TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Commission Tourisme de l’UMP « repêche » le Ministre du Tourisme...


Rédigé par Michèle Sani - redaction@tourmag.com le Dimanche 28 Janvier 2007

Créée en octobre 2005 à la demande de Nicolas Sarkozy, la Commission Tourisme de l’UMP a vocation à présenter « des propositions lisibles, libératrices de freins et non budgétivores visant à redonner un nouvel élan au tourisme français ». Elle propose une série de mesures et d’innovations au rang desquelles la création d’une Délégation Interministérielle à l’Organisation et à la Compétitivité du tourisme (DIOCT) présidée par un Ministre du Tourisme délégué auprès du Premier Ministre.



Léon Bertrand et Jean-Michel Couve, lors d'une édition des Rencontres du Tourisme à St Tropez...
Léon Bertrand et Jean-Michel Couve, lors d'une édition des Rencontres du Tourisme à St Tropez...
La « Dioct » regrouperait les moyens humains et financiers estimés à 500 M€ qui, selon la Commission, sont jusqu’alors mis à disposition de l’économie touristique par au moins une dizaine de Ministères.

Les études et propositions faites par cette Commission sont le fruit d’un travail collectif qui, sous l’impulsion de Jean-Michel Couve, député maire de Saint-Tropez, a duré plus de 15 mois. Répartis en groupes de travail, ses quelque 200 membres ont organisé plus de 60 réunions et beaucoup auditionné. Certains d’entre eux se sont déplacés dans une quinzaine de départements.

Les groupes de travail se sont concentrés sur six questions essentielles qui conditionnent la réussite : « Observation et comptes du tourisme » ; « Formations, en particulier supérieures, aux métiers du tourisme » ; « Tourisme et solidarité » ; « France-Tourisme Export » ; « Vigi-tourisme » ; « Organisation territoriale du tourisme ».

Observation et comptes du tourisme

Constats :
L’entreprise « tourisme national » ne dispose pas de données chiffrées quantitativement fiables. Depuis le traité de Schengen et l’émergence de l’euro on assiste à la remise en cause des bases de calcul des entrées sur le territoire et des échanges monétaires intraeuropéens. Les enquêtes nationales bénéficient de trop peu de moyens humains et financiers et les enquêtes régionales sont établies sur des méthodes disparates et inégales.

propositions :
L’observation économique du tourisme doit rester de la compétence de l’Etat et confiée à Odit France. Les enquêtes (Insee et Sofres – direction du tourisme) doivent être confortées par des moyens humains et financiers interministériels, des participations des régions et des partenariats renforcés avec les grandes entreprises touristiques et les chambres consulaires. Des centres - ressources aux données quantitativement fiables doivent être mobilisées. (Données fiscales pour la consommation, sociales pour l’emploi, cartes bancaires etc.).

Formations aux métiers du tourisme
Constats:
Peu de cadres dirigeants issus de formations tourisme. Intégration insuffisante de professionnels habilités en qualité de formateurs. Quasi absence d’activités de recherche dans le domaine du tourisme. Ce groupe de travail a retenu l’aspect pléthorique des formations publiques et privées. Disparates et mal reconnues par les entreprises et les collectivités, elles ne répondent pas à leurs besoins et ne permettent pas aux diplômés d’intégrer aisément le marché du travail.

Propositions :
Créer une discipline universitaire « tourisme » à part entière inscrite dans le schéma européen LMD. Regrouper au sein de pôles universitaires pilotes les formations touristiques spécifiques aux diverses branches du domaine.

(Tronc commun de formation aux métiers du tourisme durant les 2 premières années. Bac + 3 : licence généraliste ou licence professionnelle. Bac + 4 et 5 : Master visant à la formation de cadres dirigeants avec spécialisation thématiques et initiation à la recherche. Jusqu’à Bac + 8 : Doctorat et recherche appliquée.

Ce groupe de travail demande l’intégration, au sein des équipes enseignantes universitaires de formateurs issus du monde de l’entreprise. Propositions sont également faites à propos des saisonniers et de leurs employeurs éprouvant des difficultés à recruter.

A l’intention des jeunes et des étudiants désireux d’intégrer un cadre professionnel, la Commission propose par ailleurs un Brevet d’Aptitude aux Fonctions du Tourisme. Il s’organiserait en formations courtes d’environ un mois, flexibles et inspirées de la formation au BAFA : 8 jours de formation générale théorique, 14 jours de stage en entreprise, 2 jours de session d’approfondissement suivi d’une saison.

Tourisme et Solidarité

Constat :
Un tiers des Français ne partent toujours pas en vacances, plus particulièrement au sein des classes modestes. Le vieillissement des hébergements touristiques de statut associatif et à vocation sociale nécessite la consolidation de crédits d’Etat pour favoriser leur réhabilitation. L’ANCV se trouve affaiblie par les difficultés d’accès aux chèques-vacances des 7,5 millions de salariés des PME-PMI. La consommation touristique générée par les chèques-vacances est estimée à 3,5 fois le montant de leur valeur.

Propositions :
Fixer un nouveau plafond de revenu brut maximum par personne (et non plus le revenu fiscal de référence par foyer) afin de libérer l’accès aux chèques vacances pour les salariés des PME-PMI, les agriculteurs, les professions indépendantes, en relation avec les organismes sociaux et les caisses de retraites.

Au-dessous de ce plafond l’ANCV serait chargée de la distribution des Chèques Vacances mais elle pourrait aussi émettre d’autres titres. Au-dessus de ce plafond, ouverture de la distribution des chèques vacances à la concurrence privée. Ceci implique une réforme du texte législatif sur les chèques vacances et une évaluation de l’engagement de l’Etat (exonérations fiscales, réductions sociales).

Les nouveaux moyens obtenus par l’ANCV permettraient de renfoncer les aides aux personnes les plus défavorisés (tourisme - handicap, familles en difficulté) et de garantir les participations de l’Etat aux programmes de consolidations des hébergements associatifs.

France-Tourisme Export ou comment valoriser le tourisme français à l’international ?

Constat :
Prise en compte insuffisante du caractère exportateur « in situ » et non délocalisable de notre industrie touristique. Les crédits de promotion au GIE Maison de la France restent insuffisants et largement inférieurs à certains pays concurrents. Statuts de natures différentes des cadres des bureaux à l’étranger. Nombreux pays émetteurs dépourvus de Maison de la France

Propositions :
Abondement des moyens humains et financiers du GIE par des participations interministérielles. Intégration des responsables des bureaux à l’étranger au sein d’équipes « France Export » qui regrouperaient des Conseillers d’ambassades et tous organismes dédiés à l’exportation. Ce groupe de travail propose une contractualisation du GIE avec des sociétés privées dans les pays émetteurs dépourvus de bureaux.

Vigi-Tourisme ou comment renforcer le dialogue entre décideurs politiques et économiques ?
Constats :
Le tourisme est sensible à toutes sortes d’événements et de crises qui bouleversent et mettent à mal des données du marché (crises géopolitiques, sanitaires, climatiques, évolutions du prix du pétrole, conflits sociaux, problèmes administratifs etc.). En cas de crise les réponses apportées par les territoires et les acteurs sont souvent retardes, incomplètes et parfois contreproductives.

Propositions :
Mise en place d’un contact permanent entre les responsables nationaux et les décideurs économiques. Les échanges d’informations (physiques ou virtuels) permettraient un suivi de la conjoncture. (Baromètre mensuel ciblé sur la base d’un questionnaire simple). Création d’une cellule spécialisée dans la prévention et la gestion des crises portant une attention particulière aux situations critiques.

Organisation territoriale du tourisme

Constats :
L’organisation territoriale publique donne lieu à des recoupements et des redondances dans ses actions. L’Etat ne serait ni présent ni proche dans la mise en œuvre territoriale de ses politiques nationales. De leur côté les élus locaux ont des difficultés à définir les compétences « tourisme » au sein des intercommunalités de vie et de projet.

La Commission a noté une prise en compte insuffisante du « tourisme » dans les textes d’organisation et d’aménagement du territoire, dans les futurs contrats de projets Etat - Régions ainsi que dans le projet européen 2007-2013.

Propositions :
Une nouvelle organisation territoriale afin d’optimiser l’utilisation des fonds publics pour l’économie touristique. Pour cela il faut plus de moyens pour les communes touristiques. De leurs capacités à financer leur attractivité dépend l’enrichissement des territoires environnants qu’elles irriguent. A propos des relations intercommunalités, la commission demande, notamment, une clarification des textes et la mise en œuvre du principe de subsidiarité.

Le rôle de l’Etat :
Constats :
De tous temps les budgets mis à disposition du Ministères du Tourisme ont été d’une grande et notoire faiblesse au regard des enjeux. ( 83,6 M € Pour 2007 soit 0,03 % du budget de l’Etat). Il ne serait pas pour autant raisonnable de proposer une augmentation des crédits d’un Ministère dédié à part entière au tourisme car aucun Gouvernement ne pourrait y pourvoir.

Enfin la Commission dirigée par Jean-Michel Couve fait valoir que d’importants crédits sont mis à disposition de l’économie touristique par plus de dix Ministères traitant d’autes secteurs d’activités et pour des montant estimés à environ 500 M€l. Cette interdépendance ne peut qu’appeler à une utilisation plus pertinente des moyens et une meilleure organisation des actions interministérielles.

Proposition :
La Commission Tourisme UMP propose la création d’une Délégation Interministérielle a l’Organisation et à la Compétitivité du tourisme (DIOCT) présidée par un Ministre du Tourisme délégué auprès du Premier Ministre.

La « Dioct » constituerait la structure administrative d’Etat chargée de la mise en œuvre de la politique touristique nationale. Elle regrouperait des moyens humains et financiers – estimée à 500 M€ - qu’une dizaine de Ministères consacre à des actions à finalité touristique.


Pour en savoir plus : http://ump.commissiontourisme.org/

Lu 4670 fois

Tags : amadeus
Notez


1.Posté par Gillespie le 29/01/2007 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Intéressante brève, et pourquoi pas une délégation interministérielle?
C'est dificile d'imaginer une activité autre que l'aménagement du territoire qui toucherait autant de personnes et foyers. Ce seul facteur justifierait la création d'une délégation interministérielle.

2.Posté par Pascal MAS le 29/01/2007 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Stupéfait par les réactions anachroniques de certains à cette idée nouvelle.
Aujourd'hui, le Ministrère du Tourisme, petite administration sans budget ni envergure, n'a pas à dire son mot sur des sujets pourtant relavant de sa compétence :

Fomation BTS et Hotellerie : autorité Ministère de l'Education
Valorisation du patrimoine : autorité Ministère de la Culture
Crise sanitaire (Chycungunya) : autorité : Ministère de la Santé
Délivrance des visas : autorité : Ministère des affaires étrangères
Desserte des pôles touristiques ;: autorité : ministère des Transports
TVA sur la resaturation : Autorité Ministère des finances
Promotion de la France à l'étranger : autorité : Ministère du Commerce Extérieur
Et la liste est longue

En vérité, ce sont d'autres ministères (qui eux, beneficient de budgets et d'administrations) qui ont autorité sur les chapitres de compétence du Ministère du Tourisme. Alors je soutiens la création de cette Mission Inter-Ministérielle placée sous l'autorité du Premier Ministre qui sera en mesure d'arbitrer dans tous les domaines

Pascal MAS

3.Posté par andre le 29/01/2007 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S interesser enfin au secteur du tourisme juste avant les elections voila qui fait un peu electoraliste..
par ailleurs je vois mal les ministeres concernés lacher leur budget...
les promesses n engagent que ceux qui les écoutent!!
de plus en 5 ans, celà aurait pu etre fait depuis longtemps..!!
Andre

4.Posté par Stenger Luc le 29/01/2007 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des idées de qualité, de grande qualité même pour certaines mais aussi le rappel de souvenirs navrants remontant aux années 1985 - 1990 quand on été DETRUITES des choses dont l'absence est déplorée aujourd'hui : formation supérieure et recherche en tourisme par exemple (vécu personnel en la matière).

On ne peut que dire OUI avec force à cette idée de DIOCT car tout le reste pourra alors suivre si cette DIOCT est VOLONTARISTE et a une véritable autorité et des moyens.

Cordialement

Luc Stenger

5.Posté par mokhtar mohammed le 29/01/2007 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salut

6.Posté par Pascal MAS le 30/01/2007 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S'intéresser aux sujets qui concernent les Français AVANT les élections; n'est-ce pas normal ? Mieux que de s'y intéresser APRES. Ou pas du tout comme au PS !

7.Posté par Trehin Gilles le 30/01/2007 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur MAS

Vous caricaturez les idées du PS. Je préfère une candidate qui prends le temps d'aborder sereinement cette question sur le tourisme quand le moment est venu et qui est prudente sur la question plutôt qu'un candidat qui prétend avoir la maîtrise sur le sujet alors qu'il est complètement à côté de ses pompes. De plus il reste encore 2 mois et demi pour éluder cette question alors pourquoi faire ce mauvais procès d'intention au PS. C'est à la mode en ce moment de casser le PS, les médias parisiens le font régulièremùent, seulement c'est indigne d'une démocratie comme la notre. Et je regrette que Tourmag soit tombé dans ces attaques de caniveau avec l'autre article de Michèle Sani, "Le tourisme n'est pas un sujet phare au Parti Socialiste" du vrai racollage. Je m'attends à mieux de la part de Tourmag dont je suis un fidel lecteur, mais peut être plus pour longtemps!

8.Posté par Pascal MAS le 31/01/2007 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur TREHIN,
La Commission Tourisme de l'UMP a travaillé pendant 15 mois avec des professionnels, des élus et des fonctionnaires territoriaux pour étudier en détail tous les constats et apporter des propositions. Certes, le Tourisme n'est pas devenu une priorité pour le candidat soutenu par l'UMP. Et pour cause. Le simple problèm des retraites, et de la dette extérieur a de quoi donner des insomnies.
Toutefois, il me semble préférable qu'un parti politique s'intéresse à un secteur économique qui n'est pas délocalisable, et qui fournit emplois et devises étrangères et qui est, pour une partie, l'image de notre pays; plutôt que d'ignorer complètement ce secteur.
Quant à la critique du PS, il va falloir vous y habituer. Autrefois les journalistes mangeaient goûlument dans la gamelle.
C'est fini. Il va falloir argumenter ;
Attendons ensemble le 11 février si vous le voulez bien
Cordialement

9.Posté par Trehin Gilles le 31/01/2007 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur MAS

Il me semble que la plupart des médias nationaux ou Parisiens sont acquis à la cause de l'UMP. C'est complètement anti-démocratique.

10.Posté par Pascal MAS le 01/02/2007 08:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est ça le changememnt ! Depuis 40 ans la Gauche pouvait profiter d'une presse servile : Le Monde, Le Canard Enchaîné, Libération, Le Nouvel Observateur ...
Mais c'est fini . Internet et les blogs ont abattu le mur de l'auto-censure.
Mais en ce qui conerne le Tourisme, c'est injuste de crier contre Michèle SANI qui a fait son travail. C'est à dire : diffuser les informations qu'elle a collectées auprès de l'UMP.
Quand on n'a rien à dire, il ne faut pas crier au complot.
Attendons le programme de Madame ROYAL, et n'oublions pas d'interroger les autres candidats .
Quel est l'appréciation sur le Tourisme de LE PEN, BAYROU, DE VILLIERS, Arlette, BESANCENOT, et maintenant José BOVE .
Le Puy du Fou et le tourisme rural, ça devrait faire réagir au moins De VILLIERS et BOVE non ?

11.Posté par Trehin Gilles le 01/02/2007 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'UMP ne fait rien pour le Tourisme. Ils sont responsables de la faillite d'Air Littoral et Air Tuquoise qui étaient des compagnies qui ont permit à développer d'autres régions que Paris. De plus l'UMP cautionne les pratiques d'Air France qui fait du chantage sur les aéroports des autres régions pour privilégier les aéroports de Paris pour que Roissy soit le 1er aéroport d'Europe, c'est une concurrence déloyale. De plus la Côte d'Azur où je vis a été complètement défigurée par le tout-tourisme pratiquée par ce même parti.
En ce qui concerne la soi-disante presse servile de gauche je crois qu'il ne faut pas exagérer. Il me semble que le Figaro a toujours été de droite depuis sa création, a-t'elle été censurée pendant ses 40 dernières années? Je suis d'accord avec vous, internet et les blogs vont abbatre le mur de l'auto censure, mais actuellement l'auto-censure est provoqué par l'UMP, on parle d'aujourd'hui pas du passé.
Non ce n'est pas injuste de crier contre Michèle Sani car elle a la responsabilité d'avoir provoqué une polémique des plus minables indigne de Tourmag, quand on est journaliste on est censé enquêter pas se comporter en procureur et déformer des propos, donc elle n'a pas fait son travail. Ce n'est pas complot mais une réalité!
Il va falloir vous habituer à ce que j'attaque l'UMP comme je m'habituerais à ce que vous attaquez le PS, que ça vous plaise ou non!
Mais je pense que Tourmag ne doit pas devenir une tribune pour quelconque parti, UMP, PS, UDF, FN, PCF ou autres, ce serait plus sein donc je vais arrêter de parler politique ce n'est pas l'endroit approprié pour cela.


Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com