TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Réunion : le moustique, le canard et le ministre...


Rédigé par Jean DA LUZ - redaction@tourmag.com le Dimanche 19 Février 2006

Ce qui aurait pu être une fable de La Fontaine sinon une aimable farce, est en train de virer à la tragédie. Officiellement, on recense 100 000 victimes du Chikungunya. Officieusement, les chiffres qui circulent sous le manteau sont autrement plus alarmants. La faute à qui ? Après tout le "Chik" n'est-il pas endémique ?



Voire. Peut-on mettre uniquement sur le dos de la fatalité ce qui ressemble de plus en plus à un fiasco des Pouvoirs publics concernés ? Et que fait-on du principe de précaution ?
Pour la canicule on avait évoqué la soudaineté et la brutalité du phénomène. Rien de tel ici puisque le ravage dure depuis plus d'un an.

Or, que fait le Ministre de la Santé publique depuis ? Rien ou pas grand chose à notre connaissance. Il a fallu que les médias s'emparent de l'affaire, avec les risques de dérapage que l'on connaît, et que les professionnels du tourisme crient au désastre pour que la Métropole daigne prendre le problème au sérieux.

On parle de 200 000 cas au moins et même davantage selon les sources. Et la psychose s'installe à propos de la façon dont le virus se propage. En effet, l'épidémie foudroyante et la croissance exponentielle des cas laissent à penser que le phénomène n'a pas atteint son pic. Voilà qui pose question et fait travailler les imaginations...

La crainte que le remède ne soit pire que le mal

Autre inquiétude galopante : la crainte que le remède ne soit pire que le mal. Et que les doses massives d'insecticide injectées pour éradiquer la bestiole finissent par menacer durablement l'environnement.

Pas facile de résoudre ce qui ressemble de plus en plus à la cadrature du cercle... Comme d'habitude (c'est très français) on attend que la maison brûle pour aller quérir les instincteurs...

Pour compenser (?) cette gestion de crise catastrophique, on a droit depuis quelques jours à un véritable show télévisé. Un show avec au menu la dissection médiatique du canard décédé dans la Dombe du virus H5N1.

Il ne s'agit pas de minimiser l'importance du danger que fait peser la grippe aviaire sur la planète. Mais force est de constater que cette menace est toujours au stade virtuel et que le malheureux volatile n'a fait d'autres victimes que lui même pour l'instant.

Flou artistique à propos des séquelles précises

Il en va autrement dans ce département lointain ou des dizaines de milliers de personnes sont en attentes et devront rester (souvent pour de longs mois) à la charge de la collectivité.

Plus inquiétant, il n'y a pas à ce jour de vaccin pour combattre efficacement la maladie et on est toujours dans le flou artistique à propos des séquelles précises et de sa mortalité présumée.

Pour rassurer les touristes, on nous dit que l'on compte sur les doigts de la main ceux qui ont été piqués. Question à plusieurs mois de longue maladie : comment fait-on pour signaler au Chikungunya qu'on est pas natif de la Réunion ?

Lu 8925 fois
Notez


1.Posté par Pierre le 20/02/2006 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que dire, sinon que de lancer un cri . Pourquoi pas " cocorico" ?

2.Posté par laurence le 20/02/2006 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
question ? Le "chik" supportera t il une tempête tropicale ? L'on dit que les moustiques n'aiment pas le vent ! alors ! ? Si ce mal pouvait chasser l'autre et soulager les Réunionnais ?

3.Posté par Alain BLAISE le 20/02/2006 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce fléau ne frappe pas depuis hier.... l'on ne me fera pas croire, et pourtant je suis d'un naïf.... qu'avec les moyens de communications modernes ( on n'appelle plus l'inter depuis bien longtemps... ) internet.... la visio conférence que personne n'a alerté au moins la presse, la télé ou la radio....
Je ne parle même pas des voyageurs rentrant de la Réunion et qui, libres ont pu en parler autour d'eux....

Décidément, en France on prend les ronds points à l'envers et on s'étonne ensuite qu'un camion ça pèse lourd et que cela fait mal en cas de collision

Il ne s'agit plus ici de prévention mais bien de curer le mal....

Tout le monde l'a '' fermée '' pour ne pas alerter les clients et cela n'est pas, par contre concevable.

Je souhaite vivement aux Réunionais qu'ils viennent à bout de ce moustique et qu'ils préservent en même temps la nature.... ceci n'est pas par contre évident car on ne fait pas d'omelettes sans casser d'oeufs.




4.Posté par Guilllaume B. le 20/02/2006 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J\' étais sur l\'ile au mois de décembre, parti m\'occuper de ma mère atteinte puis très vite de mon père (le 24/12 joyeux noël papa). Or à l\'époque des chiffres scandalleux circulaient dans la bouche des officiels: \"5000 cas donc seul 2000 étaient vérifiés! \" alors que tout le quartier de mes parents était touché et qu\'il n\'était pas répertorié dans les zones à risque. Dès tout le monde savait que les chiffres étaient manipulés.
Dès la fin de l\'été (de métropole) une sénatrice réunionaise avait demandé que l\'épidémie soit considérée cause nationnale et M. Baroin a répondu très simplement (propos qui resonnent encore alors que ma mère a perdu l\'usage de ces bras durant plus de 3 mois) \"le chikungunya n\'est pas mortel ça n\'est pas plus grave que la grippe (pas le H5N1 l\'autre la \"normale\") il n\'y a aucune raison de s\'alarmer\". Je suis en colère et c\'est rien de le dire. De plus depuis ils ont mis en place un plan qui a l\'air de tout tué sauf ce fameu moustique et les reparcution sur l\'ile seront j\'en suis sure catastrphique. Tout ça à cause (et je sais que ça n\'est pas plus que ça) de l\'incompétance des autorités locales puis de la distance entre les ministères et l\'ile de la Réunion. Merci la France!

5.Posté par Jean-paul BORDIER le 21/02/2006 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est avéré que des précautions simples suffisent à réduire drastiquement la maladie, et que les réunionnais n'ont maheureusement pour beaucoup pas les moyens de payer lesproduits nécessaires à ces précautions ou pour les autres perdu l'habitude ou de prendre des précautions.

Les Hôteliers ont démonttré qu'avec des précautions simples on peut facilement enrayer la contamination, il suffit de :
- démoustiquer les sites de séjour
- informer les populations sur les précautions à prendre
- porter un répulsif lorsque l'on se déplace dans des zones moins bien protégées
- soit un bracelet répulsif il en existe des biologiques aux essences nautrelles efficaces 28 jours et anallergiques
- soit de mettre un spray cutané efficace dès que l'on se déplace.
ces moyens peuva,t être cumulés.
A la réunion tous les sites hôteliers sont démoustiqués et répertoriés comme tels.
Cela explique que bien que l4aedes ne distingue pas réunionnais et touristes, la prévalence de la maladie sur les touristes ne soit que de 17 personnes atteintes (dont toutes séjournaient chez des amis et pas dans les Hôtels) sur 430.000 touristes qui ont séjourné à la réunion depuis le début de l'épidémie, soit une prévalence de 0,4/10.000 personnes.
Combien de touristes attrappent des maladies graves (gastr-entérites, tourista, choléra, paludisme, dengue, peste etc...) dans d'autres Paradis trpicaux qui de plus ne sont pas équipés de système de soins modernes comme il en existe à la Réunion ?
Pas loin de 4%.

Comparez au lieu de contribuer à la psychose !

Les touristes qui viennent séjourner à la Réunion en dépit des médaitisations alamistes sur le Chkungunya, passent d'excellents séjours sans peur ni traumatismes ridicules (mais oui il y en a encore qui viennent en famille et même avec de jeunes enfants).

Nous tenons tous les témoignages à votre dispositon.
21.02.2006
Jean-paul BORDIER

6.Posté par audrey le 22/02/2006 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ma mère est originaire de l'ile de la réunion nous devons partir au mois d'aout mais mon enthousiasme à me rendre là-bas a fait une chute libre.
Je me demande alors si le virus sera éradiqué ou du moins si sa propagation aura chuté.Cela fait maintenant 8 ans que je ne suis pas repartie sur l'ile j'aimerais bien que mon voyage se déroule bien.

7.Posté par audrey le 22/02/2006 14:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ma mère est originaire de l'ile de la réunion nous devons partir au mois d'aout mais mon enthousiasme à me rendre là-bas a fait une chute libre.
Je me demande alors si le virus sera éradiqué ou du moins si sa propagation aura chuté.Cela fait maintenant 8 ans que je ne suis pas repartie sur l'ile j'aimerais bien que mon voyage se déroule bien.

8.Posté par AnnC le 03/03/2006 20:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne t'inquiète pas Audrey, je suis originaire de la Réunion et j'y suis allée y'a pas longtemps, mais le moustique n'a pas réussi à me piquer.
C'est une situation alarmante : de nombreux malades, de nombreux morts (même si les autorités le cachent)... mais il ne faut pas pour autant abandonner notre île natale.
La Réunion est une île magnifique et il faut la visiter, moustique ou pas, il faut biensur rester prudent et se protéger. Je ne dis pas que c'est facil, je dis juste de ne pas nous oublier.

9.Posté par Oté La Réunion le 12/03/2006 07:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JP Bordier dit vrai. Le moustique porteur du CHIKUNGUNYA est effectivement un vrai problème à La Réunion depuis une année , et plus encore depuis janvier 2006 avec l'arrivée de la saison cyclonique . c 'est tout de même un virus qui peut vous mettre KO pendant entre 2 jours et 4 semaines voir plus on apprend maintenant aussi que l' on peut etre porteur du virus mais ne pas en sentir les effets secondaires.............. d'autres en soufriraient encore 6 mois plus tard :o(
La réalité c est que personne ne connait ce virus existant depuis les années 50 en Afrique. Le fait est que le ministère de la santé et l'Etat se décident enfin a prendre des mesures pour éradiquer ce virus qui est propagé par une seule espèce de moustique ( il n y a qu une seule espèce de moustique femelle de concernée )
L'armée accompagné du staff de la DRASS ( l'ancien directeur de la DRASSa été mis en retraite anticipée) font la chasse
aux larves dans les ravines et dans les quartiers atteints.( souvent des quartiers défavorisés ou trés modestes il faut tout de meme le rappeler )
+ de 500 militaires ont été convoyés sur l'Ile pour asperger les foyers atteints ( nous ne le sommes pas tous )
L' éradication du chick ne pourra etre faite que grace aux efforts conjoints du gouvernement et de
la population ( enfin une prise de conscience de la part des réunionais débute...... ) la situation ne pourra qu'évoluer dans le bon sens . enfin !
Le soucis maintenant c est que les politiques ici ont peur maintenant des effets secondaires de la lutte chimique ...
ils veulent tous se couvrir au cas ou................
le temps qu 'ils se mettent tous d'accord les reunionnais ont bien raison de nettoyer jardins et cases à fond .
des associations se mobilisent et distribuent aux défavorisés des spirales : c est toujours ça !
Il faudra sans doute encore pendant au moins une année faire comme nous le faisons tous actuellement :
éviter les quartiers un peu cra-cra ou il y a de l'eau stagnante dans des mares ,dans des récipients et des bidons ( superbes nids a larves ) éviter certaines ravines réputées pour etre jonchées de détritus et de vieils éléctroménagers abandonnés et bien rouillés ,
se couvrir davantage les bras et les jambes ( t-shirt manches longues bien nécessaires ) à l'heure de l'apéro qui reste l' heure de prédilection de ces femelles voraces.......... et continuer d' utiliser des répulsifs ( spray , bombes , spirales , essence de citronnelle etc..........)
Assurez vous que votre logeur a pris des mesures personelles pour traiter votre lieu de résidence de vacances chaque semaine et si ce n 'est pas le cas
munissez vous de diffuseurs anti moustiques que vous laisserez allumés 24h sur 24
N'hésitez pas à acheter tous vos produits anti moustiques en métropole car ici la pénurie à commencé , y compris les recharges liquides ou tablettes pour les diffuseurs....................!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
( un peu ambiance temps de guerre c 'est normal les journaux locaux : Clicanoo Journal de l'Ile et le Quotidien ont enfin un sujet qui leur remplit 5 pages quotidiennement donc ils surenchérissent et alimentent la psychose )
le répulsif 5 / 5 spécial tropiques à 9 € dans vos pharmacies métropolitaines est à 17 € ici quand il est encore trouvable...............
Comme tout touriste informé
par la dengue aux Antilles et en Thailande , le Palud en Asie et en Afrique , vous qui venez bien informés
(contrairement à la population réunionnaise qui comprend 100 000
illettrés sur 750 000 habitants a qui il faut faire des spots d informations en créole pour la prévention et qui n ont pas les moyens pour la plupart de mettre un budget de 100€ mensuel par famille dans ces produits) vous avez donc les moyens de vous surprotéger. Février et mars ( période cyclonique ) est difficile au niveau de la protection car c' est là
que les moustiques s 'en donnent à coeur joie c est une période chaude et
humide ,
(à partir de fin avril notre automne arrivera ne l 'oublions pas ...) on peut largement imaginer une acalmie pour l 'hiver.Mais notre aedes préféré reviendra dés fin novembre c est certain ! L'océan indien dans son intégralité est touché et malheureusement beaucoup des pays voisins n ont pas nos moyens dus à nos perfusions financières .On peut donc imaginer aisément sans se nommer Irma que dorénavant La Réunion ne sera plus une destination de masse et qu il faudra se protéger contre les moustiques comme dans la plupart des zones tropicales.
c 'est une habitude a prendre contraignante mais nécessaire .
et ce sera le prix a payer désormais pour séjourner dans nos Iles
car je le répète tout l'Océan Indien est touché meme si pour des raisons économiques évidentes cela est encore caché !!!!!!!!!!!!

10.Posté par Martine le 13/03/2006 06:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des amis de métropole sont venus braver le moustique pendant les vacances de février, et ils sont repartis sains et saufs et se portent comme un charme, ravis de leur séjour. Pourtant, nous n'avons pas lésiné nos efforts pour nous faire piquer : visite des cimetières, apéro et diner sous la varangue, tourisme dans l'est... Rien n'y a fait : nous étions armés tout simplement de notre répuldsif que nous utilisions 2 fois par jour (10h00 d'efficacité). Nous avons évité de nous parfumer, et bu trois fois par jour du thé au citron et du punch 3 citrons ! nos pores exhalaient ainsi un doux parfun de citronelle.
Alors ne changez-pas vos billets, venez tous chez nous en juillet et août, quand il fera frais et que le moustique sera moins présent, car il aura pris ses quartiers d'été en métropole !


11.Posté par Martine le 13/03/2006 06:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des amis de métropole sont venus braver le moustique pendant les vacances de février, et ils sont repartis sains et saufs et se portent comme un charme, ravis de leur séjour. Pourtant, nous n'avons pas lésiné nos efforts pour nous faire piquer : visite des cimetières, apéro et diner sous la varangue, tourisme dans l'est... Rien n'y a fait : nous étions armés tout simplement de notre répuldsif que nous utilisions 2 fois par jour (10h00 d'efficacité). Nous avons évité de nous parfumer, et bu trois fois par jour du thé au citron et du punch 3 citrons ! nos pores exhalaient ainsi un doux parfun de citronelle.
Alors ne changez-pas vos billets, venez tous chez nous en juillet et août, quand il fera frais et que le moustique sera moins présent, car il aura pris ses quartiers d'été en métropole !



PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com