TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : vers la grande guerre des agences ?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Mercredi 6 Juillet 2016

A une certaine époque, pas si lointaine, Jacques Maillot, patron de Nouvelles Frontières, pensait que ses produits n'étaient bien vendus que dans ses propres agences. Il avait donc bâti son propre réseau… mais il était encore trop tôt.



Faut quand même être lucide : d'ici quelques années, comme en Belgique, en Angleterre ou en Allemagne, le chaland n'aura qu'un choix très limité : TUI ou Thomas Cook. Quelques spécialistes garderont des miettes et basta - DR
Faut quand même être lucide : d'ici quelques années, comme en Belgique, en Angleterre ou en Allemagne, le chaland n'aura qu'un choix très limité : TUI ou Thomas Cook. Quelques spécialistes garderont des miettes et basta - DR
Apparemment, l'avenir semble lui donner raison.

Jean-François Rial, en créant Voyageurs du Monde, avait sans doute compris la pertinence de l'opération lancée par Maillot. Et construit, avec le succès qu'on lui connait, son propre réseau.

Récemment, Pascal de Izaguirre, président de TUI France, me confiait vouloir "concurrencer Voyageurs du Monde" avec ses propres agences !

Dans le même temps, et parce que, dans cette profession, il existe quand même quelques personnages visionnaires, des réseaux de distribution "indépendants" ou "volontaires" pour causer politiquement correct se sont créés.

Avec aussi le succès que l'on connait, leurs dérives et parfois, leurs erreurs grandioses…

Les péripéties lancées par Selectour Afat l'année dernière auront, très certainement sonné l'inéluctable changement que devrait connaitre la distribution dans les prochaines années.

Et l'arrivée de Laurent Abitbol à la présidence du premier réseau volontaire de France devrait certainement contribuer à l'émergence de nouveaux procédés de distribution.

L'homme d'ailleurs ne s'en cache pas, qui entend bien poursuivre son plan et conduire, à travers une stratégie de "conciliation", l'émergence d'une véritable centrale d'achat des distributeurs.

Il a d'ailleurs bien marqué son intention, lors du récent cocktail de Selectour Afat de provoquer, dès la rentrée prochaine, une réunion des tous les réseaux, afin de… parler !

En attendant, et comme je le prévoyais depuis quelques mois déjà, les distributeurs industriels entendent, eux aussi, s'emparer d'un marché quasiment en friche.

TUI d'un côté, avec la puissance qui commence à tenir de l'hégémonie.

Thomas Cook, de l'autre, encore marqué par une situation financière pas totalement rétablie, mais qui peut compter sur (et comme beaucoup d'entreprises du tourisme dans le monde), l'arrivée de ces Chinois matois.

Eux aussi sont décidés à s'imposer dans le monde du tourisme… avec des moyens que l'on n'ose pas imaginer.

Et du coup, juste avant cette grande trêve de l'été, on risque d'assister très prochainement à ce que je n'hésiterais pas à qualifier de "guerre des agences".

Bien évidemment, concentration aidant, ce sont encore les deux "gros", TUI et Thomas Cook qui s'affrontent à coup d'agences "en propre" interposées.

De toute façon, faut quand même être lucide : d'ici quelques années, comme en Belgique, en Angleterre ou en Allemagne, le chaland n'aura qu'un choix très limité : TUI ou Thomas Cook. Quelques spécialistes garderont des miettes et basta.

En même temps, pas beaucoup d'originalité entre les deux : chacun annonce l'agence du "futur", les deux en prévoient une cinquantaine réparties sur le territoire d'ici 2017.

TUI prévoit des "coins" vente sur-mesure, TC aussi. Bref, dès que l'un inaugure, l'autre renchérit et inaugure aussi.

Aux quatre coins de l'Hexagone : pendant que TUI ouvre à Bordeaux, TC s'implante à Strasbourg…

Avantage toutefois pour TUI, lequel indique un prix moyen de 1 000€ le m², tandis que son pote TC voit plus cher à environ 1 400/1 800€ le m² !

Quant à leurs franchisés respectifs, les frais sont à leur charge, faut quand même pas exagérer, mais dans les deux cas, on leur promet du "gagnant-gagnant".

En revanche, pour les fournisseurs, qui avaient aussi eu la maladresse de signer un contrat de distribution avec les deux "gros", ben, ça commence à sentir le pâté. J'ai même l'impression que leurs brochures ne vont pas faire long feu dans ces agences du futur…

Caramba, encore raté !

Lu 2696 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com