TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Case de l'Oncle Dom : y a-t-il urgence thérapeutique pour Voyages Fram ?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Lundi 30 Mai 2016

"Il pleure dans mon cœur… comme il pleut sur Fram". Une adaptation libre de Verlaine, qui, hélas, prend tout son sens aujourd'hui pour le voyagiste. Malgré un sauvetage délicat, la saison d'été semble compromise…



photo Fotolia Auteur : viktor88
photo Fotolia Auteur : viktor88
Pas question de jouer ici les Cassandre, mais force est de constater que la "reprise", tant attendue par la profession tarde, hélas, à se manifester.

Fram, déjà en délicate position depuis plusieurs années, souffre encore plus que ses petits camarades et malgré la reprise et donc l'apport financier de LBO/Karavel, peine à sortir la tête de l'eau.

Certes, le voyagiste n'a pas bénéficié de la "solidarité" de ses compétiteurs, ce qui, après tout, est de bonne guerre.

Hormis celle de Selectour Afat, il n'a pas non plus bénéficié du soutien de la distribution. Un certain réseau, toujours à la pointe du courage et de l'innovation (!!), a même carrément refusé de le vendre !

Par ailleurs, malgré de gros efforts, la production du TO est encore assez floue pour les agences et son image de marque, jadis symbole de qualité, a cruellement souffert de ses déboires cette année.

Faut dire aussi que, la nature et le monde des affaires ayant horreur du vide, les concurrents se sont jetés sur la place, telle la vérole sur le bas clergé.

Et que les offres au départ des principales villes de province ont été rapidement comblées, notamment par le géant TUI. Particulièrement à Toulouse !

Isabelle Cordier et toute l'équipe de Fram font, sans nul doute, un boulot remarquable et ont, au moins, le mérite de ne pas baisser les bras.

En même temps, si l'on ne peut douter de la compétence de cette dame de fer en termes de distribution, on peut s'interroger malgré tout sur la stratégie concernant la production.

D'autant que la majorité des contrats liant le voyagiste avec ses hôteliers et ses réceptifs ont dû être renégociés. Certainement à la baisse, ce qui ne va pas nécessairement être signe de qualité pour des clients qui ont trouvé leur bonheur… ailleurs !

C'est d'ailleurs ce que confirment bon nombre de distributeurs dont ce patron d'un "mini réseau" : "Les pertes liées à FRAM sont nettement compensées par les ventes de séjours produits par d'autres TO".

La clientèle, qu'on le veuille ou non, est comme l'amour : extrêmement volage. Il est clair que cette clientèle "historique" de Fram, déjà vieillissante à l'époque de la crise, reste particulièrement dubitative sur la pérennité de la maison.

J'ai hélas eu l'occasion de tester cette réaction au cours d'une rencontre familiale. Des proches, d'un âge certain, qui passaient plusieurs semaines de séjour dans un des hôtels de Fram, refusent depuis la "chute" de revenir vers lui.

"Nous n'avons pas envie d'être inquiets durant nos vacances", se défendent-ils…

Quant aux plus jeunes, ils se disent "de plus en plus séduits" par des offres plus "modernes" (sic et je n'invente rien)…

En outre (à eau à condition de ne pas en abuser), si la distribution externe reste très réservée, si j'en crois l'excellente analyse de mon camarade (voir plus haut), la distribution franchisée de Fram demeure particulièrement inquiète sur l'avenir, malgré les tentatives d'Isabelle Cordier de "rassurer" les Ambassadeurs.

Reste à savoir, comme le souligne mon camarade Pierre Coronas, jusqu'où ira la constance de LBO en ce qui concerne l'abondement financier versé à Fram...

Je reste persuadé que cette opération partait essentiellement d'une opération financière de la part de LBO et de Karavel… et reste, hélas, très inquiet sur la pertinence de cette manœuvre.

Le marché et les clients décideront… dans le bon sens, espérons !

Ah, j'allais oublier: bienvenue à Radio Voyageurs et ses chroniqueurs râleurs rigolos : ça manquait !

Lu 3258 fois

Tags : Cordier, Fram, Karavel, LBO, TUI
Notez


1.Posté par Gérard Manvussa le 30/05/2016 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tonton Dom, ahhhhh que vous appuyez vos gros doigts là où ça fait très beaucoup mal...

Quelqu'un ayant fait ses preuves -même en haut de l'échelle- dans le circuit de la distribution ne peut pas se transformer en un coup de baguette magique en virtuose -surtout haut perché- de la production !

2.Posté par Laure Durain le 30/05/2016 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
surtout quand on voit des arguments comme ceux avancés dans une interview à votre confrère Tour hebdo :
"Cette brochure possède en outre un nouveau look plus moderne et un format carré inspiré des magazines féminins que les femmes peuvent glisser dans leur sac à main. Il ne faut pas oublier qu’elles sont les premières prescriptrices en matière de vacances."
(http://www.tourhebdo.com/actualites/detail/92844/isabelle-cordier-fram-les-agences-de-voyages-sont-ma-priorite.html)

morte de rire !!!

3.Posté par Idress le 30/05/2016 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour


le tour-operating se meurt, sous les coups de la deregulation des marchés aérien, et des booking.com etc.......

c'est triste à dire.

sans vouloir etre l avocat des leaders de promovacances, je condamne les propose de Gerard Manvussa : avant de critiquer honteusement, sauriez vous faire la meme chose ?



merci de votre attention

4.Posté par onagre le 30/05/2016 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour Idress

Promovacances, quasi leader de voyages en ligne, repreneur des Switch, Eecotour, PartirPasCher et privilégiant les Cies low cost, n'est pas du tout en contradiction avec cette dérégulation des marchés qui vous attriste tant, il va dans le même sens.

Alors, reprendre un tour opérateur traditionnel en faillite, soit l'antithèse du système .com c'était un peu se tirer des rafales de mitraillette dans la jambe, non ?

5.Posté par Macarel le 31/05/2016 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour Onagre: "Promovacances, quasi leader de voyages en ligne", tu plaisante ?
Rien que le budget "Achats de produits d'entretien" d'Expédia ou Booking.com est plus gros que leur CA.

6.Posté par Maïté Missaheste & Peter Nosterre le 31/05/2016 16:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu nous fais bien rire, Macarel. Excellent !
Mais le rire est un peu jaune.
Si c'est comme tu le dis, le rachat de FRAM par Promovac serait bien une fuite en avant, comme quelqu'un le disait dans un commentaire d'un autre article.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com