TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : casse-tête chinois et questions (sans réponse) qui brûlent les lèvres...

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Lundi 26 Octobre 2015

Rien ne va plus dans cette incroyable saga Fram. Et comme personne ne sait plus rien, excepté les "acteurs", chacun y va de ses propos plus ou moins improbables. Parmi tout ce fatras, une foule de collaborateurs qui attendent de savoir à quelle sauce ils seront mangés…



Je reviens d'Egypte.

Et j'avoue avoir eu la tentation de comparer (audacieux, certes, mais…) la splendeur de cette civilisation il y a quelques 3000 ans et sa lente décadence, avec la splendeur de Fram et sa plus rapide chute !

Colson, Ramsès, même combat… Sauf que Ramsès a réussi à transmettre et faire durer son Empire.

Mais lui se voulait divinité suprême, tandis que Colson régnait sans vouloir écouter les voix des dieux.

On assiste en ce moment au résultat… Décidément, le monde est bien mal fait.

Si, au lieu de croire à son immortalité, Georges Colson avait eu l'habileté d'accepter la proposition formulée par Thomas Cook il y a un peu plus de cinq ans, (quelques dizaines de millions d'euros), il n'aurait aujourd'hui qu'à claquer des doigts et mettre royalement quelques euros symboliques pour récupérer cette entreprise !

Il aurait d'ailleurs été adulé… et pourrait songer à une retraite tranquille. Oui, la vie est mal faite… parfois !

Au lieu de cette sympathique hypothèse, chaque matin, quasiment, les collaborateurs de Fram attendent avec impatience et inquiétude, la parution des médias en espérant ne pas être trop vite détruits !

Psychologiquement, c'est aussi un cauchemar pour eux. Car, faut bien dire qu'ils ne sont pas ménagés par les annonces qui se succèdent à un rythme délirant. Un coup, ils sont rassurés par les chinois, le lendemain, c'est déjà foutu…

Certes, lorsque les "négociations" entre les différents repreneurs potentiels se sont déroulées, la confidentialité devait être préservée.

La Case de l'Oncle Dom : casse-tête chinois et questions (sans réponse) qui brûlent les lèvres...
Pour notre part, mis au courant, nous avons respecté cette confidentialité avec les plus grands scrupules, conscient que la moindre parution pouvait tout faire capoter.

Car rien n'est franchement clair dans cette affaire.

Pourquoi les chinois du groupe HNA, si tant est que ce groupe se soit vraiment intéressé à cette reprise, comme le suggéraient respectivement mes confrères du Monde et des Echos, se sont "brutalement" retirés ?

Que diable ont-ils découvert dans ces audits "de dernière minute" ?


Je ne peux quand même pas croire que ces chinois, rompus aux affaires, aient pu faire une proposition sans avoir eu en main toutes les données de l'affaire.

Quant au groupe PromoVacances/Karavel, si tant est que leur candidature à la reprise soit maintenue, que veulent-ils réellement ?

Leur intérêt est-il dans la reprise de l'ensemble des activités du voyagiste ou seulement dans une partie des "appartements" de Fram ?


Que signifie également le "retrait" subit, paru sur Infogreffe le 20 Octobre dernier, de Marie-Christine Chaubet du Conseil de Surveillance de Fram ?

Et que signifie cette déclaration, pour le moins improbable, de la présidente de Selectour Afat (candidat associé aux chinois de HNA pour la reprise du TO), conseillant à ses adhérents (qui, eux aussi découvrent telle une série télévisée les différents épisodes de cette histoire) de conseiller à ses membres (pour les clients groupes) "une certaine forme de prudence" ?

Il est vrai que, pour le moment du moins et à l'heure où j'écris ces quelques lignes, comme le souligne la présidente du réseau, nous sommes (et je la cite) "à moyen terme, en l'absence d'informations sur le projet de reprise et la stratégie du repreneur potentiel" !

Encore faudrait-il qu'il existe véritablement un repreneur potentiel... car pour l'instant la "reprise" qui se profile ressemble plutôt à celle d'un rapiéçage !


Lu 3460 fois

Notez


1.Posté par St Thomas Taquin le 26/10/2015 06:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lao Tseu a dit :

"Ceux qui savent ne parlent pas, ceux qui parlent ne savent pas, car le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles."

"L'échec est le fondement de la réussite". (euh... à inverser dans le cas de Fram...)

Le silence est un ami qui ne trahit jamais. (ça, c'est de Confucius)

Et puisque vous fûtes récemment en Egypte, tonton Dom', un proverbe arabe :

"Ne dis pas tes peines à autrui ; l'épervier et le vautour s'abattent sur le blessé qui gémit."

2.Posté par winflag le 26/10/2015 07:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un certain Louis Belmontet a écrit en 1861 : "La vanité, ce mal de soi que rien ne dompte, dîne avec la misère et soupe avec la honte".

Toujours d'actualité... Misère pour les uns (les salariés) et honte pour les autres (les actionnaires)... !

3.Posté par Travailleur pour la gloire le 26/10/2015 09:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et dans tous ça ... Les salariés seront ils payes a la fin du mois ????
On en parle ou non ?????

4.Posté par Martino180 le 26/10/2015 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout le monde parle et personne ne sait.
1- il était impossible à Colson de vendre seul car sa soeur bloquait la possibilité de vendre avec le pacte d'actionnaire d'alors.
2- si les chinois sont parti c'est pour 2 raisons : Marie christine a une fois de plus bloquer la vente et lorsque les chinois ont calculé le coût supplémentaire qu'allait représenté le nouveaux taux de commission TTC de Selectour (leur plus gros client) et les pertes supplémentaires que cela allait faire, ils ont préféré se passer de tels amis.

Bravo à l'équipe des stratèges de Sélectour... FRAM sera leur premier TO mis en dépôt de bilan avant de nombreux autres dans les prochaines années.

5.Posté par papagolf le 26/10/2015 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Si tous les TO intègrent cette augmentation de la rémunération dans leurs tarifs, ce réseau n'aura à terme plus rien à vendre", prévient un TO toujours en négociation, qui explique que les produits seraient alors proposés à des tarifs hors marché.
Tour Hebdo 21SEP2015...
Reprendre une société dont on a contribué à réduire les marges, c'est courant.
Trouver un partenaire pour réaliser l'opération, c'est une gageure.

6.Posté par Hélène le 26/10/2015 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'accord avec Martino et Papagolf: travailler avec Selectour c'est trop cher. Ce qu'ils demandent fait grimper la note et rogne sur les marges. Les fournisseurs n'ont que 2 choix: soit vendre an quasi-perte ou à marge nul, soit augmenter les tarifs publics par maintenir leur marge, mais là ils seront hors marché. Comme les tarifs des agences Selectour seront supérieurs aux tarifs des autres agences, ils ne vendront plus rien via le réseau AS. Mais pour continuer à être référencé, il faut qu'ils mettent la main à la poche pour payer les frais marketing, investir dans les nouvelles technologies pour répondre aux besoins du réseau, etc...
Malheureusement, FRAM est aussi (entre autres) l'exemple d'un TO détruit par son partenaire principal.
Laurent Abitbol disait récemment (concernant Selectour): "en tant que distributeur c'est super, on encaisse beaucoup, les contrats sont bien négociés. En tant que producteur (Aerosun - Voyamar), c'est très difficile".

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com