TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : APG World Connect... l'avenir, quand on se tourne, l'a-t-on dans le dos ?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Jeudi 30 Octobre 2014

A l'heure où, à Monaco, s'ouvre le APG World Connect, Ryanair vient, enfin, d'être condamnée en appel à une amende record et des dommages et intérêts de plus de 8 millions d'euros. Le motif ? Travail dissimulé !



Il est clair qu'Air France, qui n'a plus de "nationale" que les couleurs de ses avions, a clairement souffert du coût exorbitant qui pèse sur nos entreprises. Alors que dans le même temps, on a des compagnies venues d'ailleurs, pour qui les moyens financiers sont quasi sans limites et dont les accords sociaux sont quasi nuls - DR
Il est clair qu'Air France, qui n'a plus de "nationale" que les couleurs de ses avions, a clairement souffert du coût exorbitant qui pèse sur nos entreprises. Alors que dans le même temps, on a des compagnies venues d'ailleurs, pour qui les moyens financiers sont quasi sans limites et dont les accords sociaux sont quasi nuls - DR
Plus de 80 compagnies aériennes, représentées par leurs directeurs généraux ou leurs présidents, des distributeurs venus du monde entier, des agents de voyages assistent depuis ce jeudi matin au APG World Connect à Monaco, sur le thème ambitieux de l'avenir des compagnies aériennes à l'horizon 2020.

Vaste débat, vaste programme, mais restera-t-il un pavillon français à cet horizon ?

Certes, la mondialisation est de rigueur et la concurrence ouverte dans le vaste monde du transport aérien.

Je ne sais si l'on abordera ce sujet au cours de cette conférence, néanmoins, si j'en juge par la récente condamnation de Ryanair, il serait peut-être intéressant de creuser ce thème.

Et je ne peux m'empêcher de citer cette excellente réflexion d'Alain Battisti, Président de la Fnam, lequel considère que "si l'on ne fait rien, il n'y aura plus de compagnies aériennes françaises dans cinq ans" !

Il n'a pas tort. Mais en même temps, n'est-il pas déjà trop tard ?

La case de l'Oncle Dom : APG World Connect... l'avenir, quand on se tourne, l'a-t-on dans le dos ?
L'Europe, cette belle Europe en laquelle le vieux continent croyait parce qu'elle était la seule réponse à l'hégémonie économique des Etats-Unis et la montée en puissance de la Chine, n'est-elle pas largement responsable de cette distorsion flagrante de la concurrence entre compagnies "traditionnelles" et low cost, ces compagnies que le patron de la Fnam n'hésite pas à qualifier de compagnies "voyou".

Là non plus, il n'a pas tort. A preuve, la récente condamnation de Ryanair par la Cour d'Aix en Provence, pour "travail dissimulé". Normal.

C'est vrai que, dans leur grande sagesse, les états européens ont bien entendu négligé un détail… de taille : si l'on veut une Europe économique forte, il faut bien, quand même, harmoniser la fiscalité, de même que certaines règles sociales.

Ce qui, à l'heure actuelle, est quasiment impossible et je ne vois pas un seul gouvernement tenter (ou même seulement songer) à proposer une telle harmonisation.

C'est d'ailleurs aussi pour cette raison que nos réceptifs français sont largement pénalisés, en termes de compétitivité et de fiscalité, par rapport à leurs voisins européens.

Et les touristes viendront plus aisément en Europe par le biais d'un réceptif belge ou allemand qu'un français…

En ce qui concerne le transport aérien, le problème est encore plus crucial.

Sans vouloir à tout prix défendre Air France, il est aussi clair que notre compagnie, qui n'a plus de "nationale" que les couleurs de ses avions, a clairement souffert du coût exorbitant qui pèse sur nos entreprises.

Alors que dans le même temps, on a des compagnies venues d'ailleurs, pour qui les moyens financiers sont quasi sans limites et dont les accords sociaux sont quasi nuls.

Mais ces mêmes compagnies, dont la gestion est cependant rigoureuse et totalement maîtrisée, ont des voies royales devant elles.

Et ne sont pas non plus pénalisées par un certain corporatisme, de leurs pilotes notamment, pas plus que de taxes aberrantes et sans réel fondement… si ce n'est d'abonder les caisses d'un état en piètre posture financière…

XL Airways, par exemple, est en train de tenter, par tous les moyens, de sauver un semblant de pavillon français.

M'étonnerait pas que cette compagnie, lasse de subir une fiscalité délirante et des coûts sociaux insupportables, finisse par se délocaliser… en Europe, mais vers un pays plus accueillant !

Lu 1189 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com