TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La Réunion veut croire à son plan de relance... qui ne fait pas l'unanimité !

la crise permettra aux professionnels de se remettre en question


Rédigé par Michèle Sani - redaction@tourmag.com le Jeudi 20 Juillet 2006

Une réunion exceptionnelle du Bureau exécutif du Snav se tient actuellement à La Réunion. La Chambre syndicale régionale regroupe 13 licences et 37 points de vente sur les 44 que compte l'île, soit 84 % des agences. L’occasion pour les professionnels de Métropole de rencontrer leurs confrères et les institutionnels de la destination sinistrée depuis près de huit mois par l’épidémie provoquée par le chikungunya. Michèle Sani, envoyée spéciale, fait un premier point sur la situation sur place.



Le chikungunya et le Piton de la Fournaise, voilà deux sujets qui sentent toujours le souffre...
Le chikungunya et le Piton de la Fournaise, voilà deux sujets qui sentent toujours le souffre...
L''île de la Réunion traverse une crise qui touche de plein fouet la première de ses activités économiques, le tourisme. Les conséquences de l''épidémie propagée début 2006 par le chikungunya s'avèrent réellement dramatiques pour les professionnels hôteliers et réceptifs qui, d'une même voix critiquent, violemment la présentation catastrophique de la situation et le ton alarmiste ("ils tuent") de la presse réunionnaise repris par les médias de la Métropole.

Depuis le début de l'année seule une certaine clientèle "d'affinité" a fait le voyage à la Réunion. Pour les autres catégories de touristes, c'est la chute libre. On parle d'un trafic qui aurait chuté de 90 % en mars 2006. Globalement la baisse dans les hôtels traditionnels est d'au moins 40 % pour les sept premiers mois de l'année.

Certains dossiers engrangés, groupes d'incentives et de séminaires, ont annulé leurs réservations et les carnets de commande pour la prochaine saison restent quasiment vides. Les guides, les commerçants, les artisans et autres transporteurs subissent également les conséquences de la crise.

Le projet de campagne ne fait pas l'unanimité

Certains établissements ont, comme le Grand Hôtel des Mascareignes, purement et simplement fermé leurs portes. D'autres en profitent pour faire des travaux, améliorer leurs infrastrucgtures et leurs services.

La crise aura son "bon côté" en permettant aux professionnels du tourisme de se remettre en question car la situation demandait une remise à plat et une véritable réflexion sur les produits proposés et les marchés émetteurs. En 2004 la Réunion avait accueilli 430 000 clients. Ils n'étaient que 409 000 en 2005 venus à près de 80 % de la Métropole.

L'île devrait bénéficier d'une aide économique de 6O millions d’euros et d'une aide dédiée au secteur sanitaire de 16 Mie. Les fonds se débloquent doucement mais sûrement et les choses avancent. Les nécessaires mesures préventives sont prises et les zones à risques, régulièrement assainies.

A cela il convient d'ajouter les 4,5 Mie débloqués par le Gouvernement en mai dernier pour relancer la destination et c'est là que le bât blesse. Rien n'est encore véritablement lancé pour une haute saison qui commence traditionnellement en septembre.

Le projet de campagne proposée par l'agence Australie avec un slogan du style "La Réunion vous attend" est loin de faire l'unanimité. On peut comprendre. Elle aurait cependant l'assentiment du CTR (Comité du Tourisme de la Réunion) et pas du tout celui des professionnels du tourisme.

Alors on cherche… "La Réunion, on l'aime, on y va"... Pourquoi pas ? De son côté le choix de la campagne - TV, Internet, affichage ? - n'est pas encore arrêté. Et le temps passe.
Pour relancer la machine les agents de voyages de la Métropole devraient pouvoir vendre l'ile de la Réunion sans prendre le risque de tomber sous le coup de ce regrettable article 23 de la loi de 1992 qui les responsabilise de plein droit.

Les touristes touchés se comptent sur les doigts d'une seule main

C'est le propos tenu par Georges Colson, président du SNAV aux professionnels réunionnais. Mais pour en arriver là il faudrait un discours officiel, objectif et médical, une prise de position du Ministère de la Santé ou de l'OMS, discours auquel s'ajouteraient toutes informations utiles données par des spécialistes des maladies tropicales. Le sujet ne paraît pas d'actualité.

Il faut faire le voyage à la Réunion pour apprendre que les décès causés par la maladie depuis le début de l'année se comptent sur les doigts des deux mains - il s'agissait de personnes fragilisées par des pathologies graves - et que les touristes touchés par l'épidémie se comptent sur les doigts d'une seule main.

Il faut venir à la Réunion pour constater que la vie continue, que les zones à risque sont surveillées et que les infrastructures hôtelières sont éloignées de ces zones à risque. Il faut vraiment faire le voyage pour constater que l'île de la Réunion toute entière est un véritable hymne à la nature.

La Réunion : un véritable hymne à la nature

La Réunion veut croire à son plan de relance... qui ne fait pas l'unanimité !
A onze heures de vol de la Métropole, la Réunion est une île-volcan qui bouscule les clichés habituels des îles tropicales. Elle émerge des profondeurs marines tel un diamant vert affuté. Elle paraît imprenable et austère avec ses roches et ses falaises de basalte qui l'enserrent sur la majeure partie de son littoral. Impression fausse.

L'ancienne Ile Bourbon échappe aux traditionnels ghettos touristiques pour offrir ce que la nature a de plus beau. Cathérales de verdure d'où jaillissent des cascades vertigineuses, cirques gigantesques sculptés dans la roche, univers minéral et lunaire, plaines de sable aux couleurs d'arc en ciel, la Réunion est tout cela avec, en point d'orgue, le Piton de la Fournaise qui , parfois, gronde.

Exubérante ou aride, douce et austère, elle vous réserve, souvent par surprise, les images choc de son relief tourmenté. Elle est la plus belle des vitrines que puisse offrir Dame Nature. Aux inconditionnels de farniente sur fond de lagon azur, elle offre même une vingtaine de kilomètres de plages sablonneuses protégées par une barrière de corail.

Lu 10289 fois
Notez


1.Posté par meyer le 20/07/2006 09:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bjr,

Notre agence conseil en marketing sportif a propose au CTR une campagne a l'année autour du sport mais bien entendu aucune nouvelle....l'agence a tjs raison bien que nous avons ete les premiers a faire la promotion de visitmexico dans le sport et qui continue cette année...

BM

2.Posté par Mausy le 20/07/2006 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Comité de Tourisme de La Réunion n'a de "Tourisme" que le nom. C'est un comité qui ne pense qu'à faire la fiesta et la bamboula au nom du tourisme réunionnais, mais jusqu'à présent elle n'a pas montré son efficacité à booster le tourisme de cettet ile, même en période "ordinaire". En ce moment, l'épidémie est au plus bas, donc c'est LE moment d'aller à La Réunion : le CTR est muet (ou plutôt en vacances ...). A la rentrée, au moment ou l'épidémie risque de repartir, ils vont communiquer sur la destination Réunion et vous inviterons (peut-être) à vous empifrer de petits fours et de samoussas. Dans une situation aussi incertaine que celle qui règne à La Réunion en ce moment, la communication doit être réactive et s'effectuer au jour le jour, et non 3 mois avant ou 3 mois après. Il n'y a pas que le message qu'il faut revoir sur La Réunion ... les messagers aussi ... Suivre l'épidémie en TEMPS REEL : www.chikungunya.net

3.Posté par arnaud le 20/07/2006 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Assez d'accord avec Mausy..on est quandmeme en droit de se demander serieusement en quoi consisite exactement le travail du CDT. Il faut quand meme pas 107 ans pour trouver un slogan publicitaire....Mais bon c'es ttout le problème des institutionnels du tourisme qui ne sont ni plus ni moins que des fonctionnaires de l'état avec tout ce que cela engendre en terme de motivation et d'innovation...

4.Posté par bm le 20/07/2006 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Re bjr,

L'année derniere, je me suis rendu au top résa pour rencontrer les profs du tourisme; Le hasard ma fait rencontrer le CPTM (visitmexico.com avec qui nous travaillons aujourd'hui pour la promo du Mexique en France.
Nous avons mis en place une communication décalée et unique (affichage dans le stades++++) mais en meme temps j'ai rencontré le CTR qui ne m'a jamais repondu en 1 an...voir le decalage avec le Mexique...
J'ai ete recu a paris de manière fort désagréable en explicant bien que je ne venais pas au moment des problèmes mais que depuis 1 an aucune reponse (mail, telephone, courier)... bien entendu Australie va proposer un plan média classique dont je vais vous expliquer (TV, radio, presse, affichage, internet et street ming...) voila c'est fait !
Australie a raison et nous....no comment

Apres il ne faut pas s'etonner de l'image de la France

PS : nos relations avec le Mexique sont naturels, chaleureuses et vrais !

BM

5.Posté par Gravier Jonathan le 20/07/2006 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Entièrement d'accord avec les commentaires précédents.

Avouons quand même que la situation n'est pas aussi simple à gérer en tout cas.
En temps "normal" le travail du CTR était déjà mitigé. En période de crise, rien de va plus. Mon seul conseil, changer le pilote et les co-pilotes de "l'avion".
Ce serait bien que les hôtels de l'île revoient l'organisation de leur canal de distribution. Certains grand hôtels de l'ile ne savent même pas ce que veux dire "centrale de réservation hotelière".
Une grande présence sur Internet, des achats de liens sponsorisés, des bannières publicitaires, du marketing viral (organisation d'un jeux concours offrant 5 voyages à l'île de la Réunion) et des interventions sur les forums, blogs et sites parlant de l'île seraient des actions à envisager pour le media-planning. Pas besoin d'ètre une agence de communication pour savoir cela !

Cordialement,


6.Posté par Mike le 21/07/2006 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien vu Gravier Jonathan
Le temps de la reconquête a sonné
Il serait temps que les organismes concernés (CTR) lancent enfin une nouvelle campagne pour faire passer des messages positifs et expliquer clairement que la crise est derrière nous et que tout sera fait pour qu'elle ne revienne pas dès le début de l'été prochain ..

De plus, le volcan vient de se réveiller !

7.Posté par LAU le 23/07/2006 21:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
je vous présente un site internet réunionnais : www.runweb.com . 100 % motivé et bien décidé redonner à la Réunion les couleurs quelle mérite.
Bonne journée.


Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com