TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : AF, et pour quelques millions de plus !


Rédigé par Dominique Gobert le Lundi 25 Février 2013

Un milliard deux cent millions d'euros ! Ce sont les excellents résultats d'Air France pour cette année ! Même mon regretté PH Gourgeon n'a pas été capable de faire mieux. D'accord, il s'est bien rapproché de ce résultat, mais…



Chez Air France, non seulement on maintient, mais en plus on facture deux fois plus cher ces mêmes structures. Pas de secret, c'est le mur assuré !  - Philippe Delafosse DR
Chez Air France, non seulement on maintient, mais en plus on facture deux fois plus cher ces mêmes structures. Pas de secret, c'est le mur assuré ! - Philippe Delafosse DR
Pendant ce temps, Lufthansa, nos amis allemands, annonce quasi un milliard d'euros de résultats nets ! Eh oui, mais les teutons, eux, font pas dans le sentiment. La rigueur, ça les connait.

Bien sûr, chez Air France, Spinetta relativise tout ça. "C'est décevant, mais on est sur la bonne voie". Tu parles, Charles. "Les bases de province n'ont pas donné les résultats escomptés"!

Re- "tu parles Charles". Bien sûr que ça n'a pas donné les résultats escomptés. Les bases de province ont conservé leurs structures lourdes et bouffeuses de fric !

Prenons le cas des Teutons, par exemple: eux, ils ont externalisés (ou sont en train de le faire) toutes les structures non stratégiques de la compagnie. Chez Air France, non seulement on maintient, mais en plus on facture deux fois plus cher ces mêmes structures. Pas de secret, c'est le mur assuré !

Quant au fameux "Plan Transform", c'est au moins cinq ans plus tôt qu'il fallait le mettre en œuvre. Sans vouloir jouer les Cassandre, il est déjà bien tard.

D'ailleurs, Spinetta, qui devrait abandonner la barque l'année prochaine, se refuse à donner une date quant à la réalisation d'objectifs pas franchement non plus définis… si ce n'est la rentabilité de la compagnie !

Pourtant, malgré le "mariage, qui n'est pas encore franchement consommé" avec KLM, Air France est toujours au fond du trou, tandis que les bataves commencent doucement à respirer.

Comment se fait-ce ? (Oui, j'aime !) ?

Tiens, juste une réflexion pour la route, comme ça, en passant. Air France, membre particulièrement virulent de Iata, se bat farouchement afin d'augmenter auprès des agences de voyages, les ratios de garantie pour l'agrément au BSP.

Mais refuse obstinément ce que réclament les distributeurs, à savoir la mise en place d'une caisse de garantie en cas de défaillance (le terme est très modéré) d'un transporteur ! Deux poids, deux mesures !

Faut dire qu'une agence annonçant une perte de plus d'un milliard, y'a bien longtemps qu'elle aurait été virée de l'APS, par exemple…

Mais bon, plus d'un milliard d'euros de pertes, ça va, ça vient, c'est comme la queue de Chien Charly.

Et puis Air France a d'autres occupations par exemple, empêcher Corsair de s'installer en Afrique de l'Ouest.

Touches pas à mon pote !

Lu 1908 fois

Notez


1.Posté par CamembAir le 25/02/2013 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Manager de l’année...
Ca fait sourire quand même non !?

Les chefs de "Cabinets" du ministère Air France doivent être fiers...

2.Posté par Marc le 25/02/2013 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Belle analyse.
Partir trop tard, restera toujours trop tard ... la fable l'a toujours dit !
Air France se rapproche-t-elle doucement de sa fin ?
Et si les syndicats se battaient sur les "vrais" problèmes pour conserver la compagnie (et donc les salaires) ... en arrêtant le clientelisme qui les poussent à juste discuter conservation/indexation des salaires et de l'emploi en faisant gentiment l'autruche sur les erreurs de gestion ou de politique de la compagnie ? Et si le personnel soutenait les syndicats dans cette optique ? Mais il est peut être déjà trop tard ..... Et puis quand on voit que même le comité central d'entreprise a réussi à se mettre dans le rouge (plus de 10 millions d'euros quand même !) ... on comprend que là chacun a un regard à très court terme et personne (ou trop peu de gens) ont une volonté de "sauver" Air France: on pompe tout ce qu'on peut tant qu'il y a ! C'est triste de voir cela ...
Et on donne un titre de Manager de l'Année en plus ... cela fait sourire ou pleurer ... selon.

3.Posté par Gilles le 28/02/2013 20:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

Le principal problème d’Air France est ailleurs. Ce n’est pas une histoire de coûts du travail, mais des stratégies fantaisistes avec des raisonnements de boutiquiers à courtes vues de la part des dirigeants depuis une vingtaine d’années qu’il faut remettre en cause dans cette histoire.
Pour satisfaire le lobby de l’ADP, les dirigeants d’Air France, depuis la nomination de Christian Blanc en 1994 que l’on nous a fait passer pour le sauveur de la compagnie, ont voulu tout concentrer leur activité sur CDG pour en faire la principale plateforme de correspondance en Europe, rien que ça !!! Mais quels procédés a-t-on utilisé pour y parvenir ? Pas sûr qu’ils étaient très loyaux ?

En effet pour parvenir à être champion d’Europe des plateformes de correspondance, il fallait bien sacrifier ailleurs en trouvant un bouc émissaire idéal, tout cela s’est fait au détriment des aéroports des autres villes françaises qui ont vu leur développement international verrouillé afin d’obliger leurs habitants à faire leur correspondance par Paris. Mais ce système a ses limites, surtout à Nice et à Lyon où Emirates est en train de prendre des passagers à Air France surtout vers l’Asie, et la correspondance via CDG n’est plus viable, d’ailleurs la ligne Nice-CDG perd de plus en plus de voyageurs tandis que Nice Dubai ne cesse pas de s’accroître. On nous fait croire que pour Air France les coûts d’exploitations pour ouvrir une ligne aérienne intercontinentales au départ d’une autre ville en France que Paris seraient trop exorbitants, c’est ce que l’on veut nous faire croire, mais officieusement c’est du affaire de clientélisme, de lobbying et de gros sous dans le seul but de satisfaire les intérêts économiques de l’ADP, mais au mépris des usagers.
Air France devrait remettre en cause l’hyper concentration de son activité internationale et intercontinentale sur Paris CDG et ouvrir des hubs à Nice et à Lyon, puis Toulouse et Marseille, plutôt que concevoir des bases totalement aléatoires, cela pourrait aider l’opérateur de retrouver une meilleure santé car on aurait les branches qui alimentent l’arbre or là, l’arbre est sans branche.
Mais hélas nos dirigeants ne veulent pas se froisser avec leur puissant ami de l’ADP et maintienne cette stratégie pourtant obsolète, c’est une histoire de gros sous, mais qui pourrait être à gros risque pour Air France.

Autre conséquence de cette folie mégalomaniaque du « hub » AF de CDG, c’est ce fameux concept de « navettisation du transport aérien» : mettre des avions toujours plus petits, pour disposer d’un maximum possible de fréquences par liaisons afin d’alimenter le plus possible le hub de CDG, mais aussi vers Orly. Pour y parvenir Air France a supprimé tous les gros porteurs sur les vols courts et moyens courriers exploités par de A300 et A330 pour les remplacer par des A320, voir même des avions régionaux même sur des lignes supérieures à 500 000 voyageurs. Je compare ce concept à des pesticides que l’on verse afin d’alimenter au maximum l’agriculture intensive. Pourtant cette « navettisation » aboutit à de nombreuses impasses, et pas des moindres : retard et annulations de vols, surencombrements des aéroports et des couloirs aériens, et hausse des prix…et surtout les pertes financières que la compagnie connaît aujourd’hui.
Il serait urgent de cesser cette fuite en avant et d’utiliser chaque avion à ses vrais besoins et non de les détourner de leurs fonctions initiales. Il est urgent de diminuer drastiquement la part des avions régionaux dans les flottes, et réduire le nombre de fréquences par liaisons et de réintroduire des plus gros avions, A330-300 et B777-300 permettraient de fluidifier le trafic dans les couloirs aériens et aéroports, réduirait le nombre de retards et d’annulations, et en plus le prix du billet pourrait baisser. Mais ce projet de Hop ne risque de rien arranger surtout si c’est un prétextes pour rajouter des fréquences superflues par lignes au risque d’encombrer les aéroports et couloirs aériens.

Les dirigeants d’AF continuent à manipuler l’opinion publique sur le diagnostic de leurs mauvais résultats afin que ce lobbying puisse continuer en sous bassement, mais cela risque de conduire la compagnie à la banqueroute, mais eux ils s’en fichent vu que ce ne sont pas eux, mais l’Etat et les salariés de la compagnie qui vont payer leurs irresponsabilités.

Cordialement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com