TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : SNCM, U Corsu est facétiu… et rigolu !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Jeudi 18 Février 2016

Le Corse est facétieux… et rigolo, pour ceux qui ne lisent pas cette langue (traduction libre de ma part) et il aime bien les longues histoires. Telle celle de la SNCM, qui n'en finit plus et ferait le bonheur d'un scénariste de séries télés. En tout cas, les épisodes sont à rebondissement garanti !



Le feuilleton SNCM se poursuit !  Patrick Rocca n'a pas encore acheté les actifs de la SNCM qu'il annonce vouloir céder la holding MCM (Maritima Ferries) à Corsica Maritima, l'un des anciens candidats à la reprise de la SNCM. Photo CE
Le feuilleton SNCM se poursuit ! Patrick Rocca n'a pas encore acheté les actifs de la SNCM qu'il annonce vouloir céder la holding MCM (Maritima Ferries) à Corsica Maritima, l'un des anciens candidats à la reprise de la SNCM. Photo CE
Après d'âpres discussions, batailles judiciaires, propositions diverses et variées, la SNCM, exsangue et à bout de souffle a fini, au gré des décisions d'un tribunal de commerce submergé, par être dévolue à Patrick Rocca le 15 novembre dernier.

Au grand dam de son rival, Corsica Maritima, candidat malheureux à la reprise.

Faut dire que les histoires corses, c'est pas simple à suivre. Déçu, Corsica Maritima, associé à un autre compétiteur, le groupe Berrebi, avait immédiatement lancé une autre compagnie, Corsica Linea.

Apparemment cependant, le camarade Rocca, adjugé par le Tribunal de Commerce, aurait simplement oublié de "signer" les chèques correspondant à la reprise, couvrant notamment le rachat des navires de l'ex-Sncm.

Ceux qui ne suivent pas pourront consulter mes confrères du Marin.

Mais voilà soudain que ça se corse (ben oui, j'allais pas décevoir mon bon Rick et les autres), mes confrères nous apprennent que finalement Rocca "dans un souci d'apporter à la malheureuse Sncm les moyens de son développement", a décidé de refiler 100% des actions de la SNCM (devenue mais qui le sait MCM, Maritima Ferries) et surtout de ses actifs, les navires.

Une belle opération, compte tenu du chèque qui attend toujours une signature !

En échange, Patrick Rocca devient actionnaire et membre du Conseil d'Administration de CM Holding : quelque 130 sociétés corses, 14 actionnaires qui représentent 90% du capital, selon Le Marin.

Ohhhh, comme on chante en Corse (version polyphonique), en signe de pace, CM Holding retire sa plainte "en annulation de la reprise par Rocca de la Sncm" et va mettre dans les caisses de la compagnie quelque menue monnaie.

Je cite : "CM Holding s'engage à abonder en compte courant les sommes nécessaires concomitamment à l’acte de cession et a déclaré être en mesure d’obtenir un financement bancaire approprié".

Au moins, pas encore de Corsu dans le maquis, mais quelle belle rigoladu !

D'autant qu'il existe quand même quelques conditions suspensives, telles que l'indique mon confrère Le Marin : " un accord syndical, une lettre de soutien de la Collectivité territoriale de Corse, l’accord du tribunal de commerce de Marseille, l’acquisition par MCM des actifs de la SNCM (que Patrick Rocca n’avait toujours pas rachetés et il est mis en demeure pour cela le 18 février devant le tribunal de commerce), l’obtention d'une lettre de confort de l’Autorité de la concurrence et d'une autre de la Commission européenne, garantissant la discontinuité économique et la conformité au droit européen de la subvention perçue dans le cadre de la DSP."

En fait, tout ceci est vachement bien ficelé. U Corsu est futé ! A preuve, dans le cas où ce montage réussirait, ce qui ne m'étonnerait guère, le siège de la compagnie ex-Sncm sera immédiatement transféré en Corse, à Ajaccio, avec le grand aval de la collectivité Territoriale de l'Île.

Et le Padre Rocca, de se fendre immédiatement d'une jolie petite note interne à l'attention des salariés, du style "De nombreux changements ont fragilisé le projet que je portais, (reprise en propre de la Sncm, ndDG) à commencer par la volonté de la Collectivité de Corse de réduire significativement le montant de la compensation de la DSP. (…) Soyez certain que ce rapprochement est la meilleure solution".

Comme quoi, pour reprendre sans un rond, faut être Corsu… et accessoirement couillu !

Eh oui, pas fous, les Corsus. D'ailleurs, ils ne s'en cachent même pas : pour avoir l'honneur de desservir cette île (de Beauté, à juste titre), faut être Corse.

D'ailleurs, une fois que les actifs, en l'occurrence les navires auront enfin été acquis, le Territoire a bien l'intention de les récupérer. Diablu, c'est quand même la collectivité Corse, au nom du Service de continuité territoriale, qui subventionne tout ça.

Au nom du "bien de retour" (un terme juridique qui signifie que les actifs d’une société qui a été financée par une collectivité publique dans le cadre d'un contrat peuvent lui revenir à son issue), finalement les navires ne couteraient rien à personne !

En revanche, les malheureuses Agences Aliso, en théorie propriétés de Rocca, personne n'en cause…

J'aime la Corse.

Sincèrement.

Lu 1950 fois

Notez


1.Posté par Christian Jean le 18/02/2016 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Une fois de plus il est regrettable que cet article (hormis faire sourire) n'apporte absolument aucune information et pour cause la seule source "d'investigation" est l'article d'un confrère qui ne fait que relater (certes fidèlement) l'évolution des faits.
Dommage il aurait été souhaitable de tenter de connaître la personnalités, le passé et la position sociale des différents intervenants de cette "mascarade" pour comprendre que rien dans ce dossier n'est du au hasard.

De plus Il est des transactions favorisées par la complicité des instances nationales pour limiter les conséquences d'une casse sociale ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com