TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : Tourisme parisien, rien ne va plus !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Vendredi 13 Mai 2016

Rien ne va plus à Paris ! D'abord, le tourisme continu à chuter librement, les hôteliers pleurent leur désespoir face au manque de clients, dénoncent aussi les Booking.com et autre sites de résa. Et la maire de Paris se bat contre AirBnb… et les vieilles bagnoles !



Les touristes vont-ils continuer à venir à Paris - Photo : J.D.L.
Les touristes vont-ils continuer à venir à Paris - Photo : J.D.L.
Le grand cirque dans la capitale !

Les hôteliers ne sont pas contents parce qu'ils n'ont plus de clients et que le peu qu'il leur reste est, selon les syndicats hôteliers, régi par "l'hégémonie des centrales de réservation". Avec en ligne de mire Booking.com !

Du coup, annonce notre confrère le Quotidien du Tourisme, l'Umih lance, en compagnie de l'Hotrec, une vaste campagne de communication, appelant les clients à "réserver leurs hébergements en direct" !

Il semblerait cependant que Booking veuille calmer le jeu et se soit engagé, dans une grande charte, à "assainir" ses pratiques. Y compris dans l'offre d'hébergement "touristique", genre location collaborative, pour faire dans le soft…

Tout ceci ne me paraissant qu'un bel effet d'annonce, mais il est vrai que c'est actuellement très tendance de passer à la désintermédiation !

Bon, tout ceci va trouver une solution… ou pas !

La Case de l'Oncle Dom : Tourisme parisien, rien ne va plus !
En revanche, le cas AirBnb continue d'agiter dans les chaumières, particulièrement à Paris.

Faut dire que Dame Hidalgo ne fait pas dans la dentelle. Encore que, si je me souviens bien, elle avait tenté de trouver un accord avec le site de réservation collaboratif, à condition que ces derniers "recueillent et reversent la taxe" !

Une sordide question d'argent, en quelque sorte ? Non, je ne peux le croire….

Toujours est-il que la mère de Paris ne va pas s'embarrasser dans les détails. Comme au bon vieux temps d'une période sinistre, suffit de faire appel aux "témoignages", anonymes de préférence.

Donc, la Mairie de Paris vient de sortir une sorte de "carte" recensant les propriétaires de logements "propres". Irréprochables même.

C'est sur le site Opendata.paris.fr, sur lequel on ne trouve que "seulement" 126 proprios "aux normes" de Dame Hidalgo.

Le plus drôle, c'est que la Mairie compte sur les syndics d'immeuble pour en quelque sorte, signaler à qui de droit les proprios qui n'auraient pas signalé leur activité de location… collaborative !

J'imagine aisément le climat de suspicion qui va commencer à régner dans les immeubles de la capitale ! Ambiance, ambiance, les concierges planquées derrière le rideau de leur loge notant scrupuleusement entrées et sorties, fronçant les sourcils au moindre visiteur suspect.

Et les voisins, l'œil collé au judas de leur huis, prêts à envoyer une lettre aux caractères découpés dans un vieux journal, afin de dénoncer tout locataire inconnu !

Faut surement parier que les services de la Mairie vont avoir du pain sur la planche. AirBnb présente sur son site quelque 60 000 hébergements dans notre belle ville.

D'ici à créer une "police spéciale" anti-location collaborative, y'a qu'un pas pour Dame Hidalgo, qui va devoir aussi et tant qu'elle y est, organiser des check points dans la capitale afin d'appréhender tous les véhicules nés en 1997 !

Allez, encore quelques efforts et nous n'aurons plus aucun touriste à Paris !

Lu 2282 fois

Notez


1.Posté par msabord le 13/05/2016 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La "mère" HIDALGO n'a pas encore compris ce qu'est le Tourisme, c'est un VRAI METIER , le défaut des politiques est de ne pas écouter les gens de métier ...Actuellement les touristes étrangers partent en Italie et en Espagne là aussi où les professionnels réceptifs " ne sont pas taxés de TVA sur la marge les rendant plus compétitifs! Combat depuis des années sans résultat au profit des destinations Italie et Espagne!!
Ces pays ont compris que les opérateurs du tourisme contribuent à faire rentrer des devises dans leurs pays... Quant aux logements collaboratifs , il faut être drastique , la " mère de Paris " peut très bien identifier ces hébergements via les sites de booking et autres sur lesquels ils sont présents.. Puis il faut mettre des règles en place bien réfléchies et bien pensées ??

2.Posté par PAULY le 13/05/2016 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour comprendre il suffit de regarder les télévisions étrangères et l'image que l'on donne de la capitale
française actuellement
C'est à se sauver !!

3.Posté par Bambino le 13/05/2016 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A 125€ / nuit pour un studio à Paris comment résister ? S'il est bien placé et sympa, le proprio peut se faire 20 nuitées / mois, soit 2500€ / mois. A ce tarif là, le crédit sera remboursé en 7 ans.
Que l'agent de voyage qui peut rembourser 2500€ / mois lève le doigt.

4.Posté par Bambino le 13/05/2016 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour Msabord:

Vous avez la mémoire courte mon cher: vous oubliez qu'Hervé Novelli avait consenti il y a quelques années une baisse de la TVA en restauration de 20% à 5,5% en échange des promesses que la corporation des restaurateurs s'est empressé d'oublier et de ne pas tenir. La TVA est même de 2.1% en Corse (pourtant je n'ai pas de souvenirs que les restaurateurs corses pratiquent des prix particulièrement attractifs)

Vous oubliez aussi que la TVA sur l'hôtellerie est de 10% (toujours 2.1% en Corse avec toujours cette absence de souvenirs des prix particulièrement accessibles dans les hôtels là-bas). Mieux encore: la TVA à 10% s'applique au 3/4 du prix de la 1/2 pension ou la pension complète. Mais les hôteliers sont encore plus futés: il commercialisent la chambre seule via Booking et facture de 7 € à 24€ le petit déjeuner. Si ! Si ! vous avez bien lu: 24€ le petit déjeuner au Hyatt Regency CDG. Autant dire que 48€ les 2 croissants, 2 jus d'orange et 2 cafés pris sur le pouce à 5h30, ça fait cher ! C'est du vécu, vérifiez, svp.

Mais il y a mieux: ces Petits Déjeuners ne sont pas vendus dans le prix de la chambre. Les hôteliers poussent pour que vous réservez la chambre et vous vendent sur place le petit déjeuner. Du coup cette prestation passe de 10% de TVA si elle était incluse dans la prix de la chambre à 5.5% en tant que restauration seule. Malin, non?

Et malgré tout cela, les prix des hôtels à Paris sont supérieurs de 15% à ceux de Londres (qui n'est pas réputée pour être particulièrement attractive du point de vue du prix de l'immobilier).

Donc pour récapituler, vous demandez cher msabord que les prestations hôtelières soient encore plus aidées ? Mais si on baisse les taxes, qui paye ? Nous tous. Et à qui ça profite ? Aux hôteliers qui rempliront leur poches et aux touristes.

Ben, voyons.... vous avez le sens de l'humour vous.
Du coup, la cremière et l'argent du beurre je vous les dépose où ? A côté du beurre?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com