TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : ces oubliés du buzz 2016… qui ont fait du bruit !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Vendredi 6 Janvier 2017

En relisant notre rétrospective de ceux qui « ont fait le buzz » dans le secteur du tourisme, je m’aperçois finalement que nous avons oublié pas mal de monde. A commencer par ceux qui poursuivent sans vergogne un chemin pas toujours glorieux…



Certaines personnes ont été oubliées dans notre rétrospective de ceux qui « ont fait le buzz » dans le secteur du tourisme. A commencer par ceux qui poursuivent sans vergogne un chemin pas toujours glorieux… - DR : Fotolia, WoGi
Certaines personnes ont été oubliées dans notre rétrospective de ceux qui « ont fait le buzz » dans le secteur du tourisme. A commencer par ceux qui poursuivent sans vergogne un chemin pas toujours glorieux… - DR : Fotolia, WoGi
Et par exemple, notre IATA favori (ou favorite), on ne sait pas trop à quelle dénomination le (la) mettre.

Cette belle association, que certains (mais pas moi), n’hésiteraient pas à qualifier de bande organisée, cette association de compagnies aériennes va surement faire quelques dégâts auprès des distributeurs en France.

Mine de rien, malgré le combat plutôt musclé que mène le syndicat patronal, IATA va finir par imposer ses critères de paiement en France.

Ce pays, qui reste encore l’un des rares avec Israël, à refuser le versement des recettes encaissées par les agences de voyages chaque quinzaine.

D’ailleurs, dans le même registre, on remarquera aussi que le brillant Begougne de Juniac, par souci de briller enfin après sa prestation pour le moins terne chez Air France, aura choisi la retraite sans grande gloire pour filer chercher un siège de président chez cette même IATA.

Et puis, au moins à Genève (siège de IATA en Europe), c’est plutôt confortable…

Et tiens, en parlant d’aérien, voilà aussi des gens qui ont fait le « buzz », par souci surement de défendre (n’est-ce pas leur rôle ?) les salariés de leurs sociétés respectives.

Juste pour rire et en passant, bravo pour les prestations extraordinaires de ce SNPL, particulièrement chez Air France.

Combien ont coûté les différents mouvements de grève, aux prétextes que je ne préfère même pas retranscrire ?

Ça aura quand même coûté des millions à nos compagnies aériennes, provoqué des crises de nerfs pas possibles auprès de ces agences de voyages qui seront quand même obligées de passer sous le diktat des compagnies aériennes et mis à bas la présence du pavillon aérien français sur le marché mondial…

D’ailleurs, chez Air France, on aura poursuivi jusqu’au bout la stupidité, alimentée par une présence de « politiques » qui interviennent comme au temps où la compagnie était une compagnie purement étatique. Et avoir éliminé Lionel Guérin d’une direction générale à laquelle il aurait surement brillé est une faute majeure.

Comme je suis assez cool, j’oublierai aussi très benoîtement la triste affaire de FRAM et ses péripéties pour son rachat.

On va oublier aussi les vautours et autres amateurs de bonnes affaires qui ont tournoyé autour de cette entreprise…

Et, dans ce buzz, faut quand même saluer que dans cette profession, ultra misogyne, pour la première fois, nous aurons une femme à la présidence de cette association de garantie financière, l’APST.

Dame Philipon, première dame dans une institution professionnelle aura été élue par ses pairs et c’est bien.

On pourra regretter toutefois que l’ancien président, Raoul Nabet, ait été écarté peu élégamment de toute fonction au sein du conseil d’administration. Il est loin d’avoir démérité, dans cette tourmente qui aura quand même marqué salement cette année 2016.

D’ailleurs, dans la partie « écarté » pas très élégamment, je remarquerai aussi la montée en puissance du groupe TUI et l’éviction quasi instantanée de Patrice Caradec à peine le groupe Transat France racheté par les Teutons.

A moins, bien évidemment, que tout ceci ait été concocté de longue date et que le président déchu de Transat France ait préparé sa sortie avec la bénédiction de ses anciens actionnaires. En tout cas, ça aura ému ses troupes qui, elles, n’auront peut-être pas la chance de partir avec un gros chèque…

Et bien évidemment, j’aurai la décence de ne pas parler de certains margoulins qui auront plié bagages à la cloche de bois, laissant leurs clients et l’APST gérer leur mauvaise conduite.

Et puis je n’oublie pas ce réseau dirigé d’une poigne de fer et ses adhérents qui cherchent à s’en dégager sans espoir. Ça leur coûte trop cher, tandis que leurs dirigeants empochent des sommes astronomiques, dignes de patrons du CAC 40.

Mais ça, tout le monde s’en fout… Sauf que tôt ou tard, il existe une justice immanente !

Lu 2009 fois

Notez


1.Posté par mille sabords le 06/01/2017 12:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IATA s 'est fait discret en 2016 pour mieux rebondir en 2017?
Oui .
il faut souligner que Israel doté d'un avocat expert dans le domaine a bien résisté et obtenu gain de cause; ceux qui suivent l'affaire de près, le savent.
Nos représentations institutionnelles devraient sûrement se rapprocher de cet avocat spécialiste de la cause des agences de voyages contre la position dominante de IATA puisque la France résiste actuellement. Il ne faut pas rater le rendez vous des bonnes intentions en 2017...et surtout anticiper.
La Distribution, depuis plus de 60 ans( IATA est né en 1945, a été l'agent commercial "d'excellence" des cies aériennes .
IATA veut changer la donne et a les moyens de le faire de part sa position dominante confortée des années durant par la distribution internationale qui a vendu des milliards de billets .
Il ne faut pas oublier que le paiement par quinzaine, chaque semaine pour certains et avant d'émettre pour les nouveaux arrivants dans la profession va créer en France un cataclysme chez les clients affaires en compte et créer des frais supplémentaires aux agences pour financer les avances BSP de leurs propres clients ! A moins d'avoir une trésorerie sur -abondante...
En effet, hormis la mise en place d'une "carte logée client" qui minimise la marge de l 'agence,
(encore !), cette dernière devra payer les billets émis qui remontent au BSP selon le diktat IATA.
Encore une nouvelle caution en perspective pour le patron d'agence accrédité IATA après celle de la garantie financière révisée ,(?.
On comprend mieux la fuite vers les" Consolidateurs "qui mettent la distribution hors marché puisque les billets tarifiés net sont taxés de frais !!!
Dur, Dur pour les agences de voyages.
Les grands gagnants sont IATA et les banques qui ont pris le soin de se retirer de la garantie financière en 2015 / 2016 suite à la directive de Bruxelles (que nous avons laissé voter par manque de mobilisation) imposant aux agences la garantie à 100% des sommes versées par les clients ! -
Nous sommes l'une des rares professions à garantir à 100%" les consommateurs de loisirs".
Les banques, elles mêmes, sont plafonnées à 100 000 euros ? Idem pour l 'immobilier, là où il s'agit pourtant d'un toit de première nécessité pour une famille ...?
Que d'inepties dans nos métiers depuis quelques années !
Et si la nouvelle directive de Bruxelles est votée en 2018 ( grand enjeu 2017 des représentants de la profession ), l'activité tourisme sera touchée à nouveau de plein fouet.
En effet le billet payé au BSP devra être remboursé au client qui pourra annuler et être remboursé sans frais jusqu'à la veille du départ (?)
Quelle est la position IATA sur ce point ?
Sur cette directive pour l 'instant c'est silence radio partout , mais Bruxelles y travaille cependant attend on encore un diktat ?
L'enjeu 2017 pour IATA est double et progressif vers une norme internationale unique qui lui permettrait de traiter avec les plateformes.
IATA a modifié la plupart des critères financiers en Europe afin d'avoir une seule série de critères pour le monde entier afin de sous-traiter en Inde l’ensemble de l’audit des agences accréditées , cet argument est celui de IATA mais n'y voit on pas un " coup double " pour IATA , qui avec la norme NDC,( New Distribution Capability) qui permet aux cies aériennes de gagner plus d'argent; pourra se rapprocher d'une nouvelle distribution faite de plateformes .
Lorsqu'un client communiquera des données personnelles, IATA ( 283 cies aériennes dans le monde) pourra proposer des tarifs et offres différenciés ou des packages directement via les plateformes, ( IATA dira: ce n'est pas nous qui sommes allés vers les plateformes ce sont elles qui sont venues vers nous ...)
IATA ainsi armée pourra traiter directement avec les grandes plateformes existantes comme Amazon.Tripadvisor...et à venir comme Google ,Face Book Twitter et autres ...
Utopie ou réalité imminente (?)
Quid de la distribution classique que IATA tente de rassurer.... peau de chagrin ?
IATA est en marche en 2017 !
Pour reprendre un slogan de politique politicienne..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com