de la vente, l’année dernière, me pleurait dans l’écouteur afin de bénéficier d’une prise de position éditoriale !

Fin de la parenthèse.

C’est vrai, les nouveaux dirigeants de Fram cherchent à réduire les dépenses.

C’est vrai qu’en juillet de cette année, certains accords d’entreprise ont été dénoncés.

Non pas unilatéralement, comme le dénoncent ces syndicats, mais en toute transparence, en attendant les futures négociations.

Et ce sont quand même quelque 6 millions d’économies qui devraient être réalisées, en attendant le renouveau.

En contrepartie d’ailleurs et en préalable à toute discussion, la nouvelle direction, dès le retour à la rentabilité, a promis une répartition du premier million gagné !

En attendant, les syndicats hurlent au charron parce que des avantages sociaux vont être abrogés : finis les trois jours de carence maladie, ce qui donnait lieu à un absentéisme quasi légal.

Finis les tickets restaurants. Mais compensé par un lieu de restauration. Faut juste apporter la gamelle.

Finies les « pauses rémunérées ». Comment, vous ne savez pas ce que c’est ? Deux heures trente par semaine, payées, mais pas travaillées !

Je me marre en lisant les déclarations syndicales, particulièrement ce représentant du personnel prié de prendre la place de la direction et de « faire des propositions concrètes ».

Ben non, le syndicat est pas fait pour ça. Parce qu’il est incapable d’être force de proposition. Juste d’opposition.

Dommage, parce que la sauce commençait à reprendre et la confiance semblait revenir entre les distributeurs et ce vieux voyagiste qui reste, malgré tout, français.

En attendant, 400 personnes pourront bientôt remercier leurs syndicats de leur offrir de belles vacances, payées par Pôle Emploi !

Je comprends mieux la montée en puissance des Trompettes et autres Peines !

Lu 4523 fois

Tags : Fram, syndicats
Notez

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

25.Posté par Papadopoulos le 28/11/2016 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,
Je vois pas mal de choses écrites ici et là, mais je m'interroge sur le rôle de chacun:
- les Syndicats: ont-ils assez expliqué aux salariés la situation? Je ne veux pas critiquer, mais généralement les élus DP, CE et surtout DS entrent dans une réunion avec leurs idées et ils ressortent avec les mêmes idées. Si la partie adverse ne plie pas, ils crient au scandale et appellent à la grève. C'est ce qui se passe souvent. Je ne veaux pas généraliser, mais j'ai été élu CE et j'ai vu de l'intérieur comment les syndicats procèdent. J'espère juste que chez FRAM, le temps de dialogue a été bien employé par les syndicalistes. Et quand je dis "dialogue" ce n'est pas un mail, un tract ou un texte sur l'intranet de l'entreprise. C'est bien du dialogue "porte-à-porte" des bureaux qu'il s'agit, pour échanger avec les salariés.

- les Salariés: je pense sincèrement qu'ils sont les grands perdants de l'histoire. Ballotés (pour ne pas dire manipulés) par une ou autre de parties, ils ont envie de croire ceux qui leur font les plus belles promesses. Mais malheureusement, la situation réelle est souvent différente de celle qui leur est présentée. Et comme aucune de parties ne veut pas assumer la responsabilité du fiasco, tout le monde est tacitement d'accord pour se diriger vers un naufrage collectif. Et si les salariés se passeront de leurs élus ? Et si ils demanderont à leur Direction de venir leur expliquer en Assemblée Générale la réalité de la situation? Sans filtre et sans interprétation des syndicats.

- la Direction: elle doit se poser la question si elle a été assez franche avec les actionnaires. Est-ce qu'elle a expliqué les risques d'une telle stratégie, ou elle a minimisé le volet social ? Peut-être qu'elle a dit aux actionnaires que ce qu'ils avait envie d'entendre.

- les Actionnaires: eux aussi doivent assumer le risque d'échec s'ils continuent à demander de la rentabilité à contre-courant de la situation.

Toutes ces questions, ne sont que des hypothèses de ma part et je parle sans connaître le fond des choses. Je n'ai pas la prétention d'avoir la baguette magique, ni de donner des solutions miracle. Je voulais juste faire un parallèle avec mon expérience que j'avais connu dans 2 entreprises: la première c'était une entreprise para publique, joyau du tourisme social que l'irresponsabilité des syndicats associé à l'incompétence du Directeur Général nommé par les Ministres de Tutelles ont emmené l'entreprise au bord du gouffre. Quand j'ai demandé l'aide de mon syndicat que je représentais (CFDT), ils n'ont même pas pris la peine de décrocher leur téléphone. Le représentant de la CFDT au Conseil d'Administration m'a sèchement répondu qu'il faut voir avec la CFDT Services. Après moulte relances, j'ai eu juste un mail sui me communiquait les avocats susceptibles de m'aider et que la CFDT pourrait sous conditions prendre en charge le coût de la 1ère consultation.

Après, j'ai travaillé pour une entreprise britannique qui avait décidé de délocaliser une partie de ses services de Londres à Chypre. Les représentants "syndicaux" ont fait un travail formidable en échangeant avec nous, nous expliquant la situation, sans rien nous promettre et sans filtre. La Direction souhaitait aller de l'avant, c'était quitte ou double : soit on fermait soit on continuait. Et le CEO a été clair: il ne voulait pas perdre son investissement et son temps passé en mettant la clé sous la porte, donc la seule solution était de délocaliser. Mais, chacun des salariés qui a été licencié a reçu des lettres de recommandation et le soutien des ressources humaines qui les ont recommandé auprès des autres sociétés quand ces salariés étaient en phase de recrutement.

Je pense sincèrement que ni le personnel, ni la Direction ni les syndicats ou encore moins les actionnaires n'ont pas envie de saborder et voir couler le bateau FRAM.

J'ai une pensée pour tous et j'espère que FRAM reviendra à la place qui était la sienne.

Papa

24.Posté par Ophélie Dehail le 24/11/2016 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LBO FRANCE N'est qu un torpilleur d'entreprise , ils ont mis a plat PARIS CITYVISION avec la grande incompetence de ANNE YANNIC pdg de l epoque , MR Dominique penchez vous un peu sur le cas PARIS CITYVISION entreprise torpillée egalement .

23.Posté par Christian Jean le 24/11/2016 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"L'inter syndicale de FRAM (CGT, CFDT, FO) a maintenu son appel à cesser le travail ce jeudi 24 novembre 2016. Les salariés qui souhaiteront suivre la grève, pourront suivre le débrayage de 14h à 16h30.

Un rassemblement est prévu en centre ville de Toulouse.

La réunion du 22 novembre dernier avec la direction ne semble donc pas avoir convaincu les syndicats. Ils jugent les propositions insuffisantes.

Au cœur des discussions : l'organisation du temps de travail et les baisses de salaires, estimées entre 7 et 10% respectivement selon la direction et les syndicats."






1.Posté par Christian Jean le 24/11/2016 14:44 | Alerter
Bonjour,
Voila comment un article « d’infos » doit être rédigé et c'est tout à l'honneur de la rédaction.

Aucun donneur de leçons (sous prétexte de libre édito) ne doit pour sa simple satisfaction intervenir ! …

Surtout EN AFFIRMANT n’importe quoi, sans aucune « info » depuis son simple fauteuil et son clavier parisien.
Mais sera-t-il encore à même de l’envisager, voir de le comprendre ce « Monsieur » je sais tout, je juge tout, du haut de mon ignorance intéressée … rien n'est moins sur, l'égo surdimensionné est (vis à vis de ses contemporains) un tel fléau.

Si ce Monsieur le fait réellement "gratuitement", c'est pire, c'est un triste vieux ...

Cordialement.

22.Posté par DUBITATIF le 24/11/2016 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
et pendant ce temps-là Airbnb a lancé son activité d'agence de voyages , et Ctrip vient de racheter skyscanner : l'avenir de Fram c'est peut-être plutôt là qu'il se joue, non ???? si toute l'énergie dépensée ici par le "monde des entreprises du voyage" (et ses relais journalistiques) était utilisé pour réfléchir à comment lutter et/ou s'adapter aux tsunamis qui déboulent, l'avenir des salariés de Fram serait peut-être se dessinerait peut-être mieux ,non ???

21.Posté par CFDT-Services le 24/11/2016 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La CFDT-Services s'étonne que dans son éditorial, qui engage l'ensemble de la rédaction, Dominique Gobert manque autant de déontologie et de respect envers les salariés qui prennent le risque de s'engager pour défendre leurs collègues.

En faisant d’un cas particulier - et apparemment personnel auprès d’une organisation autre que la notre- une généralité, il induit en erreur et masque le travail et l’engagement des militants syndicaux qui vivent une situation très difficile à Fram et sont force de proposition.

Notre section à FRAM SAS a accompagné les salariés durant toutes les étapes du dernier PSE et est à nouveau mobilisée dans la période tumultueuse du rachat, marquée par une dégradation rapide et violente de la situation sociale.

En parallèle d’un rythme effréné de ruptures conventionnelles, tous les accords du groupe FRAM, garants d’une amélioration des conditions de travail et d’une adaptation aux réalités du secteur, tombent sans laisser le temps de les renégocier. De plus, les avantages sociaux sont drastiquement supprimés : tickets restaurants, RTT, plans d’épargne…

Dans ce climat délétère, la section CFDT multiplie les propositions et rencontres avec la direction, les autres syndicats, et surtout avec les principaux concernés : les salariés.

Nous saluons également l’effort qui est fait pour travailler en intersyndical à l’heure où la cohésion est attaquée dans ce « texte » du site professionnel Tourmag.

La Fédération des Services CFDT réaffirme sa confiance et son soutien à sa section, et ne laissera pas les salariés être culpabilisés pour masquer la violence d’une stratégie de restructuration de la responsabilité de ses dirigeants.

20.Posté par Martine BARREYRES le 23/11/2016 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Gaubert, sous l'ère COLSON vous étiez du côté des salariés lors des revendications, vous avez retourne votre veste ! Un chèque sympa ? J'ai 55 ans et licenciée en décembre dernier , j''ai toujours été un bon soldat mais les conditions des salariés étaient trés acceptables par rapport à l''ensemble la profession donc je ne voyait pas l'intérêt de mettre notre maison a mal en donnant du grain à moudre à vos articles assassins qui ont contribues à notre perte ... je vais même dire ce que je n'ai jamais dit à l'extérieur en 35 ans de carrière chez FRAM , je suis la belle fille de G COLSON débarquée comme une minable il y a 11 mois par ces racheteurs sans foi ni loi ni compétence. Même si les dernières années furent compliquées , le facteur humain existait encore. Depuis 1 an, le ROI est ROI que ce soit vis à vis des salariés et pire encore, vis à vis des clients qui payent et payent en plus les pots cassés dus à une politique qui n'est que financière. Nous n'étions pas habitués à cela ...
À bon entendeur....

19.Posté par boop le 23/11/2016 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ah ah M. Gobert, vous êtes troublé, nous en Colère!
Salariée Fram depuis de nombreuses années, je continue d'être investie et passionnée par mon travail. Les conditions changent et nous nous adaptons, sans les "heures de pause dites rémunérées", non pratiquées dans nos agences!!!
Les syndicats sont juste le reflet de notre colère et nous les encourageons à se battre pour nous permettre de maintenir nos maigres avantages. Je n'ai jamais fait grève de ma vie et n'en avais pas l'intention ... mais après des années de travail assidu sans aucune augmentation de salaire, je ne peux concevoir de continuer à perdre les moyens d'une existence bien modeste : vous payez vos notes de restaurants et vos voyages .. soit. Sachez , M. Gobert qu'il ne m'est plus possible de m'offrir ni l'un ni l'autre. Quant à vous, cher salarié Karavel, je ne peux que vous remercier de votre soutien. Nous nous comprenons.

18.Posté par sosotunbi le 23/11/2016 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Salarié Karavel merci de votre soutien mais surtout un GRAND
Merci Mr GOBERT votre torchon hargneux, irrespectueux reportant étrangement les mots de la direction à permis aux hésitants de comprendre ce que signifie le mot manipulation non nous ne sommes ni des nantis ni des pleureuses pour répondre à Mitigée et épargnez nous les discours moralisateurs des équipes Karavel...il me picotte de faire un article sur la mutualisations des services ou plutot sur la fuite des services .....

17.Posté par Wannabee le 23/11/2016 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La direction un peu de sociale non de dieu !!!

16.Posté par Salarié karavel le 23/11/2016 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Travaillant depuis plusieurs années au sein du groupe karavel je ne peux qu'encourager de tout mon coeur la prise de position des salariés de fram.
Ils ont raison en tous points. En effet il n y a aucun avantage à travailler dans ces conditions. Nous ne percevons aucun avantage si ce n est une réduction de 30 cts à la boulangerie du coin que nous nous empressons de manger dans une petite salle déprimante. La prime de participation ne nous est plus versée depuis 2 ans soit disant pour générer des investissements et garder des salariés qui finiront par devenir des travailleurs pauvre. Le PDG devrait sortir de sa maison cossue des hauts de seine et venir voir la réalité sociale et familiale de ces salariés.
Encore de tout coeur avec nos collègues du groupe fram. En espérant que cet élan de combativité monte jusqu'à Paris. Il suffit parfois d'une petite étincelle pour tout embraser...
Cordialement.

15.Posté par Christian Jean le 22/11/2016 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir M.Gobert,

Le proverbe chinois est : "Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt"

Mais depuis le temps que vous le citez, pour dénoncer l'incapacité des lecteurs de TourMag de comprendre "vos vérités" il serait temps de le transcrire correctement.
.
votre dernier post est triste, vous êtes tellement certain de votre vérité que vous vous enfoncez ...

Je ne suis que responsable d'une PME et je dois vous dire que si vos propos peuvent (parfois) être amusants (bien que très poujadistes), il n’en reste pas moins que le plus souvent vous n’avez aucune notion de géographie, que de rares « relents » d’économie une grave ignorance de la réalité des agents de voyages et vous continuez (malheureusement) dans votre approche de la retraite à perdre tout contrôle avec la réalité.

Mais avez vous pleinement conscience que vous écrivez votre « savoir » dans un journal qui s’adresse à des professionnels et le fait de mépriser les moins disant ceux qui eux travaillent qui le plus souvent en connaissent bien plus que vous sur ce métier et qui le vivent le plus souvent plus de quarante heures par semaines (et pas quelques dizaines de minutes pour mériter que votre éditorial vous « fournisse » votre solde au quotidien.)

Respectez les personnes dont vous ne connaissez ni la vie, ni les souffrances, ni les abnégations pour survivre quand ils ont tout donné. Arrêtez d’écrire de plus en plus n’importe quoi, ou mieux pour vous continuez dans « votre spécialité » les cancans, mais pourquoi pas ne pas postuler pour Voici, Gala ou Rivarol … Mais pour les pros du tourisme, ne sortez surtout pas de votre spécialité les anecdotes et autres colonels qui possiblement réussissent à en ravir plus d’un.

Avez-vous en dehors de toute « théorie » la notion du mot respect ou êtes-vous platement au service de ceux qui en ont les moyens ? …

Cordialement.

14.Posté par Dominique Gobert le 22/11/2016 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh oui, comme d'habitude... Comme le disait le vieux chinois, "quand on lui montre le ciel, le fou ne regarde que le doigt" ou quelque chose de ce style.
Je crois avoir défendu avec énergie les salariés de cette entreprise, de même que je trouvais le projet de NG Travel beaucoup plus cohérent, même s'il comprenait un certain épurage.
Mais après tout, si vos syndicats, qui ont encore une fois prouvé leur compétence et leur sens de l'économie, sont capables de redonner confiance à la profession et à l'ensemble des distributeurs, je suis tout prêt à reconnaître leur compétence.
On voit ce que ça donne chez Air France...
Quant à ceux qui ont pondus ces commentaires ignobles, je m'y attendais, hélas. Comme ils le disent eux-mêmes, je fais parti des nantis, pétés de thunes comme se plait à le répéter un copain à moi. Et mes repas, effectivement, je les paye! Mes voyages persos aussi...
Ces syndicats me rappellent ces bons vieux militaires qui exhortaient leurs pauvres soldats à aller à la boucherie: En avant, allez mourir, on vous suit!

13.Posté par UNE ANTI GREVE QUI RISQUE DE FAIRE GREVE le 22/11/2016 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je m'adresse à Mitigée...

J'aimerais connaître le taux de turn over chez Karavel... Parce que depuis un an, je goûte au non management de votre équipe de Direction. Excusez-moi de le dire... Elle est catastrophique car inexistante.
Effectivement, LBO et Karavel ont sauvé mon poste il y a un an. Croyez-moi, j'étais la plus heureuse et prête à me dévouer corps et âmes à ces sauveurs.
Je les ai remerciés et ai courbé l'échine et j'ai bossé du mieux que j'ai pu.
Ils sont peut-être de bons financiers, mais ils n'ont pas su faire adhérer leurs équipes à ce beau projet. Excusez-moi de le dire, salariée Karavel Mitigée, mais nous aussi, nous avions des choses à leur apprendre. Ils n'écoutent rien. Qu'on le dise en douceur, avec humour, ils ne nous comprennent pas et nous ressortent toujours le Old Fram. Qu'ils arrêtent et nous fassent adhérer à leur projet et croyez-moi, les équipes Fram se mobiliseront.
A la base, je suis contre les grèves... Je suis la première à grogner quand il y en a.
Mais, aujourd'hui, Karavel ne me laisse pas le choix. Grâce à eux, je comprends mieux le harcèlement, le découragement, l’écœurement.
Nous ne sommes pas obtus chez Fram et nous ne pleurons pas sur nos conditions de travail. Nous voulons simplement instituer un dialogue mais pas de sourds!

12.Posté par Le Petit Prince le 22/11/2016 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quel déchaînement de rancœurs !
Tête froide faut il garder !
Il appartient avant tout à la Direction de partager la vision et l'espoir d'un avenir meilleur à terme pour les collaborateurs., bien entendu en fonction du résultat.
Mais un perspective d'avenir doit se vendre. : donner de l'espoir, obtenir l'adhésion dans un retour à l'équilibre et de résultat.
La force de l'entreprise est dans la qualité du produit et la satisfaction du client !
La distribution vous tend les bras.
Soyez lucides, soyez conquérants et vous reprendrez la place que vous méritez.

11.Posté par Mitigée le 22/11/2016 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salariée Karavel, j'aimerai juste dire aux salariés Fram qui se plaignent de mettre autant d énergie au travail qu'à pleurer ... parce qu en attendant nombreuses sont les équipes Karavel mises à disposition pour que Leur Société comme ils le crient haut et fort, tente de remonter la pente.
Et je vous assure ils ne sont pas payés double ... n ont pas de ticket restaurant, ni de jour de carence .. mais se rendent compte du monde dans lequel ils vivent et connaissent la valeur du travail.
Vous restent à espérer que Lbo maintienne sa confiance sinon effectivement il risque d'y avoir beaucoup de casse.

10.Posté par La Fee clochette le 22/11/2016 13:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Gobert, quelle somme avez vous touché pour publier ce genre d'article ??!!
La team Karavel ne sont que des manipulateurs qui n'ont aucun respect pour leurs fournisseurs, leurs clients mais aussi leurs salariés !!! Prenez en conscience !!
Bien-sûr si les chiffres sont mauvais, c'est de la faute des salariés ! Ils nous considèrent comme des moins que rien !! Sauf que quand on les interroge, les questionne car oui on s'intéresse et on veut avancer et apporter des réponses décentes à nos clients, Beh il n'y a plus personne !! Évidemment c'est nous qui sommes nuls, des petits provinciaux !!!!
Je soutiens mes collègues et leur souhaite de rester bobiliser comme dirait notre chère Mme Cordier !!
Gardez confiance en vous, ce n'est pas vous qui êtes mauvais mais bien eux !!!

9.Posté par Christian Jean le 22/11/2016 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Xavier PAVUM-HIRZAT


Une phrase en fait à l’origine de Chateaubriand mais si bien « restituée » par M. Pierre Desproges

« Comme le disait le général de Gaulle peu de temps avant de couler : « la vieillesse est un naufrage ». Et nous sommes tous sur le même bateau, mes frères. Et nous voguons insouciants, jusqu’au jour où le miroir nous renvoie les premiers signes avant-coureurs de la dégradation du temps. »

Et le vieux Maréchal en était la preuve vivante quand presque tous entonnaient :

Maréchal nous voilà !
Devant toi, le sauveur de la France
Nous jurons, nous, tes gars
De servir et de suivre tes pas
Maréchal nous voilà !
Tu nous as redonné l'espérance
La Patrie renaîtra !
Maréchal, Maréchal, nous voilà !

Et pourtant, lui aussi se trompait …

Et oui, on en est la, c’est la fin et certains sont plus précoces que d’autres !
Mais ils ont une telle haute estime de leur égo qu'il leur est impossible d'en avoir conscience.
Mais personne n'est parfait.…

Cordialement

8.Posté par Envie de vomir le 22/11/2016 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Gobert considère qu'un ticket restaurant (entre autre)ou que le paiement des jours de carence.....ont mis l'entreprise en faillite ! Que les salariés sont responsables en partie de la faillite!
A priori, vu son grand âge, atteint semble-t'il de trouble de mémoire, Il oublie tous les articles qu'il faisait sur la Nièce !
Non le personnel n'a jamais coulé FRAM !
Mieux monsieur le moralisateur , le pêrsonnel n'a jamais exigé les répartitions exactes aux bénéfices, sommes auxquelles il avait droit en fonction des accords d'"entreprise !
Quant on ne connait pas les rouages d'une société.... on se tait !!!!
Quelle belle mentalité de nanti !! j'en suis révolté !
Je connais le régime accordé aux journalistes: VIP allant parfois jusqu' au FullCrédit en échange d' un "papier" positif.
Mr Gobert passe peut-être ses repas en note de frais lorsqu'il n'est pas invité! Il ne sait pas ce qu"est une cantine et emmener une gamelle!
Si LBO en est à regarder le prix d'un TR , quelle tristesse ! Pourquoi n'ont-ils pas laissé le bébé à NG TRAVEL qui était réaliste sur la situation de FRAM !!!

Oui,; je pense que vous ne savez pas que pour un smicard 4.5 euros de TR c'est énorme
au fait savez-vous combien coûte un pain au chocolat à Toulouse?
Savez vous combien de personnes sont en arrêt maladie pour dépression? Combien ont démissionné? Combien de services ont été fermés? Combien de collaborateurs sont rabaissés au rang d'agents de saisie et ne doivent plus penser,L'EX FRAM faisait partie, ne vous en déplaise, des sociétés ayant le moins d'arrêt maladie : quand on ne le sait pas ON SE TAIT Mr Gobert !!!
Et chez FRAM les salariés avaient la culture du Client et l'amour du travail bien fait !!
Hélas ceci n'est plus que Souvenirs souvenirs

De grâce Mr Gobert, avant d'écrire ce genre d'article calomnieux, venez faire un tour à TOULOUSE et interrogez le personnel: vous seriez édifié d'apprendre certaines choses et vous vous garderiez d'écrire ce genre d'article (peut-être dicté par le repreneur de FRAM ? on peut se poser la question.

7.Posté par Xavier PAVUM-HIRZAT le 22/11/2016 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dominique, on vous a connu plus et mieux inspiré.

Cet "article" pourrait vous faire poursuivre pour diffamation.
Il s'est vraiment passé quelque chose pour que vous perdiez les pédales à ce point, mais quoi ? Dites-nous, s'il vous plaît, pour éviter des hypothèses qui dégénéreraient ensuite en rumeurs.

Votre texticule grotesque et haineux viendra hélas apporter de l'eau au moulin de ceux qui vous considèrent déjà bien peu, en dépit de vos prises de position souvent dictées par un sens de l'impartialité et de l'équilibre que l'on cherchera ici désespérément.
Avez-vous dû produire ce texte dans l'urgence, cinq minutes avant le bouclage, ce qui vous aurait contraint à laisser de côté la sagesse dont vous savez faire preuve ? Ce serait une très faible et très insuffisante excuse.

Vous rendez-vous compte de ce que vous dites, et de la façon dont vous le dites ?
Et combien de fois avez-vous tourné vos neurones dans votre crâne avant d'écrire la dernière phrase, avec laquelle vous avez cru, sans doute, finir sur une touche de cet humour qui habituellement nous réjouit tant ? Car votre "article" est-il autre chose qu'un misérable exemple de ce populisme que vous faites mine pourtant de déplorer ? Oui, que vous embouchiez à votre tour cette trompette me fait bien de la peine ! Et il n'est pas très honorable que vous le fassiez en profitant de votre position, sachant que votre "article" restera, alors que les commentaires qu'il susciterait de la part de ceux qui se sentiront méprisés et insultés peuvent toujours, eux, être censurés.

Alors, de grâce, repensez un peu à la situation telle qu'elle est, ou mieux, informez-vous ! Demandez-vous ensuite, honnêtement cette fois, si avec un salaire net tournant autour de 1400 € (et je sais qu'ils ne sont pas peu nombreux ceux qui ont encore moins), et avec chien à charge, vous resteriez immobile dans le cas où les plans de votre direction menaceraient de vous faire perdre encore 10 ou 15 % de cette somme. Viendriez-vous alors sérieusement prétendre que c'est toujours mieux que rien, et que les circonstances obligent à s'en contenter ? Si oui (car tout est toujours possible, même sans mauvaise foi), cela signifierait que vous auriez vous aussi rejoint les rangs de ceux qui ne savent plus que tendre le coup sur le billot pour faciliter la tâche du bourreau.

6.Posté par DUTRONC le 22/11/2016 10:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher ami Dominique, ceci vous va à ravir.
J'ai légèrement modifier les paroles.

--------------------------------------------
LE JOURNALISTE

Je suis pour le journalisme
Je suis pour le capitalisme
Et pour le paternalisme
Parce que je suis opportuniste

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste
Je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je n'ai pas peur des syndicats
Ni même du patronat
Je fais confiance aux deux côtés
Et j'en profite pour mon pamphlet

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste
Je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je suis de tous les apéros
Je suis au SNAV, au CETO
Je suis de toutes les sauteries
Je suis le roi des nantis

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste
Je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je crie vive la rédaction
Je crie vive mon patron
Je crie contre les manifestations
Je crie contre ces sauvageons

Non jamais je ne conteste
Ni revendique ni ne proteste
Je ne sais faire qu'un seul geste
Celui de retourner ma veste
De retourner ma veste
Toujours du bon côté

Je l'ai tellement retournée
Que LBO me fait mousser
Aux prochaines élections
Je voterai pour Macron

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com